La sicaudais

il y a
2 min
26
lectures
7

Mon papa c'est Modiano, et Bukowski c'est ma maman. Quelle famille  [+]

Quand j’étais enfant, on habitait en appartement. Ma mère était institutrice, alors on avait un logement dans l’école, c’était organisé comme ça, à l’époque. Et lorsque ma mère changeait d’école, la famille suivait. Tout simplement. On déménageait souvent pas bien loin : d’un coin paumé de la banlieue de Nantes à un autre coin qu’on espérait moins paumé.

Notre vrai port d’attache était à une heure de route de Nantes, au bord de la mer. Une maison de vacances, une villa sous les pins, à deux pas de la plage. J’en rêve chaque nuit. Et oui. On y allait tous les week-end et à chaque vacances scolaires. Dés la classe finie, le samedi midi, on s’entassait sans même manger dans une Renault 4 – on disait une 4L – une voiture bon marché très répandue dans ces années là. On a eu pas mal de blanches et aussi une ou deux vertes, pour finir. Toujours des 4L. On partait habillés comme des ploucs dans une voiture frêle et bruyante. Rien de classieux. On chantait, on blaguait tout au long de la route. Pas mal de cambrousse et trois villages à traverser : Vue, la Sicaudais et Saint-Père-en-Retz. La Sicaudais, c’était le plus petit, à peine un village, plutôt un hameau. A la sortie du bled, avant la traversée d’une voie de chemin de fer abandonnée, entre la bitume et le rail, un long terrain vague s’étirait, inutile. Un jour, le maire, un gars entreprenant j’imagine, a décidé que ce champ étroit en forme de triangle deviendrait un lotissement de sept maisons, pas moins. Ils ont posé des trottoirs, il ont amené l’eau, l’électricité et ils ont placé un grand panneau pour vanter la vie sicaudaise.

Chaque week-end, le samedi midi à l’aller et le dimanche soir au retour, on passait devant le grand panneau et les terrains viabilisés, et on trouvait que ça avançait pas bien vite, leur truc. Ça a pris des années et des années pour que les terrains soient tous vendus et encore un tas d’autres années pour que les sept maisons sortent de terre, l’une suivant l’autre. Pour le village, un tel lotissement, c’était sans doute trop, ça l’a comme épuisé. Une génération entière consacrée à le bâtir. Et qui s’est arrêtée là. Il n’y a pas eu d’autre lotissement à la Sicaudais. Ni rien d’autre, ni grande muraille de Chine, ni pyramide d’Égypte... pas même un rond-point. Toute leur énergie vitale s’était fait la malle. Lessivés qu’ils étaient, les gars de la Sicaudais. Ou partis ailleurs. A Nantes probablement, à la grande ville, comme les autres.

Un beau jour, le lotissement a été achevé et les fleurs ont embaumé les jardins. Ce jour là, j’étais pas là, mes parent avaient divorcé et vendu la villa sous les pins depuis longtemps. Mon enfance était passée. Et les chansons dans la 4L. Et le jeu du premier qui verrait le clocher de Saint-Michel-Chef-Chef. Et la cheminée qui réchauffait le salon les soirs d’automne. Et les quarante-cinq tours des années 70. Fini tout ça.

Aujourd’hui, pour aller à la mer, je préfère la direction de Pornic, la route départementale 751, plus rapide. On parle même de la passer entièrement à deux fois deux voies d’ici peu d’années. La concertation avec les riverains est lancée, alors dites-vous bien que c’est comme si c’était fait.

Je suis allé vérifier sur internet : le lotissement de la Sicaudais est toujours là, pareil. La villa sous les pins aussi. Tout va bien.
7

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Le temps file sans qu'on s'en rende compte mais il y a certains chouettes souvenirs qui restent en tête/dans le cœur (ok pas folichon comme commentaire :-) La 4L, ça c'était de la voiture ! Mon père en a eu qqunes aussi avant d'avoir cette horreur de Renault 12. J'ai croisé récemment un gars qui avait une 4L pour aller traîner dans ses champs et au bois, la classe ! Bref, bonne journée :-)
Image de coquelicot Coquelicot
coquelicot Coquelicot · il y a
ca rappelle le bon vieux temps
Image de Joan E.
Joan E. · il y a
Une belle nouvelle mais qui aurait mérité une autre chute.
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
J'aime beaucoup la simplicité du ton qui rend ce souvenir très nostalgique, l'attachement aux détails, aux friches, aux endroits qui ne payent pas de mine. ça me rappelle mon enfance.
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Un road-trip direction l’enfance et dans le mien, des chansons de Claude François à tue-tête dans la R 5...
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Joli souvenir d'enfance et nostalgie d'une époque révolue... C'est vrai qu'à l'époque où il n'y avait pas d'autoradio-lecteur de CD -lecteurs de clés USB et bluetooth intégré dans les voitures et où les enfants n'étaient pas scotchés à des écrans... eh bien on chantait en famille, dans la voiture, en partant en vacances. On jouait à des jeux, qui verra la mer en premier ? C'est quel département la voiture devant nous ? Etc etc... Autre époque, autres occupations...