1
min

Le bal des enfants perdus

1722 lectures

1301

FINALISTE
Sélection Public

Nous avons dansé sous les balles, menant cette aventure tambour battant, nous avons pleuré toutes les larmes de notre corps, dansé sous les orages d'un monde sans précédent.
Nous avons dansé sous les artifices en feux, souri de nos bouches édentées.

Il y avait Hippolyte, Anatole, Augustin, Emilien, des quatre coins de France et de Navarre, tous unis par les mêmes destins, tous unis par ce chagrin. Il y avait tout, il n'y avait rien.
Il y avait Otto, Franz, Herbert, Gustav, des quatre coins de l'Allemagne ou de la Prusse, tous unis par ce même destin.
Nous avons dansé sous les orages de grêle ou de bombes incendiaires, laminés par cette fatigue d'outre-tombe. Les rats n'en demandaient pas plus.
Nous sommes les enfants perdus de la Nation, fusillés pour l'exemple.

Nous avons dansé un jour sur de la musique, française ou allemande, compagnons de déroute, en tranchés sous un fleuve de boue. Nous ne sommes finalement pas si lointains que cela, un mur de terre nous sépare, une nouvelle frontière pour des hommes unis par le même destin. La guerre est finie. L'armistice déclaré, des gueules cassées et des destins à jamais changés.

Je me souviens de toi, pauvre France, toi en qui j'estimais tes avancées, tes progrès somme toute futiles parfois, je t'aimais ma France.
Que dirons de nous tes petits-enfants, pauvre Monde ?

Nous avons dansé, ri et pleuré, nous avons perdu tant et tant, beaucoup de membres éparpillés, des familles endeuillées. Tout ça pour quoi ?
Nous sommes les enfants perdus de la Nation, jeunes gens à présent marqués par les cicatrices du temps passé.

Il y a cent ans maintenant que je suis tombé, percé de toutes parts, laissé à l'abandon dans ce trou perdu au fond de cette tranchée. Il ne reste de moi que le souvenir que mes proches voudront bien garder.
Il y a cent ans, n'oubliez pas, le bal des enfants perdus.

PRIX

Image de Hiver 2019
1301

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Bel hommage... Never forget
·
Image de MorganneL
MorganneL · il y a
je ne peux pas revoter j'ai dû déjà le faire... comprends plus... mais il me semble que je t'avais chercher dans les finalistes...
·
Image de Crirc
Crirc · il y a
Beau texte entouré d'un hérisson, d'une buse et d'une taupe, quel voisinage !
·
Image de Vincent Zochowski
Vincent Zochowski · il y a
Merci à vous
·
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
à lire ce texte me revient la chanson de Renaud (avant son naufrage)
Un pigeon s’est posé
Sur l’épaule galonnée
Du Maréchal de France
Et il a décoré
La statue dressée
D’une gastrique offense
Maréchaux assassins
Sur vos bustes d’airain
Vos poitrines superbes
Vos médailles ne sont
Que fientes de pigeons
De la merde

Un enfant est venu
Aux pieds de la statue
Du Maréchal de France
Une envie naturelle
L’a fait pisser contre elle
Mais en toute innocence
Maréchaux assassins
Le môme mine de rien
A jolimenent vengé
Les enfants et les mères
Que dans vos sales guerres
Vous avez massacrés

Un clodo s’est couché
Une nuit juste aux pieds
Du Maréchal de France
Ivre mort au matin
Il a vomi son vin
Dans une gerbe immense
Méréchaux assassins
Vous ne méritez rien
De mieux pour vos méfaits
Que cet hommage immonde
Pour tout le sang du monde
Par vos sabres versé

Un couple d’amoureux
S’embrasse sous les yeux
Du Maréchal de France
Muet comme un vieux bonze
Il restera de bronze
Raide comme une lance
Maréchaux assassins
L’amour ne vous dit rien
A part bien sûr celui
De la Patrie hélas
Cette idée dégueulasse
Qu’à mon tour je conchie

·
Image de coquelicot
coquelicot · il y a
toutes mes voix pour votre très beau texte qui met des prénoms sur tous ces disparus. Pour ces blessures qui jamais ne se refermeront. Drame de la folie meurtrière des hommes...
·
Image de Vincent Zochowski
Vincent Zochowski · il y a
Merci à vous ;)
·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Ce texte, en hommage à la Grande guerre, revêt une résonance toute particulière. Le titre n'est pas sans évoquer la chanson de Bourvil "Le petit bal perdu" qui tendait à proposer une image optimisme d'une relation amoureuse "tout juste après la guerre". J'y vois par ailleurs un jeu de mots et de sonorités : les balles des enfants perdus // les balles perdues. Merci à vous.
·
Image de Vincent Zochowski
Vincent Zochowski · il y a
Merci à vous surtout pour ce joli commentaire ;)
·
Image de Lydie Sulmona
Lydie Sulmona · il y a
Un bel hommage. Bravo
·
Image de Vincent Zochowski
Vincent Zochowski · il y a
Merci beaucoup Lydie ;)
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Mon soutien !
·
Image de Vincent Zochowski
Vincent Zochowski · il y a
Merci à vous
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Un bel hommage. Oui, n'oublions jamais.
·
Image de Vincent Zochowski
Vincent Zochowski · il y a
Merci à vous Mome ;)
·
Image de Cri
Cri · il y a
+5 pour le petit bal perdu tout juste après la guerre
·
Image de Vincent Zochowski
Vincent Zochowski · il y a
Merci beaucoup Cri ;)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Un simple mouvement et je pousse cette porte. Mes pas se font dans la douceur et la méfiance. Le long couloir est tapissé de papier peint rouge et bleu, des bruits, des chants même se font entendre...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

J’ai commencé à travailler pour le Réseau Express Régional à quatorze ans, grâce à un recruteur fatigué et peu regardant. Il avait besoin de bras, et moi d’un moyen de ne pas finir en ...