L'appel des sirènes

il y a
2 min
1 105
lectures
282
Qualifié

Totalement débutante, j’ose me lancer avec modestie dans l'écriture, et j'y prends goût ! "Au milieu de l'hiver, j'ai découvert en moi un invincible été" Albert Camus "Il n'y a pas de  [+]

Image de Hiver 2018 - 2019

Tic-tac tic-tac, l’horloge égrène ses minutes bruyamment, trop bruyamment dans le salon silencieux. Ulysse enfile précipitamment son caban et son bonnet de laine. Laisse un mot à sa compagne. Saisit la lampe torche et la boussole sur la console de l’entrée. Ramasse un cordage. Siffle Bosco, son animal de compagnie, qu’il surnomme Bobosse dans leurs moments de jeux. Claquant la porte, il s’enfonce dans l’obscurité d’une nuit sans lune. Son chien a déjà filé.
Une fine bruine qui semble flotter dans l’air dépose très lentement de minuscules gouttelettes sur ses lunettes. Il doit frotter les verres fréquemment ; cela le gêne, le freine dans sa course. Bosco, truffe à ras du sol, semble flairer des pistes. Il court, stoppe, revient, tourne autour de son maître. Ses aller-retours s’enchaînent avec, quelquefois, un Pétrel de Barau dans la gueule. Ulysse ne le gronde pas, laisse Bosco libre. Il saura travailler quand le moment sera venu.

La préfecture a déclenché l’alerte 1 ce matin. Les radios diffusent en boucle les recommandations de prudence habituelle. Le Piton de la Fournaise qui culmine à 2 632 m d’altitude, parmi les volcans les plus actifs de la planète, s’est réveillé. L’accès à la partie haute de l’enclos est interdit au public. Pénétrer dans la zone du volcan, absolument impossible désormais. Il faut faire vite avant que le secteur alentour ne soit totalement bouclé.
La route forestière du Piton de la Fournaise est touristique, traverse le parc national de La Réunion. À cette heure tardive, peu de personnes s’aventurent en ces lieux. Nous avons de grandes chances de retrouver l’emplacement. Bosco dévale les pentes, fouine dans les bosquets de lichens, de fougères, gratte la terre furieusement, pisse sur un tronc, hume l’air. Ulysse essaie de ne pas le perdre de vue mais les sentiers offrent de nombreuses cachettes. Ses pas glissent sur le tapis de feuilles détrempées que le vent lui a généreusement offert. Soudain, il l’aperçoit à l’arrêt, debout sur trois pattes, la quatrième semble suspendue à un fil.
C’est bien mon chien, cherche, cherche ! Une bonne caresse sur la tête lui donne le signal. Bosco creuse rapidement, s’enfonce peu à peu dans son trou. Ulysse se penche pour l’encourager, éclairant le lieu de sa lampe torche. Tony m’a dit : « Tu verras, ce n’est pas très profond. » Apparemment, il a bien fait les choses. Une ombre blanche attire son regard. Bosco a stoppé net, remue la queue, fier de lui. Semble lui dire : « Finis le job. » 
Ulysse saute dans la fosse, achève de déterrer le drap blanc. Remonter le colis s’avère plus périlleux que prévu avec toute cette humidité. Il le ficelle consciencieusement. Fixe l’extrémité de la corde au corps de Bosco et tire avec lui de tous ses membres. Pour rentrer, il récupère la brouette cachée à un endroit précis, charge le tout et fonce à la maison.

En sécurité chez lui, il ôte le drap et toutes les protections qui entourent les gravures, photos, posters, pour vérifier leur état après ce confinement. Avec sa compagne Circé, ils les descendent à la cave, mais cette fois par petits paquets.
Dérobés par son complice Tony au Musée Edgar Photographie à Entre-Deux il y a dix mois, ces précieuses œuvres devaient rester cachées encore deux mois. Mais la soudaine éruption volcanique les a obligés à changer leur plan. Ils craignaient que la route forestière ne se transforme en une piste trop dangereuse avec projections de scories comme les fois précédentes. Les autorités, à l’époque, en avaient d’ailleurs suspendu l’accès.
Leur client, un riche collectionneur, risquait de s’impatienter.
Les gendarmes, patrouillant à bord de leur Trafic, ne trouvent rien de mieux que de sonner à leur porte à ce moment-là. Lors de catastrophes naturelles, une de leur mission est de prendre contact avec la population...

282

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Grim Reaper

Medulla Oblongata

L’ironie dans tout ça, c’est que c’est moi la porte maintenant. Celle que vous franchissez quand vous passez de vie à trépas. Vous quittez une pièce pour entrer dans une autre. Je suis la... [+]