L'acte de sa vie

il y a
2 min
1
lecture
0
Il est prêt. Il est décidé, comme jamais il ne l'a été. Son arme secrète est bien en place sous son blouson.
Voilà des mois qu'il la bichonne. Il a eu du mal à la trouver. Pas trop grande pour être tranportée. Pas trop petite pour être assez puissante... Il ne faut surtout pas qu'elle lui fasse défaut au moment de passer à l'action. Il aurait l'air tellement ridicule. Et ridicule il ne veut plus l'être.
Son plan, il l'a pensé, réfléchi, des jours et des nuits entières : il ne peut pas échouer. Il en est certain. Bientôt, on ne parlera que de lui au lycée. On va voir de quoi il est capable.
Pour ce jour unique, il a tenu à se faire beau. Il a coiffé ses cheveux, ce qu'il ne faisait plus depuis bien longtemps. Un polo. Un jean. Ses chaussures en cuir qu'il adore et qu'ils ont si souvent moqués. Et son blouson donc. Simple mais classe.
Bientôt, il le sait, il ressentira un bonheur immense. Un bonheur indesriptible. Il a trop de choses enfouies au fond de son coeur, au fond de ses tripes. Il ne veut plus rester comme cela à subir. Au fond, il est romantique. Trop sans doute et ça lui joue des tours. C'est mal vu au lycée. Et ces moqueries, qu'il acceptait au départ, ne le font plus rire du tout.
9h30: C'est l'heure. Le temps de faire le chemin à pied, il arrivera pile pour la récré. Ou juste un peu avant, s'il se dépêche. Son coeur est immense. Lourd et encombrant aussi. Mais immense. Son courage est immense lui aussi. C'est peut-être bien la première fois. Quelle première !
10h00. Il passe le portail, en même temps que sonne la récré. Il fait beau, tout le monde sera dehors. C'est ce qu'il avait prévu. Il veut que tout le monde sache qui il est. Qui il est vraiment !
Alors, instinctivement, il se dirige vers cette statue étrange au beau milieu de la cour. Il a l'impression que tout le monde le regarde déjà. Drôle de sentiment. Il sait qu'elle est là, il l'a remarquée dès qu'elle a passé la porte qui mène aux salles dédiées aux sciences. Il connait son emploi du temps par coeur.
Du haut de la "statue" où il se trouve désormais, machinalement, il sort son arme secrète de dessous son blouson. Lui que l'on n'écoute pas. Lui qui se sent si souvent transparent. Lui, surtout, qui voudrait qu'elle le regardât. Les autres, encore, il s'en fout. Mais elle, juste elle, forcément elle. Lui, donc, on va l'entendre. Et elle va l'écouter.
Il a son mégaphone à la main, ce mégaphone qui a symbolisé si fort ces quelques secondes à venir, lorsqu'il restait prostré dans sa chambre de longues heures à le regarder, à imaginer. Il respire un grand coup : "Lola,..."
Dans la cour, dans un même mouvement, toutes les têtes se tournent vers lui. Lui, ce "mec un peu louche" dont pas grand monde ne connaît le nom et encore moins la vie.
Il l'a fait. Le temps est suspendu...
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,