L'affable fontaine

il y a
2 min
14
lectures
0

Retraité de l'enseignement je m'adonne à l'improvisation dans l'écriture avec un style humoristique afin que mes amies et lecteurs puissent oublier les aléas de la vie  [+]

Un malheur vient de me frapper! Mozart vient de découvrir que Facebook s'est emparé de sa face pour parer une nouvelle page d'ailleurs mal orthographiée. Elle se nomme: L'affable fontaine d'historiettes. Quel mauvais titre. On est loin des fables de Lafontaine et de ses petites histoires. Mozart et moi ne sommes que les victimes d'un écriveux vieux qui s'est mis à raconter sa vie et ses envies. Je me nomme Jean Jenquet et je suis un personnage de son invention. Il tente de faire de moi un détective privé d'imagination. Normal, je suis à son image. Son chat devrait m'aider dans mes enquêtes mais, malgré qu'il sache lire et écrire à l'ordinateur (normal dans un conte) il est toujours en quête de repos et de repas. Quant à moi, j'ai déjà à mon actif plus de soixante enquêtes dans mon classeur, mais très peu d'affaires classées. Je souhaite ardemment qu'il ne les mette pas tous sur son site ou, du moins, qu'il cite qu'il en est l'auteur. S'il fallait qu'il publie cette enquête sur un couple infertile, j'en mourrais de honte. En résumé, je m'étais intéressé à Alex et Sandrine qui, après de longues fréquentations de trois jours, avaient décidé de faire vie commune. Les premières semaines furent consacrées aux jeux sexuels et comme la relation devenait sérieuse le couple décida qu'il était temps de former une famille. Comme leur sexualité ne menait à rien, il me confia le mandat de trouver une solution. Évidemment, j'ai commencé par demander un test de fertilité qui s'avéra positif. Aucun problème de ce côté. Je leur ai alors recommandé plusieurs livres et films pour attiser leur désir sexuel. Rien à faire. Un an plus tard, mon contrat d'exclusivité expirant, j'ai dû accepter de céder le contrat à un concurrent. Ce dernier rencontra le couple, leur fit une suggestion et quelques mois plus tard, la famille accueillait un premier enfant. J'ai alors compris que j'aurais dû rencontrer le couple en question et en questionnement en personne et non seulement par téléphone. J'aurais probablement constaté qu'Alex et Sandrine sont deux femmes et que la seule solution consistait à une insémination par un tiers. Je prie Dieu (qui n'existe pas) que cette anecdote ne se retrouve jamais sur Facebook. Par contre, l'auteur peut mettre sur le site tous les autres textes où il parle de sa vie. Elle est tellement farfelue que personne ne va le croire. Plusieurs diront de lui qu'il est génial ce qui est normal vu qu'il est près de la folie. D'autres diront à répétition qu'il est nono démontrant alors qu'ils ont su percer à jour le personnage même s'ils le lisent de nuit sans ennui. Mais, comment taire mes commentaires? Je ne suis qu'un de ses personnages après tout.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Réveil funèbre

Alex Maliraut

Un nouvel enterrement de passé. Les gens ont pleuré, de la mise en bière à la mise en terre. Chacun dépose une gerbe de fleurs. On glisse un mot à la famille. Tout le monde repart. Une page se... [+]