L'appareil

il y a
2 min
1139
lectures
58
En compétition

Baptême dans la BD, confirmation dans l'écriture, en attente d'une canonisation pour l'ensemble de mon œuvre. http://clementpaquis.com/ @clementpaquis  [+]

Image de Été 2020

J’avais trouvé l’appareil dans un vide-grenier, au début du mois de septembre. Une jolie Retinette de chez Kodak, modèle 1954. Un bel appareil argentique comme on n’en fait plus. Mon goût pour le vintage, alimenté par mon tempérament nostalgique, m’avait convaincu d’acheter l’objet.

Il y avait d’abord eu le chat. Je nourrissais un matou presque sauvage qui s’aventurait souvent du côté de mon jardin et j’avais décidé d’en faire mon premier modèle. L’animal avait pris la pose avec docilité et j’avais effectué ainsi mes trois premiers clichés, plutôt réussis.
Après cela, je n’avais plus jamais revu le félin rôder autour de la maison. Mais les animaux, surtout lorsqu’ils sont livrés à eux-mêmes, ont souvent la vie courte, et je ne m’étais pas davantage alarmé de cette disparition.

Quelques mois plus tard, j’avais entrepris de photographier une jolie tourterelle qui avait fait son nid au-dessus de ma véranda. Une réussite, encore une fois, malheureusement suivie d’une nouvelle disparition. J’avais trouvé, plusieurs jours après, au hasard d’une promenade, le cadavre à demi décomposé de l’oiseau gisant dans un fossé.

C’est après avoir réalisé une photo de mariage que j’ai compris. Les vingt-cinq personnes qui figuraient sur le cliché avaient toutes cassé leur pipe au lendemain de l’évènement. Et si je ne dispose d’aucune preuve me permettant de l’affirmer, j’ai l’intime conviction qu’ils ont tous rendu l’âme au même moment. À la seconde près.

L’appareil tuait donc qui se laissait immortaliser par sa pellicule. J’étais stupéfait par cette découverte et n’avais pu réprimer quelques sanglots en songeant à ce pauvre chat que j’avais condamné à mort. Mes victimes humaines, elles, me faisaient bien moins de peine. Le mariage de ploucs auquel j’avais assisté ne m’avait rien laissé entrevoir d’irremplaçable. Des ploucs qui se marient à d’autres ploucs pour donner des familles de ploucs qui à leur tour se reproduiront entre ploucs et produiront des générations de ploucs à l’infini. Pas de quoi verser une larme, sinon pour la tristesse d’une telle mécanique.

Après avoir pesé le pour et le contre, et bien réfléchi à ce qu’impliquait un tel pouvoir, j’avais pris le parti d’épurer autour de moi les fantômes de mon passé. Les persécuteurs du CM2, les voyous de la 5e, les racketteurs de ma 2de, j’avais patiemment cherché puis trouvé ces sadiques de ma jeunesse afin de leur tirer le portrait. Un massacre.

Tout au long de ma vie et jusqu’à l’année dernière, j’ai méthodiquement assassiné tout ce qui avait un jour pu me taper sur le système. Les voisins médisants, les électeurs socialistes, les mamans prolos qui poussent leurs rejetons immondes dans des poussettes discount, les homosexuels qui pensent que la pratique de la sodomie est une opinion politique, les féministes, les lecteurs de Télérama et les auditeurs de France inter, petits prédicateurs de la vertu aux fesses sales. J’épurais dans la joie barbare que me conférait mon pouvoir magique.

Et puis il y a eu Jérôme. Ce salopard de Jérôme. Il y a dix ans, je l’avais surpris au lit avec ma femme. Ou devrais-je dire mon ex-femme, car la découverte de ces traîtres en train de jouer à la bête à deux dos avait inévitablement conduit au divorce. Je n’avais jamais pu oublier la trogne rigolarde de Jérôme lorsqu’il s’était aperçu de ma présence dans la chambre. Loin d’avoir honte, il s’était amusé de la situation, de ma colère, de ma détresse, de mon malheur. Le prendre en photo a été pour moi un grand moment de jouissance… Jusqu’à ce qu’à l’instant du développement, je découvre ma silhouette en arrière-plan, en plusieurs dizaines d’exemplaires.

Appelez ça la guigne, le mauvais sort ou la fatalité, j’avais appuyé sur le bouton de déclenchement alors que Jérôme passait devant la vitrine d’un miroitier. Vous avouerez que c’est une drôle manière de se suicider.

C’est la raison pour laquelle je vis reclus ici depuis bientôt cinq ans. Dans cet abri antiatomique, j’amoindris les risques de me faire alpaguer par la faucheuse. Même si j’ignore combien de temps ce subterfuge fonctionnera. Mais vous semblez sceptique, monsieur le journaliste. Accepteriez-vous que je vous prenne en photo, afin que la vérité vous soit révélée par la pratique ?

58
58

Un petit mot pour l'auteur ? 45 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Très original et très très drôle !!!
Image de Romain Nizza
Romain Nizza · il y a
Drôle et effrayant à la fois.
Image de jc jr
jc jr · il y a
L'argentique a fait des ravages. Alors je ne vous dis pas quelqu’un comme Robert Doisneau !...
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
" les lecteurs de Télérama ", ça, je comprends, mais les auditeurs de France-Inter,,, merde quoi, faut pas pousser Clément
Image de Clément Paquis
Clément Paquis · il y a
C’est les mêmes !
Image de christine MAESEN
christine MAESEN · il y a
Original , bien pratique cette idée mais il fallait y penser . Merci
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Une histoire sourire prenante (j'ai apprécié le passage des ploucs !) La fin fait un peu peur...
Image de Louise Calvi
Louise Calvi · il y a
Sxuperbe chute. On ne peut penser à tout :)
Image de Mi Lae
Mi Lae · il y a
Intéressant, avec une bonne chute. L'écriture est très prenante.
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Intéressant... Quasiment du Raymond Devos... (l'histoire du soutien-gorge retrouvé dans le peignoir du mari trompé dont se sert l'amant...)
Sinon, ton personnage vit en Suisse ? (abris antiatomiques en nombre...)
Dis, ce serait trop te demander de mettre ton histoire dans des cases ?
;-)

Image de Clément Paquis
Clément Paquis · il y a
Pas suffisamment rentable !
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Je comprends...
Image de Jo Kummer
Jo Kummer · il y a
Jusqu’à ce qu’à l’instant du développement, je découvre ma silhouette en arrière-plan.
Le photographe s'est fait piéger!

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Post mortem

Luc Lavoie

Dans le silence et la solitude d’un fin rayon de lumière, les cadavres aux sourires idiots marinent au sous-sol. L’odeur y est insoutenable, mais les insatiables affamés dévorent...
Les... [+]