Larmes de guerre

il y a
3 min
292
lectures
27
En compétition

J'écris des trucs. Vous pouvez les lire  [+]

Image de Été 2020

Les combattants immobiles étaient juchés sur un amas de cadavres et d’ossements. Leurs souffles étaient à peine perceptibles. Le doux clapotis de l’eau polissant la fange accompagnait ce silence bienvenu. Les boches ont bombardé leurs lignes durant une demi-journée sans discontinuer. L’armée française leur a rendu la politesse.
Le soldat profiterait pleinement de cette accalmie, sans ce militaire qui essayait à tout prix d’entamer la conversation. Sans succès. Il n’arrivait pas à lui soutirer le moindre mot. Le soldat était hypnotisé par un rat famélique.
L’animal, occupé à ronger le bras encore frais d’un fantassin mort la veille, ne se doute en rien du danger qui le guette. Si les boites de singe infâmes, le pain sec et la soupe indigeste qu’on leur sert à l’arrière n’arrivaient pas à contenter l’estomac du soldat, peut-être que cette viande fraiche le ferait.
Le soldat chasse le rat de sa botte crottée de boue. Manger cet animal peu noble serait embrasser sa nature de bête sauvage. Il ne laisserait pas la guerre emporter le peu d’humanité qu’il lui reste. Et puis, il s’efforçait de penser qu’en préservant les restes de ses camarades, il leur offrait un semblant de dignité.
Ah ! Qu’il les enviait ces macchabées ! À travers la mort, ils échappaient à l’enfer de la guerre. À l’odeur d’excréments et de viandes pourries macérées des cadavres. À l’écho des bombardements assourdissants, qui les suivait dans leurs rêves. À tous ces liens d’amitié à peine noués, à jamais rompus.
Son voisin tenace lui touche la main pour attirer son attention. Il sursaute. Au contact du soldat, il se souvient des plus rudes hivers parisiens.
La fureur de la pluie s’intensifie. Pas assez pour laver ses péchés et l’épaisse couche de boue incrustée à même sa peau. Combien de boches ont succombé sous le fil de sa baïonnette et sous les balles acérées de son fusil ? Il ne parvient pas à s’en rappeler.
La pression du soldat sur son fusil Berthier augmente. Il oriente lentement le canon de son arme sur son cou. Son index caresse la détente.
Il ne peut pas mourir. Pas maintenant. Il voulait accueillir le petit être qui grandissait dans le ventre de sa femme. Il voulait le voir grandir, l’aimer, le protéger.
Comment a-t-il pu songer à la mort ? Comment a-t-il pu être aussi égoïste ?
Il ne se battait pas seulement pour survivre. Il se battait pour la mère patrie. Il se battait pour les intérêts d’hommes avides de pouvoir et d’argent. Il se battait pour la liberté. Il se battait pour gagner quelques lopins de terre, qu’ils perdraient le lendemain. Il se battait pour lire la fierté dans les yeux de son paternel, lorsqu’il reviendrait victorieux du front. Il se battait pour tuer des fils, des frères, des pères, des maris.
Le général souffle dans son sifflet. Galvanisé par les cris de guerre de ses compagnons, le soldat se libère de ses sombres réflexions. Il s’extirpe ensuite de la boue humide pour quitter la tranchée, et prend une fraction de seconde pour examiner les lieux. À sa gauche, une forêt luxuriante. À sa droite, une plaine infinie dont le vert fusionne avec le gris du ciel à l’horizon. En face, le no man’s land aride, et plus loin encore, les tranchées ennemies.
Le soldat prend une inspiration profonde. Il s’engage dans le champ de mort et de désolation aux côtés de ses frères d’armes. Il court aussi vite que le sol gorgé d’eau lui permet. Les fantassins les plus rapides ou les plus courageux ont déjà parcouru vingt des cent cinquante mètres qui les séparent des lignes allemandes, sans qu’aucun d’entre eux ne soit tombé. Les bombardements français ont sans doute décimé l’artillerie des boches. L’espoir renait parmi les combattants.
Un obus tombe à une dizaine de mètres. Les cris de guerre se muent en cris de douleur. Puis viennent les mitrailleuses. Le soldat enjambe un premier cadavre. Une balle érafle sa joue. Une seconde frôle son casque. Il piétine un homme privé de sa jambe. Un obus s’écrase à quinze mètres devant lui. Il s’effondre sous l’impact. Il se relève, mais pas cinq de ses frères. Les balles fusent de part et d’autre. Un nouvel obus, plus près encore. Un combattant est réduit en charpie. Son bras s’écrase sur le visage du soldat. Son sang vermeil macule son uniforme bleu horizon. Un autre Français a survécu l’attaque. Il implore qu’on l’achève. En vain. Ici, pas de temps pour la miséricorde.
Les jambes du soldat ne répondent plus. Va-t-il mourir ainsi, exsangue ou démembré, victime de cette guerre absurde ?
Non. Le soldat vire de bord. Au diable les tranchées allemandes. La forêt serait son salut ! Il court comme jamais il n’a couru. L’appel de la vie résonne plus fort que celui de la guerre. Il s’enferme dans un palais mental. Il oublie tout. Les balles qui le prennent en chasse. Ses camarades fauchés. Son corps las et endolori.
Il s’arrête au bord d’un ruisseau au cœur de la forêt, bien après que la cacophonie des obus et des mitrailleuses se soit tue. Il s’adosse à un arbre et s’endort, bercé par l’écoulement de l’eau.
Il est réveillé par un glas qu’il rêvait de ne plus entendre. Une douleur sourde lui déchire l’abdomen. Le sang souille à nouveau son uniforme… mais cette fois c’est le sien. Il aperçoit un fusil Berthier dont le canon fume encore, puis les larmes du jeune fantassin qui le tient.
— Je… je suis désolé.
Le soldat reconnaît la voix du combattant bavard des tranchées.
— J’ai… j’ai voulu faire comme vous, fuir, mais je ne peux pas. Déserter ce serait apporter le déshonneur à ma famille. Alors… alors, je me suis dit que si je ramenais la dépouille d’un traître, je serais pardonné… ou peut-être même récompensé…
Le soldat lui intime l’ordre de se taire. À quoi bon justifier les horreurs que l’on commet en temps de guerre ? Il n’a connu que la fureur des combats et des bombardements, alors le silence l’accompagnera dans ses derniers instants. Avant de rejoindre ses frères en un dernier souffle libérateur, il s’imagine le visage de cet enfant qu’il ne verra jamais.

27
27

Un petit mot pour l'auteur ? 25 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Hello Alan !

Un bon texte sur la première guerre mondiale, où l'on ressent le désespoir du soldat tout en effleurant les horreurs de la guerre. Il y a pas mal de choses à dire, alors je me lance !
Tout d'abord, avec la mention du fusil, de la vie de tranchée et de de quelques détails bien "gores", l'on voit que tu est tout à la fois intéressé par ton sujet que tu t'es renseigné avant d'écrire. C'est plaisant. Le rythme se tient bien, le texte est fluide à lire et arrive à être un bon moment d'action tout en ajoutant une certaine poésie macabre. La note d'espoir, qui est arrachée à la fin, est totalement maîtrisée ici. Trop de textes se finissent en happy end pour finir en happy end. La guerre est cruelle. La guerre est mortelle. la guerre est sans pitié, comme les hommes qui la composent. Oui, j'ai adoré ta fin ! ^^

Passons aux conseils - les mêmes que l'on a m'a prodigué avant d'écrire sur la première guerre mondiale : les casque n'arrêtent pas les balles. C'est une image très épique, très film, mais la réalité est tout autre : soit la balle évite le casque, soit elle la traverse. Les casques sont des protections aux projections de terres et aux intempéries, et à la limite aux armes de poings (type pistolet) à moyenne distance.

Pour ce qui est des tranchées, plutôt bien narrées, la distance qui sépare les deux camps était beaucoup plus longue que 50 mètres. (Peut-être existait-il des exceptions, mais j'en doute) : à cette distance on peut lancer des grenades dans la tranchée adverse, et donc empêcher l'ennemi de creuser. La distance était plus généralement d'un à deux kilomètres. Ce détail est important pour une des actions que tu décris : d'abord on tire les obus, puis ensuite aux mitrailleuses. Ces armes ont des portées de tir de 200 à 400 mètres : d'où l'importance de l'écart des deux tranchées. J'ai moins de certitudes quant à l'explosion de l'obus à 15 mètres : je dirais qu'à cette distance le mec est mort, mais je te laisse le bénéfice du doute ^^.

Enfin, pour te donner mon ressenti sur le texte en général : je le trouve bien écrit, rondement mené, mais trop distant. Le soldat n'a pas de nom, et éloigne de ce fait le lecteur des pensées et de la vie terrible du soldat. Trop de soldat sont sans nom et inconnus. Je ne dis pas qu'il faille obligatoirement nommé un soldat sur un texte de la première guerre mondiale, mais je pense qu'il est plus intéressant de construire le texte autour de cette absence de nom en ce cas là. Malgré la distance qui m'a empêché de vivre toutes les émotions du personnage principal, la fin n'en reste pas moins belle, même si elle aurait pu encore être plus impactante !

Je te renvoie - égoïstement ^^ - vers mon texte Larmes de Pétrole, qui traite également de la première guerre mondiale, dans un style finalement très proche du tiens. N'hésite pas à me faire tes retours.

