La vie des bons côtés

il y a
1 min
33
lectures
0

J'ai du pain sur la planche, mais je ne mange pas de ce pain-là. Je n'ai pas l'angoisse de la page blanche, mais celle de l'avion en papier qui ne vole pas. Je crois que tous les esclaves du monde  [+]

Le chef d'entreprise voulut prendre les choses en main ce jour-là. Il en avait ras la casquette et plein les oreilles de ne pas comprendre son personnel.
Toute la sainte journée, il entendait les fredonnements de « La vie en Rose » d'Edith Piaf, ou d' « Entre gris clair et gris foncé » de Goldman.
S'il était entendu que ses gens chantaient comme des candidats de TOP Chef refoulés par The Voice, son obsession était de savoir quel tempérament possédait chacun de ses engagés.
Le défi qu'il lança à Romu était du 50/50.
En cas de réussite, il lui disait merci. En cas d 'échec, il le remerciait.
Sa demande était d'inventer une formule pour reconnaître un pessimiste d'un optimiste, celui qui voit le verre à moitié vide de l'autre qui le voit à moitié plein.
Expérience à l'aveugle, au vu des cagoules occultant chaque spécimen.
Romu commença par un premier test, , dont il pressentait qu'il allait tomber à l'eau :
Déverser sur chacun ce fameux verre, puis demander à l’un ( X ) puis à l’autre ( Y ) s’il se sent à moitié sec ou à moitié mouillé.
Après avoir reçu une gifle de ( X ) sur une joue, et une de ( Y ) sur l'autre, il en conclut que ce test n'était pas concluant.
Pour la deuxième tentative, il choisit de remplacer l'eau du verre par de l'alcool. Et de ne plus le verser sur leur tête, mais dans leur bouche.
Après la rasade, ( X ) reconnut qu'il était à moitié plein.
( Y ) avoua qu'après cette gorgée, il sentait comme un vide s'emparer de la moitié de son corps.
Romu eut donc cette idée ultime, ne sachant toujours pas après ces expériences qui voyait rose et qui chantait gris.
Il était logique qu'avec un contenant diminué de moitié, le verre ne pourrait être que totalement vide ou totalement rempli !
Fort de cette conviction, il rendit la possibilité de voir à ( X ) et ( Y ).
Devant l'un, un petit verre d'alcool totalement empli à ras bord, devant l'autre, un petit verre entièrement vide.
Et qu'advint-il ?
( X ) était triste de se retrouver devant un verre vide, et frappa amicalement de sa main l'épaule d' ( Y ) , un peu désespéré de voir son verre à ras bord sans pouvoir trinquer avec un autre.
Romu en conclut ce qu'il fallait en conclure : chacun avait trouvé sa moitié.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,