L'Aube

il y a
2 min
880
lectures
165
Qualifié
Image de 2018
Image de Très très court
Elle court comme une folle pour se mettre à l’abri de cette pluie de mots qui dégouline sur ses cahiers et pollue ses textes endiablés d’Amour. Sa robe colle sur ses jambes comme pour essayer de rattacher ces lettres qui inexorablement glissent, désordonnées vers la chaussée. Ses chaussures lui donnent des « L », elle n’utilise pas ses cahiers pour protéger son visage de cette pluie de mots, non ils sont trop précieux. Des lettres caressent ses joues, elles sont douces, et tendres, elles ne la blessent pas, elles sont comme une seconde peau qui la régénère. En la regardant, son amoureux pourrait la découvrir comme dans un livre. Elle reste droite comme un « I » et saisi avec opportunisme cette avalanche de mots. Les réverbères orchestrent à leur manière cette harmonie cacophonique, en diffusant d’un demi ton, une lumière qui donne le « LA ». La porte cochère salvatrice se présente, elle se met « DO » à la porte, les lettres tombent à ses pieds, éparses et sombres, presque sans bruit, tout juste éclairées par ce demi ton de lux. Elle doit être la première à déposer son texte, plus que quiconque, elle est motivée par ce concours, elle a le talent, elle en est certaine, ses mots, elle sait les associer pour les rendre beaux, elle sait les décrire pour les distiller, pour les rendre forts. Et si elle sait avec délicatesse les dévêtir pour mieux les sublimer, elle ne veut pas qu’ils se résument à une simple histoire de « Q ».

Les réverbères s’éteignent, le jour ne va pas tarder à poser le pied dans cet océan de mots qui illuminent le sol, ils s’écoulent, virevoltent, dansent, et chantent, dictés par de géniaux illettrés. Elle les écoute, et sans mot dire, reprends sa course vers l’Académie des mots, elle veut être présente à l’heure « H » pour présenter son œuvre à son amoureux. La musique des mots, elle l’aime, elle l’écoute rebondir sur le sol et aime la saisir avant qu’elle ne retombe plus mollement. Les bons mots, les mots purs, les mots doux, les mots fleuris, les mots à l’eau de rose avec du caractère, elle ne manque pas d’en saisir le sens dans sa gibecière d’Amour. Elle ne doit pas être en retard pour présenter ses poèmes à celui qui découvrira qu’il est son amoureux. Elle est précise lorsqu’elle entre dans l’académie, et déclare son Amour muet de façon tonitruante, des mots d’Amour qui laissent sans voix, raisonnent jusqu’au fin fond du bonheur. Son amoureux qui ne se savait pas amoureux, le devient, comment ne pas être séduit par cette jolie femme, vêtue de mots d’Amour, à la chevelure encore dégoulinante de syllabes, dont les pas formaient de délicieuses onomatopées. Autour d’elle, les lettres se déplacent en essaim, sa bouche laisse échapper une escadrille de syntaxes, et de ses mains tendues vers son Amour, sortent des propositions subordonnées circonstancielles, à faire pâlir un arc en ciel de jalousie. Séduit par ce substantifique verbe, son Amour la rejoint des lettres de joie plein les yeux, et elle repart au bras de celui qu’elle « M ». Le ciel s’ouvre vers une humanité rayonnante...


Nous sommes à l’AUBE d’une nouvelle « R ».

165

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,