1
min

L'amour à porté de doigts.

Image de Hadrien Martin

Hadrien Martin

6 lectures

0

Suis-je le seul ?
Le seul assez triste pour rêver d'un peu de compagnie ? Rêver d'avoir quelqu'un à serrer dans mes bras. Quelqu'un à aimer
Je suis assez triste pour me reveiller en pleine nuit, me lever, ouvrir la fenêtre et regarder les lumières de la ville endormie.
J'ai envie de m'allumer une clope, de sentir cette fumer lourde et nauséabond envahir mes poumons. Laisser la nicotine et la dopamine faire leur effet, combler la sensation de manque.
Et de sentir le vent frais, lourd et humide de la pluie sur mon visage pour me prouver que je suis vivant.
De mon balcon au dernier étage, surplombant les autres bâtiments je contemple la noirceur de la nuit repoussée par les éclairages publics.
La ville dors, les rares voitures passant dans les rues laissent dans leurs sillages un bruit lourd semblable à un ronflement.
Je regarde mon téléphone et réponds aux dernières notifications des sites de rencontres.
L'amour à porté de doigts.
Je défile les profils des personnes proposée par l'application, je choisis entre un coeur et une croix. On dirait un directeur de casting de nouveaux acteurs, quelle ironie.
Et une foi la limite de "like" atteint, je soupire, lève la tête, et je les vois...
Je les vois toutes ces personnes en recherche ; en recherche d'attention, de sexes, de discussions, de confiance, de lâcher prise, de plan cul, de rencontre, d'amis ou d'amours.
Ils n'ont rien à perdre et pourtant tout à gagner,
Tous ces gens sur leur balcon ce même soir, devant leurs écrans de poches, éclairant leur visage fatigué et repoussant péniblement les nuits solitaires. Je les vois s'observer entre voisins mais sans oser ce parler, ils se jettent des coups d'oeils, en espérant trouver la personne qui leur convient, d'abord à première vue si les photos leur plaisent, après si selon l'algorithme complexe de l'application ça "match", les premières tentative de discussions seront envoyées.
Je les vois, je suis comme eux.
Sommes-nous désespérés ?
Ou bien est-ce un jeu ? Une chasse de conquêtes d'un soir ? Ou un manque à combler ?
Nous somme pourtant si nombreux à posséder une merveille oubliée, une force qui par le passé et selon les légendes antiques, était la source de guerre, l'origine des plus grandes tragédies, le désir de braver des tempêtes pour retrouver une personne...
L'amour à porté de doigts.
La flamme de l'amour brûle faiblement, comme une braise encore rougeâtre d'un feu qui se meure.
Elle n'a besoin que d'un souffle pour renaitre de ses cendres.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Elle est plutôt jolie. Des traits fins, les cheveux légèrement en bataille et le teint encore un peu rosé des nouveaux. Elle a l'air d'avoir froid et je l'envie. J'ai tout oublié des sensations ...