2
min

La voie de toute chair

Image de Dadouw

Dadouw

214 lectures

17

Qualifié

Depuis ce matin très tôt, je sais qu'aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres. Je ne me sens pas bien, pas bien du tout. Pour tout dire, mon corps tremble. Peut-être n'est-ce qu'une impression, mais il me semble que le monde autour de moi tremble en écho. Mais je dois m'y résoudre ; ma vie est presque arrivée au bout d'elle-même. Cette douleur qui m'étreint la tête, je ne la supporte plus. Je suffoque. Tout n'est plus qu'ombres tandis que je sens le monde s'écrouler. C'est un peu rude pour un début, mais c'est déjà la fin.
Chacun a son heure ; voici venir la mienne. Elle se profile très lentement, sous la forme d'une tache lumineuse, si proche et si lointaine. C'est un tunnel, voilà ce que c'est. Il y a une lumière tout au bout. Voilà, c'est ça. Je vais passer de l'autre côté. Comment est-ce que ça sera ? J'ai le sentiment que je ne vais pas tarder à le savoir. La fin de cette étape en annonce sûrement une nouvelle. À moins qu'il n'y ait rien, après ? Moi je suis comme les bébés : je ne crois en rien.
Après la douleur, c'est la peur qui commence à m'étreindre. Elle envahit mes épaules et les écrase dans un étau. Mais je vois la lumière, encore et toujours, au bout du tunnel. Elle est aveuglante, maintenant. Je ne peux plus la fixer, alors je verouille mes paupières, voguant doucement vers Dieu. Mais l'apocalypse se déchaîne sur moi. Je délire un peu. Un gaz atroce emplit mes poumons, brûlant ma poitrine, m'arrachant une plainte. Ma vie, la lumière, le tunnel, tout est derrière moi. Maintenant, ce n'est plus que feu et flammes. Vivement la fin, je veux mourir.
Mes yeux en pleurent et refusent de voir. Je suis en train de sortir de ma peau.
Tandis qu'un froid polaire s'empare de mes os, je rassemble ma douleur. Je fais un amalgame de toute ma peine, de toute ma haine, de toute ma colère et mes remords, j'en fais une petite boule que je crache à la face du monde, et je hurle, je hurle de toute la force de mes poumons brûlés pour éjecter la vie hors de moi. Mais, comme toujours, rien n'est encore accompli et tout reste à faire. Je ne suis pas encore morte.
Des visages veulent m'apparaître, je vois passer devant moi ce qui semble être toute ma vie. Je pense à ma mère, naturellement. Qui ne le ferait pas ? Je vois son visage, j'aimerais lui parler, j'essaie, j'essaie de toutes mes forces, mais un mur m'en empêche. C'est un mur infranchissable ; je le vois au premier coup d’œil. Je voudrais lui murmurer un mot doux et puis des encouragements. Moi je veux lui dire que je l'aime ; que je suis nu, que mes yeux rougis pleurent à la mort, que mes poumons implosent, mais que je vis encore et que je l'aime toujours. Mais elle ne comprend pas. Elle me sourit.
Puis soudain, une force m'éloigne d'elle, impitoyablement. Je vois encore son joli visage, et je peux y apercevoir le reflet de ma souffrance.
Je tends les bras vers elle mais il est trop tard. Je suis ballottée dans des vagues d'écume, elles me transportent et m'étouffent. Il y a du blanc partout. C'est trop de blanc pour moi.
Et puis enfin, c'est terminé. C'est comme s'il ne s'était rien passé. Je dois être sur un nuage parmi les anges. Tout est blanc et les visages me sourient.
Je ne saurais décrire tout ce qui vibre autour de moi. C'est chaud. C'est mou. C'est agréable comme une sieste. Je lève les yeux, je vois Maman qui me sourit. Elle tourne doucement la tête, et une voix lui annonce : « C'est une fille. »

PRIX

Image de Printemps 2014
17

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Trente Mai
Trente Mai · il y a
un sujet intarissable et sans cesse renouvelé ! j'ai beaucoup aimé
Image de Le destructor
Le destructor · il y a
superbe ! la naissance la mort la vie quoi !! la souffrance et le bonheur ! je vote ! si vous avez 5 minutes j'ai deux poèmes en compétiton merci.
Image de Kizera
Kizera · il y a
C'est une façon de voir la chose...
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
BRAVO ! Cette fausse piste de l'E.M.I qui enfante dans la douleur, enchante dans le bonheur.
SUPERBE !
A l'occasion..., j'ai "des habits superbes" ( en Finale Hiver / Poème ).. Un petit tour n'engage à rien, même pas à voter....

Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Quel texte troublant ! C'est poignant car cette lutte décrite est éprouvante et c'est beau car cette lutte est magnifiée par votre chute. Je vote pour votre très beau texte ! En parlant de chute, je vous invite à lire Je sais pour eux !
Image de Red Hat
Red Hat · il y a
je vote c'est très beau

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Ce matin, tu ne te réveilles pas car tu n’as pas dormi, le soleil est arrivé à l’improviste. L’idée même de dormir ne t’a pas effleuré l’esprit, tu as fait le choix d’aller au bout...