La Sicilienne

il y a
1 min
135
lectures
14

Quand j’écris, je me régale , venez goûter ! Le court -> Short Édition. Plus long -> https://denysdejovilliers.home.blog 1er roman sorti le 28 avril 2020, « Avec un peu de chance, tout ira  [+]

(Suite à une erreur de manipulation, ce texte publié initialement le 23 mars 2017 a été effacé. Dommage, il y avait des votes et des commentaires intéressants ! Je le remets en ligne. Désolé pour ceux qui ont participé au fil des discussions...)

(Ajout du 09/10/2019 : Ce texte très très court est inspiré de "Violetta" également en ligne sur Short Edition, et qui peut apporter des éléments de réponse à celles ou ceux qui se poseraient des questions après leur lecture de "La Sicilienne".)

Les voisines se plaignaient des odeurs et du chien. On a fini par enfoncer la porte. Le vieux était dans la cuisine. Il séchait doucement devant sa télé allumée. Il tenait encore sur sa chaise, la tête collée dans une assiette de pâtes et de sang. Ça grouillait d’asticots. Ce coup-là, on était obligés de prévenir.

Jovilliers a déboulé sur son vélo. Il n’était pas connu le moustachu, à l’époque. C’est après qu’on l’a décoré commissaire. Nous, on venait de finir le corniaud. C’était normal, il avait goûté au pépère en lui bouffant la moitié des guiboles. On avait rendu service en attendant. Jovilliers a gueulé tout de suite. Il a pris nos noms et nous a foutus dehors. On aurait bien rangé avant, tout était retourné, ça faisait désordre, mais bon...

On regardait par la fenêtre. Ça prenait des photos et ça mesurait partout. Lui, il fouinait ailleurs en suçant ses bonbons. Il a repéré le portrait, celui dans la Mustang avec les femmes du village. On aurait mieux fait de le retirer tout de suite, ça nous aurait évité des emmerdes. Elles avaient toutes écrit derrière. Enfin, presque toutes.

Après, il a trouvé la casserole. Il est venu vers nous en mâchouillant son crayon. Il voulait poser des questions. Ah ! Y faisait plus le malin ! Il était trop content de nous avoir sous la main ! En passant, il a pris le courrier. Il nous a montré la carte signée « Violetta ». Ça faisait un bout de temps qu’on voyait plus la Sicilienne. On lui a dit, il a toussé. Ça a eu l’air de l’intéresser. Il s’est gratouillé le nez, il a sorti une pomme de sa poche et il est retourné à l’intérieur en bougonnant. Et là, il a trouvé les p’tiots dans la cave de derrière, celle où y’a le puits. Mais pour le trou sous le tas de bois, on l’a su qu’après.

Il est ressorti pour l’apéro. Il nous a suivis chez Marcel. On a bu des ricards. On a trinqué. Pas lui. Il a voulu un thé, ça agace ! Après, on a mangé et il nous a parlé des autres. Nous on savait rien, du moins, c’est ce qu’on a dit.
14

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Quoi de neuf docteur?

Franck Belton

Tout ce tintouin au bord de la rivière, par une matinée glaciale et brumeuse, ce n'était pas courant. Deux plongeurs moulés dans leur tenue firent glisser une masse informe et gluante sur la... [+]