La soeur aînée

il y a
2 min
0
lecture
0

Retraité de l'enseignement je m'adonne à l'improvisation dans l'écriture avec un style humoristique afin que mes amies et lecteurs puissent oublier les aléas de la vie  [+]

La sœur aînée
Je viens de mettre les cendres de ma tante en terre. La Terre fut sa terre d'accueil pendant 98 ans. Dans le fouillis de ses souvenirs, le hasard a mis entre mes mains de courts récits de vie que l'histoire ne peut garder sous silence. Ma tante se nomme Marie-Paule Morin.
"Cécile a seize ans, elle vient de perdre sa mère et elle se trouve l'aînée de quatre enfants".
24 septembre 1937
Lettre à une amie.
"Chère amie,
Encore sous le coup de l'émotion, je viens te raconter ma visite de quelques jours chez Cécile Martel. Tu te souviens de cette amie des vacances dernières? Pour sa part, elle ne t'oublie pas puisqu'elle t'envoie ses amitiés.
Tu as appris, n'est-ce pas, le deuil cruel qui l'a frappée, en la perte de sa mère. Cécile se trouve la sœur aînée d'une famille de quatre enfants. En même temps qu'elle prend la place d'une épouse dévouée près de son père, elle se fait une mère vigilante pour les enfants.
Levée avant l'aurore, elle prépare le déjeuner pour le père et le grand frère qui partiront aussitôt pour les travaux des champs. Ensuite, il est touchant de voir avec quel cœur et quelle activité elle se met à la tâche jusqu'à l'heure où les jeunes devront se lever. C'est à ce moment, surtout, que commence son rôle de petite maman. C'est auprès des petits qu'elle s'efforce le plus de remplacer sa mère. Elle voudrait qu'ils grandissent comme les autres enfants, dans l'atmosphère chaude d'un foyer, et qu'ils ne soient pas trop privés des caresses maternelles. Aussi, de quelles affections ne les entoure-t-elle pas? À leur réveil, ils seront certains de trouver la grande sœur près du lit pour leur faire prier Dieu et ensuite les habiller. Après le déjeuner, sac sur le dos, ils partent tous les deux pour l'école, emportant sur leur front la trace fraîche de baisers fraternels.
Mais sa besogne ne se borne pas là : il y a le dîner à préparer puis les travaux de la ferme demandent toujours le concours d'une main féminine. C'est encore elle qui s'occupe du budget familial. Elle y met tellement d'intelligence, pour une jeune fille, car elle a notre âge. On croirait voir une mère n'ayant en vue que l'intérêt familial. L'après-midi se passe à raccommoder le linge des petits et des grands. Le soir, toute la famille se repose des fatigues de la journée dans une maisonnée resplendissante de propreté. La fin du jour se passe en de douces causeries et chacun se sépare, heureux, pour prendre le chemin du repos de la nuit.
Chère amie, j'aurais voulu t'avoir près de moi pour admirer notre amie commune dans son rôle de mère. Ici, il y a une femme oublieuse de soi.
Reçois les amitiés de celle qui t'affectionne tendrement.
Marie-Paule"
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,