La steppe

il y a
1 min
1657
lectures
101
Finaliste
Jury
Recommandé
Image de Automne 2014

La steppe. Frontière infinie. Royaume herbeux. Cousine d’immensité avec la mer. Le vent en avait fait son aire de jeux. Il pouvait y courir jusqu’à perdre son souffle, sans obstacle.

Il y avait construit un abri. Sur une ondulation. Pas de coin, pas de recoin. Pas d’arbre. Il s’était arrêté là un jour, y avait planté sa tente, et avait commencé à chercher des pierres sur un large rayon. Les pierres étaient rares.

Il avait monté des murs pour se protéger du vent, qui agissait jour et nuit en tyran pour le fatiguer et lui interdire le sommeil. Il n’avait aucune technique. Alors, les murs se sont maintes fois écroulés avant qu’il ne parvienne à construire ce qui ressemblait à un refuge bas et sombre.

Il s’était octroyé un chez-lui au milieu du royaume de l’herbe et du vent. Un radeau ancré.

Le bois manquait. Il se chauffait avec difficulté. Les bougies étaient finies. Alors, la nuit l’enveloppait chaque soir pour le libérer au matin.

Il se tenait là, debout à quelques mètres de son enclave. Embrassé par un vent piquant qui lui sifflait aux oreilles. Le regard posé sur un horizon qui l’encerclait. Il souriait sous sa barbe emmêlée. Il s’était arrêté là après une vie d’errance, d’égarement et de faux-semblant. Il avait su, comme si son nom avait été écrit à cet endroit de la steppe où tout se ressemble pour l’ignorant ; su qu’il devait s’arrêter et commencer autre chose.

C’était il y a quelques jours. Quelques mois. Quelques années. Sa vie d’avant était une glissade, la nouvelle un ancrage. Il devait marcher longtemps sur le sol dur et contre le vent pour trouver à manger. On n’était jamais l’ami du vent, qui s’opposait toujours. Malgré les difficultés, il n’était pas inquiet. Si la fin l’attendait demain, ce serait ainsi. Personne ne le pleurerait et il aurait vécu. Libre. Plutôt fou.

Les deux pieds sur la steppe, à la fois nulle part et chez lui, il souriait dans les bourrasques de son meilleur ennemi.

Recommandé
101
101

Un petit mot pour l'auteur ? 34 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Michèle Mancheron
Michèle Mancheron · il y a
Libre !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Magnifique. Un hymne à la nature, un homme dans les éléments, un récit très humain d'une parfaite maîtrise.
Image de Oscurio De Syl
Oscurio De Syl · il y a
Un beau texte qui me fait penser à "la horde du contrevent" d'Alain Damasio. Si vous ne l'avez pas déjà lu, je vous le recommande.
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Wow, en si peu de mots, tant est raconté ! Je vois que vous ne répondez pas aux commentaires, j'espère que vous les lisez et qu'ils vous encouragent
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
Je les lis ; merci Laurence.
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
J'ai de la chance, ce texte vient d'il y a quelques années et j'y ai encore accès aujourd'hui, belle découverte !
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Libre et beau :)
Image de Josiane Maindron
Josiane Maindron · il y a
Simple et beau
Image de Lili
Lili · il y a
C'est beau, ça m'a fait penser à la Russie, quand j'y habitais.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Vous étiez donc déjà là quand Short Édition apposait ces jolies vignettes personnalisées sur les œuvres finalistes. Dommage qu’ils aient abandonné l’idée.
Beau texte avec ces deux personnages : le narrateur et le vent !

Image de Françoise Deniaud-Lelièvre
Françoise Deniaud-Lelièvre · il y a
Je découvre "La steppe" à l'instant, j'aime beaucoup ce texte d'une grande force poétique, cette dérive sous le vent ...
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Puncak Jaya

Pamela Hayek

Note de l'auteur : le lecteur peut choisir de lire ce texte en écoutant la chanson suivante : « Imanu Fuun » d'Ikue Asazaki.
L’instant se prolongeait, le temps amorti prenait les... [+]


Très très courts

Au bord de...

Yves Le Gouelan

Autour de l’étang, des voix. Un brouhaha léger comme un rideau de pluie. Les conversations des hommes. En petits groupes, alignés sur la rive. Bras croisés pour les uns, mains s’agitant pou... [+]