3
min

L'an 7103

Image de Ouist

Ouist

100 lectures

74

Pour le soir du nouvel an, Ismaël et Rhéia ont été invités chez Nachor et Sara, dans leur appartement situé au 60 ème étage. Nous passons de l'année 7102 à l'année 7103. A cette époque avancée de notre Histoire, les humains se sont tous rassemblés dans une mégalopole immense, dont les rues sont envahies par le brouillard, une brume issue de la pollution. L'Etat interdit d'aller dehors, l'air est irrespirable et dangereux. Les individus les plus riches ont fait bâtir des buildings si haut qu'ils s'élèvent au-dessus des nuages. Ces mêmes individus ont réservés leur appartement au sommet de ces immeubles. Les moyens de déplacement ont complètement changé. Comme il est interdit d'aller dehors, les personnes se déplacent grâce à des trains et des tramways aériens qui rejettent très peu de CO2. Des passerelles construites entièrement en verre permettent aux gens de se promener à pied, au-dessus de la ville. Ces passerelles sont toutes reliées entre elles et se rejoignent en des endroits publiques comme les cinémas, les centres commerciaux, les magasins, les restaurants, les halls des transports en commun. Ces passerelles sont situées à différents étages. Celles-qui se trouvent dans les étages inférieurs sont entourées par la brume, leur accès est gratuit. Plus les passerelles se situent à des étages élevés et plus leur accès est couteux. Le travail agricole n'existe plus. Les animaux sont reproduits et élevés dans des grands entrepôts. Ces entrepôts recréent un espace de vie adapté à l'espèce animalière élevée. Ils ne sont reliés à aucune passerelle, ni à aucun trains ou trams aériens. Les consommateurs n'ont aucune information sur les conditions d'élevages des animaux. D'autres entrepôts ont été crées pour faire pousser des fruits et des légumes à partir de graines synthétisées. Les personnes qui travaillent dans ces entrepôts sont les plus démunies. Elles sont les seules à utiliser encore le bus comme moyen de déplacement pour rejoindre leur travail. En l'an 7102, prendre le bus est très mal vu, même si la personne est contrainte à cela pour sa survie. Un nouveau procédé scientifique permet de stocker de l'eau de pluie et de neige en grande quantité : l'eau est purifiée de la pollution, gelée puis conservée dans des cuves réfrigérantes immenses avant d'être dégelées, mises en bouteilles et vendues. Ainsi, de nouveaux types de travail se sont répandus, il existe maintenant des aqualogues. Ils étudient les propriétés de l'eau pour améliorer les techniques de purification et de conservation de l'eau. Ismaël et Sara sont aqualogues. Leur métier est très valorisé et ils sont très bien payés. Cela a permi à Ismaël et Rhéia d'acheter un appartement au 60ème étage et à Sara et Nachor de vivre dans un appartement situé au 70ème étage. L'étage habité définit le niveau social des individus. De nouveaux divertissements sont apparus. Certains ont été crées en même temps que les buildings, comme le ball-windows : celui qui fait tomber la balle par la fenêtre perd. Les équipes sont composées de 5 joueurs et ils jouent dans des immeubles réservés à la compétition sportive, à des étages élevés pour permettre d'ouvrir les fenêtres sans faire entrer la brûme. Un nouveau type de courses est apparu aussi où l'objectif est de monter en haut d'un immeuble de 120 étages le plus vite possible. Des salles recréant la lumière du soleil et réservée aux plus riches permettent à ceux-ci de profiter d'une lumière naturelle. Les enfants des classes moyennes et supérieures sont éduqués loin de leurs parents et sont conditionnés pour devenir aqualogue, ingénieur, docteur, expert en sable et en verre. Les enfants issus des familles les plus démunies se destinent à devenir vendeur, ouvrier. Les plus pauvres deviennent des éleveurs d'animaux ou se réfugient dans la criminalité.
Loin en dessous de l'appartement luxueux de Nachor et Sara vit Indra, une trentenaire issue d'une famille extrêmement pauvre d'éleveurs d'animaux. Son père est décédé lorsqu'elle avait 7 ans, d'insuffisance respiratoire à force d'être confronté à la brume lors de ses allers-retours à son lieu de travail. La mère de Indra a succombé, il y a peu, elle-aussi, pour les mêmes raisons. Indra est devenue vendeuse de fausses marques de vêtements, croyant échapper à son destin d'éleveuse d'animaux, à la fatigue, à la misère sociale et aux maladies. Gangrenée par la colère et la tristesse, elle a décidé de se venger et a choisi une date particulière pour mener à bien sa vengeance. Avec une équipe d'amis des sous-terrains, elle a créé un système explosif en plaçant des dynamites dans les fondations des immeubles les plus élevés, y compris celui dans lequel se trouve nos deux aqualogues et leurs partenaires. Au moment où Sara explique à Ismaël une nouvelle technique de conservation de l'eau et que Nachor et Rhéia discutent du dernier livre qu'ils ont lu, une secousse se fait entendre. Rhéia se lève et scrute l'extérieur par la fenêtre. Mais elle ne voit rien car tout est embrumé. Que se passe-t-il ? Tout à coup, le sol couvert de moquettes de l'appartement se dérobe sous leurs pieds. La vaisselle en porcelaine tombe dans le vide, les instruments scientifiques de Sara se brisent, le verre des fenêtres explosent. Les quatre amis sont terrifiés. Ils n'ont rien fait pour mériter cela. Ils se sentent emportés par cette injustice incompréhensible venant des entrailles de la Terre. Aucune échappatoire n'est à leur porté et eux aussi, tombent dans le vide. Indra et ses amis sont morts dans l'explosion.
Toute la ville fût touchée, si bien qu'il n'y eut presque plus personnes. Ce nouvel an aurait pu être joyeux et festif mais au lieu de cela, il apporta encore plus de tristesses, d'injustices et de colères. Seules les personnes travaillant dans les élevages survécurent mais n'ayant pas reçues le conditionnement nécessaire, elles ne purent trouver de refuges. Confrontées à la brume, elles finirent elles aussi par périr. En l'an 7103, l'humanité s'éteignit, s'effondrant sur elle-même.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
74

