L'âge pour mourir

il y a
2 min
76
lectures
30

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

— Mamie, est-ce que je peux te poser une question ?
— Bien sûr Ludovic, tu sais bien que tu peux peux me poser toutes les questions de la Terre, je te l'ai déjà dit l'autrefois !
— Vraiment toutes ?
— Mais oui, Ludovic, toutes ! N'aie pas peur, je ne vais pas te manger, pose-moi ta question !
— Mamie, tu as 88 ans, papa dit que c'est l'âge où l'on meurt. Est-ce que tu as peur de mourir ?
— Oui et non, Ludovic. Oui, j'ai peur de mourir, car tout le monde a peur de mourir, mais quand on a vécu de nombreuses années sur la Terre, que l'on a vu de belles choses, et des choses horribles, et bien parfois, on se dit qu'on a fait notre temps, et qu'il faut que la vie s'arrête, pour qu'enfin on puisse se reposer, ne plus penser à rien, ne plus souffrir, ne plus avoir de douleurs de partout dans le corps. Bien sûr, on a toujours un peu de peine de quitter ceux que l'on aime, mais ainsi vont les choses, c'est dans l'ordre de la nature, c'est la vie.
— C'est quoi ces horribles choses, Mamie ?
— Les guerres ! C'est terrible, j'ai vu la deuxième guerre mondiale. J'y ai perdu mon père et mon frère, et ma mère nous a élevées seule, mes sœurs et moi. On a quitté l'école très tôt pour l'aider à la ferme. C'était pas facile, la vie, en ce temps-là, il fallait avoir beaucoup de courage.
— Est-ce que tu crois qu'on va au ciel lorsqu'on meurt, mamie ? Papa dit souvent que maman est là-haut avec les anges, et qu'elle nous regarde.
— Ton papa a certainement raison, Ludovic. Moi je crois qu'il y a un paradis et que tous les gens qui ont fait du bien dans leur vie vont y aller.
— Et toi mamie, tu crois que tu vas y aller aussi lorsque tu seras morte ?
— Oh oui ! J'espère bien ! J'ai fait beaucoup de bien dans ma vie. J'ai été respectueuse et obéissante envers mes parents, j'ai toujours aidé ceux qui étaient dans le besoin lorsque j'en avais les moyens, je n'ai jamais fait de mal à quelqu'un, ni parlé en mal d'une personne. Oh, il m'est arrivé, lorsque j'étais enfant, de chaparder quelques bonbons dans une confiserie, parce que maman n'avait pas d'argent à me donner pour acheter des friandises, mais ça, je pense que le bon Dieu me le pardonnera.
— Moi aussi j'ai chapardé des bonbons, mamie ! Et le soir même j'ai vu mon papa en rêve, il était très en colère, et il m'a dit que si je volais encore, j'irais en enfer !
Ton père était un homme droit et juste, Ludovic. Tu le vois souvent en rêve ?
— Oui mamie. Depuis qu'il est parti, presque tous les soirs. Je le vois dans un grand jardin avec des fleurs, avec des oiseaux de toutes les couleurs, à côté de maman ! Ils me sourient tous les deux, ils ont l'air heureux et ils me disent de toujours garder le sourire et de ne pas avoir de peine. Ils me disent que dans la vie, ce qui est important, c'est de toujours avoir la foi et de croire aux miracles.

— Madame Martinaud, les visites sont terminées, je suis désolée. Vous reviendrez demain.

— Mamie, n'aie pas peur. Je suis sûr que tu vivras jusqu'à l'âge de 100 ans ! 100 ans, c'est un bel âge pour mourir ! Tout à l'heure le docteur m'a dit que si je gardais espoir, je pourrais peut-être fêter mon dixième anniversaire et retarder les symptômes de ma leucémie. Je te donnerai la force de ne plus avoir peur de la mort, mamie.
30
30

Un petit mot pour l'auteur ? 41 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Au fil du récit, la situation devient de plus en plus poignante. Quelle tristesse.... Et voilà une grand-mère qui n'aura pas la tristesse de quitter quelqu'un à sa mort, puisqu'ils sont tous partis de son vivant.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Safia ! J'ai vu un reportage qui montrait un enfant hospitalisé pour une grave maladie, donnant des leçons de courage à ses parents !
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Bisabelle dit '' troublant'', oui, je crois que c'est le mot juste..
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Lange ! J'ai vu à la télé un reportage où un enfant hospitalisé rassurait ses parents. C'est ce qui m'a inspiré !
Image de Adrien Neves
Adrien Neves · il y a
Très belle chute, une histoire qui me rappelle Oscar et la Dame rose dans un dialogue, entre innocence et fatalité.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci encore, Adrien ! Vous comparez mes modestes textes à ce qu'il y a de plus beau ! J'aimerai connaître votre avis sur mon premier conte, si vous avez le temps : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-rose-des-sables-1
Image de Bisabelle
Bisabelle · il y a
Troublant
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
J'ai vu un reportage où un jeune enfant hospitalisé rassurait ses parents et leur donnait une leçon d'optimisme et de courage.
C'est ce qui m'a inspiré cette histoire. Merci Bisabelle.

Image de lucile latour
lucile latour · il y a
bravo. très joli recit. il faut toubours poser des questions.. même les plus difficiles et la lumière vient.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Exactement Lucile ! Un philosophe a dit un jour : pourquoi n'avez-vous pas de questions ? J'ai tellement de réponses.
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Je croyais que les philosophes avaient plus de questions que de réponses...
Image de Francine
Francine · il y a
Quand la chute tombe, le cœur a un serrement. Petite remise à l'heure pour l'indifférence et l'égoïsme latent.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Nous devons avoir de l'amour et du respect pour nos ainées. Dans mon récit, cette grand-mère va survivre après avoir vu tous les siens mourir. Lorsque son heure viendra, elle n'aura personne à ses côtés. Merci Francine.
Image de CATHERINE NUGNES
CATHERINE NUGNES · il y a
J'aime tout simplement . merci .
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Catherine !
Image de Mica Deau
Mica Deau · il y a
Terriblement bien raconté, un poids de tristesse sous un ton subtilement léger. Belle réflexion, bravo !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup Mica Deau. Au fil de la lecture, le drame s'intensifie. On s'aperçoit que Ludovic a perdu ses parents, et que sa grand-mère va se retrouver seule au monde après avoir perdu son petit Ludovic, et mourir seule, sans personne pour l'accompagner.
Image de Michou Katianis
Michou Katianis · il y a
c'est un jeu rationnel très subtil dans ce passage de dialogues entre innocence et mort
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Michou, il y a en plus l'intensification du drame, la gradation de la dégradation. En avançant dans le récit on découvre
la mort de la mère et du père. Après la disparition de Ludovic, ne restera plus qu'une grand-mère qui aura vu partir tous les siens, et qui va affronter sa propre mort... seule.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Un voile mauve

Claire Lobet-Maris

Elle est assise à l’avant du bateau. Sur ses genoux, un petit dort. Ce n’est pas le sien mais celui de cet homme allongé au fond de la cale et qui n’en finit pas de sortir tout ce qu’il a... [+]