L'agrafe

il y a
4 min
285
lectures
164 voix
En compétition

Psychomotricien à la retraite, je consacre davantage de temps à l'écriture. En 2004, j'ai écrit un ouvrage traitant de mon travail clinique, publié chez Vernazobres-Grego, et ai eu le plaisi  [+]

Image de 2022
Image de Très très courts
Je venais de prendre possession de mon poste dans une institution spécialisée des Yvelines, un D.E. de psychomotricien en poche, avec le statut particulier de faisant fonction d'enseignant en éducation physique. Ma formation antérieure en EPS, avortée au bout d'un an pour cause d'échec au concours de fin d'année, m'avait permis d'être embauché sans avoir à affronter une réelle concurrence. Lors de l'entretien préliminaire, j'avais rencontré le médecin psychiatre de l'établissement, un petit bonhomme rondouillard et jovial aux airs de chanoine. Son travail consistait essentiellement à rencontrer les parents et renouveler les ordonnances de psychotropes destinées aux résidents les plus perturbés ou agités.
Mes stages m'avaient familiarisé avec le monde de la folie et du handicap, mais lors de mon premier repas pris en la compagnie des jeunes, je fus soudain saisi d'un sentiment d'étrangeté, ayant perdu brutalement tous mes repères : j'étais assailli de demandes multiples pour découper la viande, servir à boire, questionné sur ma vie, ma situation. Certains, par curiosité et en recherche d'affection, avaient quitté leur table pour venir me toucher et me faire des câlins. Je me sentis brutalement étranger à ce petits peuple de déficients, trisomiques et autistes. Je crus me retrouver plongé dans le quartier chinois du XIIIème arrondissement de Paris, là où j'avais effectué mes études. Ce sentiment de ne pas être à ma place, je l'avais éprouvé très fort, un jour, dans le métro. Effet du hasard, je m'étais retrouvé seul dans le wagon en compagnie de quelques asiatiques qui parlaient avec volubilité, et m'étais senti en décalage, avec pour seuls signes de réassurance, le nom des stations de métro défilant sous mes yeux à intervalles réguliers et les rues animées de la capitale, dès que la rame eut émergé de terre et se fut mise en mode aérien.
J'éprouvais donc le sentiment curieux d'être anormal parmi des êtres, mes semblables, souvent moqués, montrés du doigt, vilipendés, contre lesquels des pétitions circulaient parfois pour s'opposer à l'édification d'une construction, d'un institut visant à les accueillir, comme si le handicap pouvait être contagieux ou pervertir les chères « têtes blondes » des quartiers résidentiels. Je craignais moi-même de céder aux appels du rejet de l'autre, mais en réalité, sur un mode inversé, c'est- à - dire que c'était moi qui risquait de m'exclure de cette communauté. Et dire qu'il existe encore des individus, se réclamant de la science, pour affirmer qu'il y aurait moins de différence entre un homme bien portant et un grand singe, qu'entre un homme bien portant et un handicapé mental, qu'il puisse exister, en somme, des humains moins humains que d'autres !

Ces interrogations m'assaillirent donc au cours de ce repas et dans les jours qui suivirent. Je me demandais si je serais à la hauteur, m'adapterais suffisamment et travaillerais correctement. Mes collègues furent d'un grand secours, comme c'est souvent le cas quand on s'adresse à l'humanité souffrante. J'avais sympathisé avec une enseignante qui animait avec moi les temps de sport de sa classe. Nous arrivions, tant bien que mal, à organiser des jeux où devait dominer le collectif, tout en ayant une attention particulière pour certains, davantage tournés vers leur monde intérieur que convaincus de l'utilité de mettre un ballon au fond d'un filet. Des sorties étaient régulièrement organisées avec les véhicules de l'établissement, à la piscine chaque semaine, puis à l'arrivée des beaux jours, sous la forme de journées pique-nique sur une base de loisirs ou sur les berges de la Seine, aux alentours de Conflans-Sainte-Honorine, Mecque des bateliers. Il nous arrivait d'accoster en barque sur une petit île, pour un goûter sous les frondaisons, comme les personnages d'Une partie de campagne de notre écrivain, adepte du canotage, Guy de Maupassant. J'aurais volontiers entraîné l'orthophoniste, une « petite pomme » à la peau laiteuse et aux cheveux de jais coupés court, sous un bosquet, à l'écart du groupe, mais le contexte ne le permettait malheureusement pas...

