La singulière créature

il y a
2 min
54
lectures
6
Qualifié

Lecteur de romans et classiques des littératures, souhaitant encore s'essayer à l'écriture  [+]

Image de 10 ans
Image de Très très courts
C'était un samedi après dîner. Elle achevait de ranger son atelier couture. Atelier, mot un peu surfait pour une table avec une machine à coudre, une surjeteuse, une recouvreuse placée dans un cagibi attenant au hall d'entrée ; toutefois elle s'y plaisait.

Agenouillée sous cette table, elle n'avait d'abord pas reconnu l'emballage cartonné. Puis du fait de sa subite vision de l'image sur le couvercle elle se rappela ce puzzle : celui-là représente une créature assise en tailleur, une femme ou peut-être un homme car on ne lui voit pas les seins ; cette forme est représentée de dos avec une sorte de petit trou béant d'où émergent une fougère et des fleurs.

Voilà déjà plusieurs années qu'elle n'avait pas touché à un puzzle et elle se demandait si elle aurait la persévérance de reconstituer l'image. L'image de la singulière créature qui représente une forme humaine vue de dos, une forme particulière et végétale avec sa fougère et des fleurs un peu partout. Et alors elle l'avait donc rangé n'importe où, comme pour l'oublier.

Elle nettoya la boîte poussiéreuse avec un chiffon avant de l'ouvrir, et l'image, qui occupait toute la surface du couvercle, apparut comme neuve. Le premier plan est exclusivement occupé par cette créature, dont la tête est tournée vers la gauche.

Elle composa la bordure. C'est le moment le plus facile où tout s'enchaîne. Il manquait pourtant quelques pièces, mais rien n'est plus normal : quand elle fait passer d'une main à l'autre, d'un lieu de la table à l'autre, trois mille petites pièces, il devient difficile de se concentrer.

Toutefois la reconstitution de l'image prenait sens avec justement au milieu la créature et sa tête tournée vers l'Occident. Elle choisissait en premier lieu deux ou trois groupes de pièces s'affiliant puis elle séparait les composants de l'image du couvercle : après la figure humaine et son corps asexué, son bizarre trou dans le dos, la fougère, les petites fleurs et puis aussi ce bouquet de fleurs tenu de la main gauche...

Le puzzle ne chassait pas tout à fait les soucis ; il permettait plutôt d'y songer à loisir. Le puzzle était en panne : la reconstitution de l'image peinait à voir le jour. Son esprit tout entier était envahi par le doute. Tout compte fait, c'est la difficulté de la tâche qui lui incombe qui lui fait peur... Comment imaginer être capable de remettre chacun à sa place trois mille petits morceaux de carton ?

A plusieurs reprises elle fit tomber des pièces qui s'étaient accrochées à la laine de son chandail, et ce n'était pas facile de les retrouver. Et puis elle voit quelque-chose, quelque chose qui bloque : la figurine humaine est presque complète mais elle n'arrive pas à ajuster la tête qui doit être tournée vers la gauche à partir du moment où la forme humaine est vue de dos.

Un soir, alors même que la nuit tombait, elle comprit à la lueur vacillante de la lampe du cagibi qu'il y avait une erreur : il s'agissait d'une pièce de puzzle imposée en forçant un peu et qui rendait impossible la suite de cette tâche de reconstitution de l'image.

Une pièce bloque tout : elle n'arrive plus à se concentrer car cette pièce de puzzle pose problème ; elle est sur le point de comprendre et elle n'y arrive pas. De mémoire un soir avant de s'endormir elle revoit sa forme et sa couleur.

Et puis le lendemain ou un autre jour elle trouve ; de plaisir elle a les larmes aux yeux. Et puis de facto c'est alors une autre pièce du puzzle qui retient l'attention. Et ainsi de suite, jusqu'à la dernière. Elle essaie régulièrement d'emboîter des pièces mâles dans des pièces femelles et alors elle parvient à former des couples. De facto, il y avait bien un plaisir gratifiant à assembler ces éléments de l'image. Les contours du corps se développaient.

C'était maintenant la phase terminale du puzzle. Chaque pièce, désormais, tombait juste. Elle allait finir vers minuit. Elle ne pouvait que savourer davantage la tasse de chocolat chaud qu'elle venait de se servir.

( La singulière créature, par Serge-René Krostau-Fuchet )
6

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une manière originale de traiter le thème.
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Les pèces du puzzle se mettent en place une à une pour nous permettre découvrir cette "Singulière créature ".
Très bonne idée, original.

Image de Serge-René Fuchet
Serge-René Fuchet · il y a
Merci pour votre analyse; cordialement.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Etonnant , bel exercice de précision et de minutie , associé à l'idée de couture , le narrateur s'efforce de recréer un tableau ,point par point, pièce par pièce .
Image de Serge-René Fuchet
Serge-René Fuchet · il y a
Merci de votre remarque avisée; cordialement.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Bravo pour cette très originale idée de puzzle ! Ça change et ça fait du bien. Vote et abonnement. Au plaisir :-)
Image de Serge-René Fuchet
Serge-René Fuchet · il y a
Merci pour votre encouragement; cordialement.