1
min

L'Aube de l'Humanité

Image de NhiBarte

NhiBarte

26 lectures

17

La femme tendit à Adam la pomme fraîchement cueillie sur l’arbre de la connaissance. Perplexe, il prit entre ses mains réunies en coupe, le fruit défendu, mordit dans la peau et goûta le jus acide. Aussitôt un désir irrépressible le poussa vers la créature que Dieu lui avait donnée. Pendant que l’agrume entamée roulait sur le sol, à ses pieds, il entreprit l’acte décisif de devenir le créateur aux dix milles verges, labourant frénétiquement sous l’orage orgasmique des sens, dans un va et vient incessant, le ventre de la femme.
A l’aube, il ouvrit ses yeux, ignoré de la femelle, allongée, serrée contre lui. Il la regarda avec une grande attention mais eût soudain, l’impression vague et bizarre de voir une étrangère. Perdu, il se mit à caresser le corps chaud et humide de cette compagne de la nuit, à palper son abdomen lisse pour tenter de retrouver ses émois fusionnels nocturnes, mais en vain. Il en ressentit un grand étonnement.
En écoutant les bruits du sang dans ses entrailles meurtries, déchiquetées, Eve la femme sans nombril comprit qu’elle ne sera plus jamais seule avec l’embryon d’or laissé dans son antre par les trois âmes et les sept principes vitaux de l’homme. Comblée, elle éprouva une plénitude indicible qui voilà son esprit énamouré. Elle murmura dans son bonheur : « Merci Ô mon Dieu me voici femme et me voilà Mère ! » L’homme créé à l’image de Dieu, en prit aussitôt ombrage. Ainsi, il n’était pas le Créateur, encore moins le fils de Dieu, mais un simple instrument agraire. Il éprouva alors une grande douleur qu’il nomma tristesse post-coïtale. Eve la femme fécondée qui l’observait pâle et défait lui dit :
« Ressaisis toi Homme ancêtre, cette nuit j’étais ta femelle, à présent je suis ta femme, demain nous nous aimerons encore et encore, à la recherche de notre liaison perdue. Quittons ce jardin des Béatitudes figé dans l’éternité. Rejoignons notre terre gouvernée par la rythmique ciel/terre, naissance/mort, chaud/froid, amour/désamour, Yin/Yang. Car en vérité, je te le dis, c’est de la souffrance que naît l’amour, de l’amour, la souffrance... ».
Ainsi parla la femme sans nombril. Se leva alors l’Aube de l’Humanité.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
17

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Et pensez vous que l'amour existait avant qu'il ne goute la pomme ? Ou ia pomme lui apporta également l'amour ?
·