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Ouist
Ouist · il y a
Merci beaucoup, c'est très gentil !
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Plein de bonnes idées qui stimulent l'imagination pour créer une ville futuriste mais j'aurais préféré suivre les personnages dans leurs déplacements et activités au milieu de ce décor et le découvrir au fur et à mesure. J'aurais aussi bien aimé trouver les germes de la vengeance dès le début pour créer du suspense et plus de surprise et cette mauvaise brume aurait pu revenir de manière récurrente comme pour annoncer la fin tragique.
·
Image de Jean Jouteur
Jean Jouteur · il y a
un monde à la Mezière qui aurait pu être mis en images par Besson. Une description détaillée plutôt réussie de cette société future mais qui, à mon humble sens, l'emporte un peu trop sur la condition humaine. J'aurai aimé un peu mieux connaître les personnages avant qu'ils ne meurent.
·
Image de Ouist
Ouist · il y a
C'est vrai que cela peut faire penser au 5ème élément, mais il n'y a aucune voiture dans le monde que je décris. J'aurai aimé développé plus mes personnages mais nous n'avions que 8000 signes.
·
Image de Jean Jouteur
Jean Jouteur · il y a
Pas faux, dur, dur parfois d'avoir à respecter un format.
·
Image de Oliv Yeah
Oliv Yeah · il y a
Un parfum de Barjavel dans ce récit... j'aime beaucoup
·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Juste ce qu'il faut avant de passer les fêtes de fin d'année, de fin d'humanité. Mais nous n'y sommes pas encore. Joli texte. Bravo.
·
Image de Ouist
Ouist · il y a
Merci
·
Image de Christopher Olivier
Christopher Olivier · il y a
Cette apocalypse programmée est magistralement écrite, le désespoir est présent à chaque ligne je dis bravo
Je vous invite à suivre la brume sanglante : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/reservoir-dogs-les-chiens-du-lac-artificiel

·
Image de Ouist
Ouist · il y a
Merci beaucoup, c'est très gentil
·
Image de Tyros Fialas
Tyros Fialas · il y a
Votre texte me rappelle "rémi sans famille", plus on avance et plus la tristesse s'accentue, on ne sent pas de solutions. Le final nous laisse sur notre fin.. Je ne sais pas quoi dire.. Plongé dans ce monde d'inégalités sur le point de mourir c'est triste mais peu face à la profonde tristesse que nous ressentirions dans notre réel si nous pouvions tout voir!! Du coup merci de nous avoir épargné en ne montrant qu'un aperçu du Mauvais chez l'être humain. Merci pour ces émotions que j'ai ressenti. Mes votes
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une anticipation cruelle qui pointe du doigt les inégalités croissantes et la rareté de notre ressource la plus précieuse : l’eau.
Mes votes et un joyeux Noël malgré tout car il est encore temps d’empêcher la catastrophe !

·