1
min

Lacrima

Image de Zax

Zax

74 lectures

4

Les larmes ne coulent plus depuis longtemps sur les joues ravinées de Mado. Elle garde pour elle sa souffrance au cœur de son cœur.
Le souffle court, elle tient la carte postale entre ses mains tremblantes. Au recto une fontaine sur une grande place ensoleillée, au verso une seule phrase : « Je rentre le 15 Mars, j’ai enfin trouvé ! »

Trois gouttes : trop exsangue, la première dégoutte rapidement, la deuxième se goûte sur la pointe de la langue et la troisième s’écrase sans un bruit sur le réactif. Goutte à goutte, tout s’ajoute.

Mado vérifie encore une fois la date du jour sur le calendrier, celui avec le chaton qui la fixe de ses yeux verts. Mercredi 15 Mars, Serge rentre aujourd’hui ! Mado est pétrifiée : vingt-cinq ans que son fils est parti ; vingt-cinq ans qu’il ne lui envoyait qu’une unique carte pour la nouvelle année avec ce leitmotiv : « Je cherche, bonne année. »
Serge, sa fierté, son garçon un peu trop sérieux, qui sclérosa sa jeunesse dans les livres et les labos pour décrocher deux doctorats : l’un de biochimie, l’autre de physiologie. Cette jeunesse qui explosa avec l’accident de son père. Il n’assista même pas aux obsèques. Il abandonna là ses pairs et sa mère versant ses dernières larmes pour aller courir le monde.

Trois gouttes : trop exsangue, la première dégoutte rapidement, la deuxième se goûte sur la pointe de la langue et la troisième s’écrase sans un bruit sur le réactif. Goutte à goutte, tout s’ajoute.

On sonne à la porte. Mado reste prostrée dans son fauteuil face au chaton. On sonne encore, la porte s’ouvre. Une présence dans son dos, Mado ne bouge toujours pas. Les yeux verts font place à une paire de lunettes et un timide sourire mal rasé aux dents jaunes. Serge !
Il l’embrasse tendrement sur le front puis ouvre un cartable au cuir patiné pour en sortir un flacon de cristal bleu. D’une voix rauque, il évoque des pays et des villes exotiques, énumère des noms de savants aux consonances étrangères. Il dévisse le bouchon et à l’aide d’une pipette dépose une goutte dans chaque œil de Mado en citant des formules chimiques alambiquées.
Après un court silence, deux superbes larmes perlent aux yeux de Mado, un grand sourire éclaire son visage, et roulent deux larmes de bonheur sur ses joues rajeunies.

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de Les savants fous
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon vote n0 4 pour ce fils, longtemps absent, qui revient avec de bonnes nouvelles de bonheur pour sa mère! Bravo!

Mon poème, PREMIERS FROIDS, est en compétition. Je vous invite à passer le voir et le soutenir si le cœur vous en dit ! Merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/premiers-froids-1

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

POÈMES

Casqué, preux chevalier, j’enfourche mon destrier, prêt pour le grand voyage.Je vais avaler ...