1
min

La vie d'artiste...

Image de Rolando

Rolando

726 lectures

116

Qualifié

Ce soir j'attends Marlène et elle viendra, pas comme la Madeleine de Brel !
Je l'ai rencontré lors d'un stage de danse contemporaine organisé par la municipalité dont j'étais le pianiste attitré.
Tout au long du stage j'ai pu admirer son visage, sa belle plastique et ses déhanchements à rendre fou un séminariste.
Mes doigts plutôt que de courir sur l'ivoire glacé des touches de mon piano rêvaient de parcourir la courbe de son dos. À l'issue de ce stage, j'ai invité Marlène à venir m'écouter jouer dans un bar de la ville basse. Elle a répondu positivement sans hésiter une seule seconde.

Ce soir, installé devant mon piano je ne peux m'empêcher de faire le point sur ma vie. Sorti Premier Prix du conservatoire régional de Champagne Ardennes, J'ai donné des cours et quelques concerts. Mon répertoire tournait autour des œuvres les plus sombres écrites pour le piano. Mes prestations publiques ont surtout contribué à la hausse sensible du taux de suicides dans la région.
Puis, allant de déception en déception, je suis tombé pendant quelques temps dans l'alcool avant de reprendre pieds dans ce bar.
La salle, à moitié pleine – ou à moitié vide selon le patron –, baigne dans une lumière tamisée rose bonbon. Quelques hommes esseulés sont au bar et lorgnent discrètement sur la poitrine avantageuse de la barmaid.
Des couples attablés bavardent. Le patron me fait signe de commencer. J'ouvre les vannes. Mes doigts libèrent un flot de notes, une véritable vidange. Des filles nues courent sur la plage. Des cocotiers se balancent langoureusement sous la lune, les étoiles scintillent dans le ciel.
Enfin c'est la pause et les conversations reprennent. Soudain Marlène arrive. Le silence se fait et tous les regards sont braqués sur elle. Quand elle surfe entre les tables pour s'installer en face de moi c'est tout juste si on ne voit pas une mouette crever le plafond.
Mes doigts sont animés d'un vie nouvelle. J'enchaîne sans respirer du Chopin du Rachmaninov au grand dam du patron.
Lorsque je refais surface, un homme est assis à côté de Marlène et l'embrasse à pleine bouche !
Alors mes doigts égrainent avec tristesse la mélodie du film Un été 42. Je suis cet adolescent qui court sur la plage après son amour perdu...

PRIX

Image de Printemps 2019
116

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Rolando
Rolando · il y a
Merci beaucoup Alain!
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Je découvre un peu tard ce récit mélancolique mais il est encore temps de cliquer sur "j'aime".
·
Image de Rolando
Rolando · il y a
Merci beaucoup JACB. En effet ce film et cette musique se marient magnifiquement! et Jennifer O'Neill est sublime de beauté!
·
Image de JACB
JACB · il y a
Ah! Un été 42, j'ai adoré ce film et sa musique. Une jolie nostalgie dans ce TTC!
·
Image de Rolando
Rolando · il y a
Merci Ginette!
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un prélude .
·
Image de Rolando
Rolando · il y a
Merci beaucoup Marc!
·
Image de Marc
Marc · il y a
Belle histoire Rolando, toute en sensibilité parsemée de quelques notes d'humour qui m'ont bien fait rire :)
·
Image de Rolando
Rolando · il y a
Merci Alberto pour votre gentil commentaire!
·
Image de alberto
alberto · il y a
Bravo Rolando, qui n'a pas vecu une telle histoire! Très bien presentée, rapide jusqu'au bout, ça touche vraiment.
·