3
min

L'ascenseur amoureux

26 lectures

0

Il était une fois un ascenseur du nom de Lord, qui était installé dans un hôtel gratte-ciel. Il ne chômait pas, car il y avait de nombreux étages à desservir, et toujours beaucoup de voyageurs. Heureusement, il n'était pas tout seul !
A sa droite travaillait un autre ascenseur du nom de Louf, et à sa gauche siégeait un vieux monte-charge, en triste état. Lord ne comprenait pas ce qu'il faisait là : il ne servait presque jamais, et quand, par hasard, on faisait appel à lui, c'était un concert de grincements, de couinements du plus mauvais augure...
-« Que fait un engin pareil dans un hôtel aussi distingué ? » se demandait Lord.
Sans doute le propriétaire de l'hôtel dut-il un jour se faire la même réflexion, car quelque temps plus tard, apparurent les prémices d'un chantier. Une barrière de sécurité, un échafaudage, et une grosse caisse d'évacuation des déchets.
-« Oh oh ! » dit Lord, « on dirait que le vieux monte-charge va déménager...
-« Dommage ! » répondit Louf, « moi, je l'aimais bien avec ses grincements de machines... Sa présence va me manquer. Surtout qu'on ne sait pas ce qu'ils vont mettre à la place... »
-« Sans doute un autre monte-charge, mais plus moderne, et moins bruyant... » supposa Lord.
Le chantier dura quelques jours. A la place du vieux monte-charge, il y avait maintenant un gros vide.
-« Peut-être que finalement, ils vont reboucher le trou... » pensa Lord entre deux étages.
-« Mouais, m'étonnerait... » dit Louf en décollant, « sinon, ils ne se seraient pas appliqués à faire le passage si net... »
En effet, quelques jours plus tard, ils virent arriver l'engin neuf, rutilant.
-« Waouh ! Ça, c'est du monte-charge ! Quelle caisse, tu as vu ? » lança Lord, admiratif.
-« Pas mal, c'est vrai... C'est le progrès, c'est tout ! » tempéra Louf.
Quelques heures de travail, et l'appareil fut complètement monté.
-« Du beau matériel ! C'est presque dommage d'y faire monter des machines dedans... » souffla Lord, arrêté au 18ème étage.
-« Et je crois que tu as raison, car il m'a semblé que cet engin montait des personnes, comme nous... » ajouta Louf au 24ème.
-« Quoi, un ascenseur ? Pas possible ! Allons saluer ce collègue ! » lança Lord, en redescendant vers le rez-de-chaussée.
Arrivé au niveau zéro, il lorgna du côté de son voisin.
-« Bonjour, cher collègue, je m'appelle Lord, et vous ? »
-« Mon nom est Laura ! » répondit doucement l'appareil, en refermant ses portes, timidement.
Là, il se produisit un drôle de phénomène, comme un court-circuit général, qui faisait plein d'étincelles... Et Lord, alors que personne ne l'avait appelé, s'éleva allègrement jusqu'au dernier étage ! Heureusement que le toit l'arrêta, car sinon, il serait monté jusqu'au ciel.
-« Laura, elle s'appelait Laura... Comment avait-il pu exister sans elle ? C'était un mystère ! Comme elle était belle avec ses parois brillantes ! Et ses portes, tellement émouvantes quand elles se refermaient ! Vite, il fallait qu'il la rejoigne... ! »
Aussitôt, il redescendit précipitamment. Il en oublia le client du 38ème, et celui du 17ème... Il avait mieux à faire ! Arrivé au rez-de-chaussée, il ouvrit ses portes pour mieux la regarder. Son clavier si délicat, ses lumières si douces... Ding-dong ! Elle partit, appelée au 6ème. Quel bruit charmant ! Une merveille ! Hop, ce monsieur embarqué, et il fila au 6ème. C'était le 22ème qui était demandé... Pas grave, il irait peut-être si elle continuait à monter... Où qu'elle aille, il la suivrait... !
Retour au 3ème, puis direction le 40ème, sans arrêt. Lord marquait les mêmes étapes. A l'intérieur, le pauvre monsieur s'étonnait de ne pas arriver à son étage, et s'évertuait à appuyer sur la touche 22.
-« Complètement détraqué, cet ascenseur ! Il me promène partout, sauf là où je veux aller ! » râlait-il.
Un coup en haut, un coup en bas, puis ça repartait, et maintenant, après s'être déplacé dans les étages, voilà qu'il était revenu au rez-de-chaussée... Pas question de repartir apparemment, car il avait beau appuyer sur n'importe quelle touche, rien ne se passait. Tant pis, il allait prendre l'ascenseur d'à côté. Laura le prit en charge, et l'accompagna vers le 22ème. Pendant le trajet, Lord osa alors lui faire sa déclaration.
-« Laura, je vous aime... » dit-il d'une voix enflammée.
-« Ding-dong, ding-dong ! »
Laura tressauta.
-« Allons bon ! » se dit le monsieur à l'intérieur, « qu'est-ce qu'il a celui-là aussi ? »
Mais Laura était perturbée et se trompa d'étage, pour la première fois de sa vie. Elle ouvrit les portes sur le 32ème.
-« Scrogneugneu de scrogneugneu ! Je n'y arriverai donc jamais ! » ronchonna le monsieur, « le 22ème, je veux le 22ème, grrrrh ! »
Oh oui, bien sûr ! Où avait-elle la tête ? Laura entama sa descente.
-« Laura, depuis que vous êtes arrivée, je ne pense qu'à vous, je ne vis que pour vous ! »
Les lumières de Laura à l'intérieur viraient au rouge ! Comme il faisait chaud, soudain !
-« C'est un cauchemar ! Plus jamais je n'irai dans cet hôtel ! D'ailleurs, plus jamais, je n'irai dans un hôtel avec des ascenseurs ! Même plus, plus jamais, je ne monterai dans un ascenseur ! Du plat, du plain-pied, voilà ce que je veux ! »
Le pauvre homme s'essuyait le cou avec son mouchoir. Sortir ! Peu importe l'étage, tant pis, il prendrait les escaliers, mais qu'on ne lui parle plus des ascenseurs !
Quand enfin, il fut libéré au 58ème étage, plus rien n'empêcha les amoureux de se déclarer désormais leurs flammes. Ils ne se quittèrent plus jamais et desservirent ensemble les étages... Certains voyageurs furent contents, d'autres moins...
Et vous, êtes-vous déjà monté dans un ascenseur amoureux ?
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur