L'après

il y a
2 min
65
lectures
34
Qualifié

J'aime l'écriture sous toutes ses formes, qu'elle soit lisible, visible, audible,qu'elle soit de lettres, de traits, de sons "ou , et" de lumières  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Mars 1976. Tout était blanc, d’un blanc aseptisé qui exhalait une odeur de propreté décapante.
Seule, la robe parme que portait une belle femme brune, accordait un ton pastel à la pièce ascétique. Elle était là, penchée, attentive au moindre signe du réveil d’un homme dont seul le visage émergeait des draps qui sculptaient son corps étendu comme un gisant d’albâtre. Les traits de l’opéré, ses cernes cendrés témoignaient d’une souffrance récente et de légers tics perturbaient ses paupières closes. A la tête de son lit, suivant une très lente respiration, une poche accrochée à un pied se vidait à petite gorgée dans un tuyau aussi translucide qu’un tentacule de méduse.
Cet homme c’était mon père.
Deux années plus tôt, une tumeur maligne avait trouvé place dans un mamelon masculin si plat que les médecins l’avaient tout de suite identifiée. La radiothérapie avait détruit les cellules tumorales et l’homme, avec son fatalisme bienveillant, avait accepté une retraite anticipée sans présager une quelconque récidive.
Pourtant, il était là, dans cette chambre particulièrement sobre : la sentence avait été brutale, imprimant un sceau écarlate sur le diagnostic. Un nouveau cancer avait consommé une vertèbre dans des douleurs qui allaient crescendo. Tout le corps médical avait accéléré le protocole de soins et il avait été opéré en urgence, la veille. Là, obstiné, il tardait à ouvrir les yeux sur sa femme, comme s’il refusait la compassion de cette compagne si aimante. Il ne souffrait pas, la méduse lui fournissait le planton salvateur mais il connaissait son sort, il l’avait accepté comme un couperet sur sa virilité. Il dormait pour ne pas penser à sa semi émasculation. L’orchidectomie, amputation des testicules qui réduirait la prolifération des cellules nocives avait anéanti sa sexualité pour donner une chance à sa vie.
Il somnolait, dans un demi-sommeil de honte et de rage. A ce moment précis, comment s’estimait-il : eunuque, castrat, que sais-je ? Il n’en parla jamais.
Quand la porte s’ouvrit sur un grand échalas sympathique en blouse blanche, il fit mine de s’éveiller d’un repos paradoxal.
J’étais sortie de la chambre.
« Comment va notre Carlo, aujourd’hui ?
— Docteur, quelle va être ma vie maintenant ?répondit-il anxieux.
— D’abord vous soigner pour vivre, pour vous, pour votre femme et votre famille. Tout s’est bien passé. » Et il sortit.
Malgré l’encouragement de l’infirmière, je restais là, dans l’encadrement, le cœur en berne. Je me devais d’être à la fois présente et absente pour laisser le couple franchir le seuil de leur nouvelle existence.
Alors mon père tourna enfin la tête vers ma mère, le regard embué, malgré un incroyable effort de dignité. Elle, lui souriait confiante.
Dans l’embrasure de la porte, je contemplai la tendresse à l’état pur.
Ce premier matin fut le prélude de cinq mille cinq cent soixante dix jours d’après, un cycle de combats oncologiques et de rémissions pacificatrices...de vie !
34

Un petit mot pour l'auteur ? 16 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Minonna
Minonna · il y a
Meeerci
Image de toto michel
toto michel · il y a
supeeeeeeeeeeeeeer
Image de Minonna
Minonna · il y a
grazie mille... Touchée!
Image de Kikia Astoul
Kikia Astoul · il y a
Touchant
Image de Minonna
Minonna · il y a
Superbe le commentaire!
Image de Bibi
Bibi · il y a
Un texte subtil et fin qui touche un sujet mettant la masculinité à fleur de peau. C'est le moment du titre d'un film : "Et la tendresse bor.... ? Je reste polie pour dire que c'est une merveilleuse richesse que cette tendresse du quotidien bien plus recherchée dans sa présence constante et que de fougueuses étreintes ! Bravo Minona
Image de Minonna
Minonna · il y a
Merci . la juste difficulté était justement dans l'expression d'une souffrance pudique
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Beaucoup de pudeur à décrire cette douleur et cette souffrance comptées jour après jour...avant le retour à la vie !
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
C’est un texte fort, sensible et émouvant...
Image de Minonna
Minonna · il y a
Des mots qui me touchent
Image de Annie-Flore Nguyen-kazem
Annie-Flore Nguyen-kazem · il y a
Un très beau texte, fort et à la fois intime et pudique.
Image de Minonna
Minonna · il y a
Merci les deux adjectifs sont exacts et c'est un bel exemple d'espoir.