Je m'étais habitué à ce travail, partagé entre les petits et les grands. Avec ces derniers, j'avais organisé des cours de judo – certains d'entre eux ayant déjà pratiqué - , dans un local dédié, c'est-à-dire équipé de tatamis en paille de riz emboités les uns dans les autres. Le groupe était constitué de quatre à cinq adolescents et jeunes adultes. L'un d'entre eux avait même décroché sa ceinture orange, et ce n'était pas une ceinture de complaisance, comme cela arrive de temps à autre dans certains clubs afin de satisfaire les familles, en sus des jeunes concernés, tout en les leurrant sur le niveau réel de leur progéniture. N'ayant pas pratiqué depuis longtemps, le vocabulaire japonais et les prises me revenaient pourtant assez vite en mémoire. L'habillage et le déshabillage prenaient du temps. La façon de nouer la ceinture du kimono aussi, avec croisement dans le dos, retour vers l'avant et réalisation d'un nœud plat réglementaire et non d'un nœud de vache disgracieux. Une fois en tenue, les rituels se succédaient : position assise sur les genoux, salutation en inclinant la tête sur le tapis, mains au sol, position debout, salut de l'adversaire et de l'arbitre, buste penché en avant...
L'un des jeunes trisomiques, de par sa singularité morphologique liée à son état, était réellement très souple, avec une bonne statique liée à un centre de gravité assez bas qui le rendait difficile à faire chuter. Plus d'un s'y était essayé sans succès, ce qui le rendait assez fier. Le judoka à la ceinture orange était très tonique, un peu raide dans sa gestuelle, mais appliqué et consciencieux dans ses tentatives de balayage. Un après-midi d'été où j'effectuais un randori avec lui, au moment où je pivotai en tentant un mouvement d'épaule, je ressentis une vive douleur au niveau du gros orteil de mon pied droit. Je m'arrêtai instantanément. Une profonde entaille s'était mise à saigner abondamment, et tachait le sol en un temps record. Je plaçai un mouchoir sur la plaie pour faire hémostase et mis fin à la séance. Je me rendis ensuite au secrétariat pour établir une déclaration d'accident puis dans le plus proche cabinet médical pour me faire recoudre et obtenir, à mon corps défendant, un arrêt de travail de quelques jours. Le directeur me fit le reproche de ne pas avoir été assez vigilant, de ne pas avoir été assez professionnel en quelque sorte ! Je ne savais que lui répondre pour ma défense : désavouait-il l'activité judo, alors qu'il ne l'avait jamais dit expressément ? Ne supportait-il pas tout simplement ce qui pouvait déroger au bon fonctionnement de son établissement ? Vaguement culpabilisé, je ne comprenais vraiment pas comment je m'étais blessé de cette façon.
Après quelques jours de repos forcé, passés sur une chaise longue, je repris mon travail et allai, le jour même, inspecter les tapis de la salle, désireux d'en avoir le cœur net. À quatre pattes, j'examinai avec précaution les jointures des tatamis dans la zone où je m'étais blessé. Les taches ayant été nettoyées, je pensais perdre mon temps, mais au moment où je fus sur le point d'abandonner mes recherches, en glissant mon index sur la tranche de l'une des nattes, je sentis une résistance : elle était due à une agrafe servant à retenir le revêtement plastifié, qui s'était arrachée partiellement de la paille de riz. En la triturant, j'arrivai à la dégager complètement et allai montrer ma découverte au directeur. Il parut embarrassé, me demanda si j'étais rétabli, et si j'étais à même de reprendre mon travail dans de bonnes conditions. Je lui répondis par l'affirmative, assez content de mon petit effet. Je me promis de quitter cet endroit dès que j'en aurais l'opportunité, mais qu'avant de partir, je tenterai ma chance auprès de la pulpeuse orthophoniste.

En compétition

164 voix

Un petit mot pour l'auteur ? 65 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Mon soutien pour ce bon texte.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Daniel.
Image de Victor Rotciv Jr
Victor Rotciv Jr · il y a
Agréablement surpris. Une petite agraphe autour de laquelle se développe tout un univers.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Victor !
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
J'ai beaucoup aimé... un ton vrai comme si on voyait tout, un monde à part, un récit qui change ...une réalité et puis un rien de rêve ... la fin le murmure ! ... à suivre alors !
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Viviane, et je ne dévoilerai pas la suite du rêve...
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Oh vous avez raison ... et comme ça, on peut faire ce que l'on veut !
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Un très beau texte... La fin est trop vite envoyée à mon goût, c'est tout le problème des contraintes !
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci, mais oui, à l'origine, ma nouvelle était plus longue, mais avec les contraintes, on sabre où on peut et le résultat n'est pas toujours au top :)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bravo Joël pour votre prestation : c’est un point de vue très intéressant et humain sur la question de l’engagement, dans une intrigue bien écrite et bien construite et un phrasé fluide, et … place à la romance peut-être…j’espère qu’il n’y aura pas de souci avec l’orthophoniste, il faudra bien lui parler 😉
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Fred, d'abord de vous retrouver sur mes écrits et ensuite de votre commentaire argumenté et humoristique. Ainsi que l'ai mentionné un peu plus bas, je ne dévoile pas la suite de l'histoire en ce qui concerne l'orthophoniste, par discrétion, ma nouvelle étant par trop autobiographique.
Image de Patricia Destrade
Patricia Destrade · il y a
J'aime le phrasé, l'amplitude et le rythme de votre texte.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un grand merci pour ces compliments Patricia.
Image de Chateau briante
Chateau briante · il y a
merci Joël de ton récit plein d'humanité et qui me touche beaucoup comme tu dois le savoir après avoir lu "aubergine"

cette vie est cadeau mais pas de mode d'emploi...
des règles sociales ont été établies définissant les caractéristiques de comportements "normaux"

mais quelle place pour les "différents", inadaptés, handicapés ?
des efforts ont été faits pour ne plus trop les mettre au ban de la "société" mais cela ne saurait suffire

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci à toi pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur, car on me reproche souvent de ne pas me livrer suffisamment dans mes écrits, d'être trop "distancié", mais c'est par déformation professionnelle. Il est vrai qu'Aubergine met bien en évidence les souffrances existentielles qu'on affuble d'étiquettes diverses, parfois contradictoires et que l'on traite à grands renforts de médocs - cependant nécessaires-, mais où la parole doit y être encouragée...
Image de Ophélie Le Aubin
Ophélie Le Aubin · il y a
Un texte prenant, une très belle découverte ! bravo
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Ophélie !
Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Pourquoi avoir quitté cet endroit? Un abandon pas justifié, une note de 4
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Abandon lié à la distance domicile / travail notamment. Pour la note, vous auriez pu aussi ne rien mettre, car je ne cours pas après les voix, le système de votes étant trop pervers.
Image de Lady Délivrance
Lady Délivrance · il y a
J'aime l'approche et la fluidité du texte. Bonne chance avec la pulpeuse orthophoniste :)
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Lady,
Etant un gentleman, je ne raconte pas la suite de l'histoire !