L'amour à l'impératif

il y a
2 min
63
lectures
0
Rampez jusqu’à moi dans les draps défaits, témoins de notre nuit sans sommeil, asseyez-vous sur le bord du lit, pour que je puisse m’agenouiller nue entre vos cuisses. Offrez votre érection à ma bouche ou à ma langue. Caressez mes seins, malaxez-les pendant que votre queue s’émerveille de la chaleur de ma bouche, et que ma langue glisse sur elle, que mes lèvres l’entourent avec juste ce qu’il faut de pression pour vous donner le plaisir attendu. Gémissez, encouragez-moi, parlez-moi, demandez-moi ce que vous voulez, sans restriction, sans pudeur, guidez-moi pour que je vous fasse le plus de bien possible, laissez votre regard et vos mains s’attarder sur mon dos, sur mes reins ou sur ma croupe, mon corps en position de soumission absolue. Attachez mes poignets si vous le désirez, pour que mes mains ne puissent plus s’agripper à vos cuisses, pour que seules mes lèvres et votre queue soient connectées ensemble, glissez vos mains dans mes cheveux, dans un excès de tendresse, ou seulement parce que vous en avez envie... Ecartez-moi, fouillez-moi, sondez-moi, mon corps vivant et vibrant au bout de vos doigts imprégnés de mes fluides. Laissez-les libres d’aller et venir, de s’enfoncer doucement ou plus fermement dans ma chatte, autorisez-moi à accueillir le plaisir qu’ils me donnent en silence, votre queue remplissant ma bouche, ma jouissance inondant l’intérieur de mes cuisses. Quand vous les estimerez repus de l’humidité de mon sexe, hissez mon corps léger à votre hauteur, pour que je puisse ajuster mon sexe sur le vôtre et m’empaler sur vous, les poignets toujours attachés dans mon dos, ou libre de mes mouvements, selon votre bon plaisir, vos mains enfiévrées autour de mes hanches fines. Accordez-moi la faveur d’un baiser, intense et langoureux, mon buste lové contre le vôtre, serrez-moi fort dans vos bras, faites-moi ressentir toute la tendresse que vous éprouvez pour moi et qui est réciproque, dites-moi avec autre chose que des mots que je compte pour vous. Enlacez-moi, faites-moi me sentir fragile et minuscule entre vos bras, laissez-moi vous chevaucher, et pendant que je vais et viens sur vous, abreuvez-vous de la sueur qui perle sur mes seins, léchez ma peau sans retenue, caressez-moi de la pointe acérée de votre langue, aidez-moi à m’enfoncer sur votre queue, au plus profond, vos mains plaquées autour de mes hanches. Ne me quittez pas des yeux. Faites-moi frémir, faites-moi gémir, faites-moi jouir encore et encore, mes poignets toujours attachés dans mon dos. Retenez-moi avec fermeté si je perds pied, empêchez-moi de sombrer ou de tomber, rejoignez-moi dans un plaisir partagé, sentez comme nos corps se tendent avant de se relâcher. Attendez un peu avant de bouger pour libérer mes poignets, je veux rester connectée à vous, le corps et l’esprit apaisés. Profiter pleinement de ce moment privilégié que vous m’offrez, blottie contre votre torse...
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,