La vieille dame qui contemplait la mer

il y a
2 min
1088
lectures
796
Finaliste
Public
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une belle histoire d'amour qui défie le temps. Les personnages, denses et travaillés, se nourrissent d'une ambiance très marquée, dépaysante, et

Lire la suite

Autant que je m’en souvienne, j’aime lire depuis que j’ai appris il y a…. fort longtemps…. Je voue une admiration à tous ceux qui sont capables de produire des histoires, de capter des  [+]

Image de 6ème édition

Thème

Image de Très très court

Ce matin encore la vieille dame se leva aux aurores, le jour naissant qui filtrait à travers les persiennes l’appelait au-dehors. Sur la grande terrasse surplombant la mer, elle s’approcha de la rambarde. Le vent léger jouait dans ses cheveux défaits, le soleil allait se lever. C’était son instant préféré. Il faisait doux, on n’entendait que le ressac des vagues lécher les rochers à l’aplomb de la terrasse. La vieille dame salua d’un petit geste les pêcheurs qui partaient naviguer le long de cette côte italienne du levant. Santa Margherita de Ligure s’éveillait. Une autre journée commençait, le temps filait et la vieille dame, debout sur sa terrasse, contemplait la mer.

Elle avait eu une belle vie parce qu’elle avait aimé et avait été aimée. Chaque matin, elle attendait le retour de celui qui avait fait battre son cœur juste un peu plus vite. Elle savait qu’il reviendrait, il était toujours revenu, il était l’homme de sa vie. Leur histoire était née il y avait bien longtemps, faite de désirs, de passions, de déceptions, de ruptures et de renaissances. Toute une vie à se chercher, se séduire, se conquérir, se perdre et se retrouver encore. Une histoire d’amour hors du temps, atypique, cruelle et dense, douce-amère, mais une histoire quand même. Son histoire, la plus belle histoire d’amour, et même si le temps était passé, si les aléas de la vie les avaient séparés, elle espérait encore et toujours qu’il revienne.

Or, ce matin-là, alors qu’elle contemplait la mer, elle entendit distinctement le bruit des clés que l’on tourne dans la serrure et la lourde porte d’entrée s’ouvrir en grinçant. Des pas dans l’escalier, une porte qui coulisse et s’ouvre sur la terrasse ensoleillée. Il était revenu.


Tous les matins à l’aube, Gianni partait pêcher. Depuis plus de trente ans, il faisait vivre sa famille des fruits de la mer, pas toujours généreuse mais tellement intense qu’il n’imaginait pas vivre autrement qu’en symbiose avec elle. Pêcheur de père en fils depuis trois générations, il connaissait les endroits les plus prolifiques et les courants les plus dangereux. Comme tous les jours, il passait à l’aplomb de cette grande maison située à l’entrée de Santa Margherita, dont l’imposante terrasse, construite sur un à-pic rocheux, surplombait la mer.

Des histoires couraient sur cette vieille bâtisse inhabitée depuis des années. Certains la disaient hantée par l’esprit de sa dernière propriétaire qui serait morte de chagrin, attendant le retour de son homme. Des pêcheurs affirmaient avoir aperçu, sur la grande terrasse qui domine la mer, la vieille femme, se tenant immobile. D’autres disaient qu’elle les saluait d’un geste, d’autres encore racontaient qu’elle se tenait sur la rambarde et sautait dans la mer. Mais Gianni, lui, savait bien ce qu’il avait vu ce matin-là.

Dans un halo de lumière qu’animaient les premiers rayons du soleil levant, il distinguait, de sa petite embarcation, deux personnes sur cette terrasse. Une vieille femme, debout, les mains en appui sur la rambarde, contemplait la mer. Il lui sembla un instant qu’elle leva la main dans sa direction en signe de bonjour. Dans un geste presque automatique, Gianni lui rendit son salut quand il aperçut, juste derrière elle, un homme âgé qui s’avançait. Il le vit entourer de ses bras la vieille dame et poser sa tête sur son épaule. Dès lors, le soleil qui éclairait la scène fut un instant caché par un nuage. Sur la terrasse, en ce petit matin du 14 février, Gianni regarda les deux amants s’étreindre et, se tenant par la main, disparaître dans l’ombre de la maison.