Au plaisir de te lire Alan :)
Mes salutations,

Image de Alan Zahoui
Alan Zahoui · il y a
Salut Daenor, j'ai pris la décision de ne pas nommer le soldat pour qu'ils symbolisent tous les soldats avec les qualités et les défauts que cela implique. Et je pensais qu'il n y avait qu'un seul texte autorisé par personne pour chaque catégorie donc j'ai essayé d'élaguer le texte mais je me suis trompé finalement. Mais bon j'aime bien le résultat. Merci pour ton commentaire.
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Hello Alan !
Aimer le résultat est l'essentiel dans le travail d'écriture :)
Mes salutations,

Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Votre texte m'a ému. La dureté en temps de guerre est innommable. Nombre de fois je me suis dis : << Ceux qui ont vécu la guerre ont tout vu, tout entendu, tout fait même parfois, et doivent vivre avec cela, c'est terrible. >> Je n'ose imaginer l'horreur de cette période et les actes parfois impardonnables juste pour survivre: comme le jeune fantassin.
La fin de votre texte est très poétique. Du silence dans la mort, au milieu du vacarme des corps qui explosent.

Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Un sujet inépuisable et qui nous émeut, nous révolte toujours autant, celui des guerres .
Image de Lasana Diakhate
Lasana Diakhate · il y a
Un magnifique texte , très riche, attirant et bien rédigé . J’aime bien ce texte .Bravo..
Je vous invite à lire mon œuvre et n’hesitez pas à apprécier l’oeuvre par vote après la lecture. Merci d’avance
Cliquez sur le lien
👉🏾👉🏾https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/elle-sen-va

Image de Caroline Kipik
Caroline Kipik · il y a
Très beau texte bravo
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une chute d'autant plus vibrante qu'elle est inattendue ...
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
L'absurdité de la guerre, encore et toujours... Ce qui peut "consoler", c'est de se dire que ce soldat aura expié ses péchés (tuer des fils, des frères, des pères, des maris). La boucle est bouclée dans cette habile tragédie écrite avec beaucoup d'élégance.
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Une histoire tragique écrit dans un style clair et attrayant!
Un plaisir de vous lire Alan!
Bonne chance pour cette compétition!
En passant, si vous avez un peu de temps, je vous invite à lire mon texte "Mésaventures nocturnes" en lice pour le Prix des jeunes écritures. Pour y accéder plus facilement, vous pouvez cliquer sur mon nom en haut de ce commentaire. Merci d'avance de passer!

Image de RAC
RAC · il y a
Dur & beau à la fois.
Image de Nicolas Corral
Nicolas Corral · il y a
Belle écriture. Beau final.
Image de Sgann
Sgann · il y a
La guerre, quelle horreur... Quelle bêtise !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Une description très réaliste sur un événement tragique. Bravo Alan.
Image de gillibert FraG
gillibert FraG · il y a
terrible guerre que "la grande guerre" heureusement, la majorité des soldats ne tuaient personne, sinon, tous les soldats allemands et français y seraient morts. Mais il y en eut tant, des tout jeunes que je me souviens de mon enfance : les vieux étaient tristes, beaucoup de femmes restées célibataires étaient sans enfants, on avait tué tant de garçons ! beaucoup de femmes étaient veuves. ma mère était fille unique:,il ne faut pas faire des enfants qui seront tués à la guerre !
Votre texte est particulièrement pathétiques sur un sujet horrible
Je ne connus q'u'un de mes grands père, fait prisonnier très vite dès le début de la guerre, la vie de tranchée était si affreuse qu'il refusait généralement d'en parler / j'ai retenu cette phrase: je courais vers les tranchées ennemies, parce que les allemands avaient des chances de me rater, mais je savais que si je reculais, les gendarmes français ne me rateraient pas

Image de Alan Zahoui
Alan Zahoui · il y a
Merci pour votre témoignage.
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Que d'émotions ! La guerre et les violences qu'elle draine... On en parlera jamais assez. Très beau texte.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de THIERRY VION
THIERRY VION · il y a
Pourvu que jamais nos enfants n'aient à connaître ça. Beau texte bravo
Image de Alan Zahoui
Alan Zahoui · il y a
Merci. Je l'espère aussi.
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
bravo pour ce texte plein d'emotion et d'humanité
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Drames et horreurs de la guerre . Les mots ont-ils un sens dans la tourmente ?
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
L'horreur de cette guerre, peut-être la pire... La préférée de Brassens
Un texte qui vise le cœur

Image de Maxime Haud
Maxime Haud · il y a
Très beau texte, qui décrit bien la réalité de cette horrible guerre !
Image de Eric diokel Ngom
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Saleté de guerre, un texte empli d'émotion !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Des bonbons ou un sort !

Alan Zahoui

Micheline détestait les enfants. Elle se détestait elle-même enfant. Elle s’était auto infligée des sévices innommables jusqu’à sa majorité. Alors, c’est tout naturellement qu’elle... [+]