Il est des histoires d’amour qui traversent le temps et l’espace. Les légendes qui leur prêtent vie les nourrissent et les rendent immortelles. Gianni racontera à ses enfants ce qu’il a vu ce matin-là, lorsque le fantôme d'une vieille dame amoureuse a enfin retrouvé son amour perdu.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une belle histoire d'amour qui défie le temps. Les personnages, denses et travaillés, se nourrissent d'une ambiance très marquée, dépaysante, et

Lire la suite
796
796

Un petit mot pour l'auteur ? 342 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
Très beau texte, Doria.
j'adhère par mes voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
une très jolie histoire
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci beaucoup Fleur, c’est gentil à vous d’être venue sur mes lignes.
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
L'apaisement d'une belle écriture, la mer, et une histoire accrocheuse. Que demander de plus ? :)
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci Beaucoup Aurélien !
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Bonjour Doria,
Alors, quoi de neuf dans votre liste ?
J'ai beaucoup aimé ce texte, et il m'a fait repenser à un très beau roman italien où la mer est le personnage secondaire mais essentiel.
Si vous êtes curieuse, je vous le conseille. Il s'agit de
"Plus haut que la mer", de Francesca Melandri.

Bien amicalement...

Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Bonjour cher ami, c’est gentil d’être venu sur mes lignes pour contempler la mer....je trouve la grande bleue hypnotique et fascinante à bien des égards. Je vais sans doute , si je suis inspirée concourir pour la mort en cavale, vu que j’aime bien ce genre là et que ce type d’exercice contraint est très stimulant. A très bien sur vos lignes.
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Certes, certes, chère amie contemplative de la mer... Mais n'oubliez pas : ""Plus haut que la mer", de Francesca Melandri, ce roman, j'en suis quasi certain, pouvant ouvrir de nouveaux horizons... à votre plume si féconde !
A bientôt de vous lire en effet !

Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
alors j'irai volontiers lire cette œuvre que vous me recommandez.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
des histoires comme on aime, tendres, éternelles.
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci beaucoup, je suis ravie si cette histoire vous a touché.
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
C'est très beau, plein de tendresse et d'émotion.
Pour ma part, je suis sur mon 31, en finale grâce à vous, et je vous invite à aller le relire. Merci.

Image de Dranem
Dranem · il y a
Délicieusement fantastique !
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Merci beaucoup cher Dranem !
Image de Cannelle
Cannelle · il y a
Toutes mes félicitations. Je n'ai pas été très présente auprès des auteurs de ce concours. Très jolie histoire, et joli talent de conteuse.
Je suis arrivée sur ce texte par une proposition publicitaire de Short à en découvrir un autre de l'auteur, c'est nouveau. Et sympathique

Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Et bien Cannelle, je vous remercie et vous invite sur ma dernière nouvelle, si vous aimez frissonner, à la rencontre de mes « effroyables chimères ».
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Au delà de la vie, au delà de la mort, un amour éternel. Chère Doria, je découvre petit à petit tes écrits en poursuivant ma remontée dans le temps.
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
coucou Sylvie, merci de ta promenade sur mes lignes, j'apprécie beaucoup !
Image de Jean-françois Joubert
Jean-françois Joubert · il y a
J'aime. U
N f.ilm portait ce titre si ma mémoire est bonne

Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
merci Jean-François !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Je le veux

Natacha Fichten

Mon cœur tambourine contre ma poitrine tandis que mes jambes se mettent doucement à trembler. Mon visage n'affiche aucune trace de peur alors que celle-ci me broie les entrailles. J'essaie de... [+]