3
min

La saveur subtile de la liberté

Image de Guaca Mayas

Guaca Mayas

674 lectures

75 voix

En compétition

La texture des choses n’a de sens que pour celui qui peut les ressentir vraiment. Les odeurs, les saveurs, les goûts guident chacun de mes pas depuis ma naissance. Certains voient de leurs yeux le chemin à prendre, je le ressens grâce à mes sens, aiguisés, selon certains. Tel un poisson des abysses les plus profonds dans une marée humaine, chaque instant est une épreuve, un labyrinthe, depuis lequel il faut sortir indemne. Comment rejoindre la vie, comment l’étreindre lorsqu’on vit dans l’obscurité la plus totale et le silence le plus absolu ?

Telle Ariane, je tisse mon fil, pour ne pas me perdre dans cette immensité obscure, je construis ma lumière, aiguise mes sens, développe mon intuition, je suis mon âme éperdument pour qu’elle me guide, dans les dédales de cette course effrénée pour la vie. Chaque geste du quotidien est un fardeau, une bataille à gagner, avec le monde, avec moi-même. Face à ce laconisme insolent, je me construis un monde, fait d’odeurs, de saveurs, de textures et de goûts, autant de petits plaisirs qui distillent une dose de bonheur régulière. L’odeur du matin est une odeur de rêves lointains, mêlée à l’agitation de la nuit, à la transpiration imprégnée dans les draps de lin au toucher dru sous l’usure du temps qui passe. La froideur de ma poignée de porte, l’inaudible mélodie de mes ongles sur la grille du radiateur, les contours des motifs brodés sur la nappe de la cuisine. S’ensuit l’odeur à la fois âpre et corsée du café, le goût ne m’émeut point, l’odeur en revanche saisit tout mon corps, la tasse chaude sur mes lèvres, les tartines grillées, l’eau calcaire de la douche, la délicatesse des gouttes sur mon visage et la chaleur bienfaitrice du soleil sur ma peau, l’odeur des livres anciens dans la bibliothèque, le linge récemment étendu dans la buanderie où il fait toujours plus frais, le parfum de ma mère, zeste de citron, pointe d’oranger et fleur de cerisier.

Ce sont ces odeurs, ces textures, ces saveurs, qui guident chacun de mes pas. Certaines odeurs sont tellement enivrantes qu’elles me transportent au-delà de la Terre, au-delà de l’espace-temps défini dans lequel nous évoluons tous. Le temps s’arrête, l’odeur m’enveloppe de douceur et d’amour. C’est le cas de notre voisine Zoé, je ne peux ni la voir ni l’entendre, pourtant l’extase du moment lorsque je la sens passer à côté de moi dans le couloir de notre immeuble n’a aucun équivalent. Le seul fait d’y penser me fait frémir de bonheur.

Toutes ces odeurs sont les mille et une saveurs qui colorent ma vie, chacune d’elle est une indication, une direction à suivre, l’odeur de pluie qui s’annonce me fait m’habiller en conséquence, l’odeur du bitume fondu sous la canicule me fait m’hydrater en permanence.

Pourtant, certains jours lorsque je ne croise pas Zoé dans les couloirs de mon immeuble, la vie me paraît insipide, désuète de toute saveur. La légèreté de son parfum, la cadence vibrante de ses talons qui claquent sur le sol, sont autant de petites allégresses qui mettent mon cœur et mon corps au diapason avec mon âme. L’espace d’un instant, tout s’aligne, l’unité du monde est parfaite.

Et puis tout recommence, l’éternité suspendue à un fil redevient routine, la pellicule se remet en marche et le film continue.

Vivre, pourquoi vivre ? Comment crier au monde son impuissance, comment vivre pleinement dans un monde dont on n’a pas conscience ? Je ne sais même pas si je suis beau ou laid, grand ou petit, blanc ou noir.

Rêver sa vie, avoir un intérieur florissant telle une comptine céleste vouée à être entendue seulement des Dieux. En quête de ma divinité intérieure, l’espace sacré qui me maintient en vie, car lorsqu’on se trouve dans ma situation on ne peut qu’imaginer ce qui se trouve à l’extérieur, les nuages peuvent bien être roses, le poivre peut être vert, quelle importance ?
Comment composer la mélodie de cette partition sans en comprendre le sens, comment décrire la sensualité de la vie sans l’expérimenter pleinement ?

Ce matin, je n’ai pas croisé Zoé. Dans les méandres de ma vie, au sens propre comme au figuré, je me suis perdu. Incapable de m’exprimer pour demander mon chemin. Comment le pourrais-je ? Je suis sourd et aveugle de naissance, les mots, à part prononcés dans une bulle de chewing-gum ou auprès d’une haleine putride n’ont pas d’odeur. Je peux ressentir la vibration de la colère lorsqu’elle s’exprime, ou l’émanation de la joie lorsqu’elle irradie mon corps, mais qui peut ressentir mes angoisses et ma détresse lorsque je ne peux les exprimer moi-même ?

Alors, j’ai attendu, patiemment, et prié pour que l’on me retrouve, un pâté de maisons trop loin après celui de notre immeuble. Les odeurs de ce quartier m’étaient inconnues, l’odeur de l’huile de vidange mélangée aux produits toxiques d’une usine de tissus, me picotaient dangereusement les narines, comme si tous mes sens en étaient devenus altérés. Ce n’étaient pas les odeurs de mon quartier. Je pourrais reconnaître la boulangerie de Madame Martin entre mille, ses croissants sont légèrement caramélisés, leur parfum exalte bien au-delà des limites physiques de la boulangerie. Le pressing de Monsieur Frain a toujours l’odeur du linge propre et de la vapeur chaude du fer à repasser.

Je pourrais me nourrir de l’odeur des choses, tellement je les ressens, vibrantes à cet instant, en moi. Il serait d’ailleurs juste que je les imprime de manière indélébile, pour ne jamais les oublier. Étant donné qu’aujourd’hui est un grand jour. Aujourd’hui tout change, le voile d’obscurité s’ouvre à la lumière vers un élan subtil de liberté. La douceur d’un regard peut-être si anodine, elle est pourtant la plus belle promesse de mon premier pas vers le monde extérieur.
— Vous êtes prêt pour le bloc Félicien ?
L’opération des yeux s’est bien passée, Dieu merci !
Aujourd’hui, je retrouve la vue, aujourd’hui je pars à la conquête de la vie !

PRIX

Image de Hiver 2020

En compétition

75 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle œuvre qui a le mérite d'éveiller tous les sens ! Mon soutien ! Une invitation à découvrir “David contre Goliath” qui est en compétition pour le Prix Portez Haut les Couleurs 2020. Merci d’avance et bonne journée ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/david-contre-goliath-2
·
Image de JACB
JACB · il y a
Un joli voyage dans la perception du monde sans regard et un bouquet olfactif pour l'appréhender fort bien décrit ! D'une belle sensibilté très émouvante, merci GUACA MAYAS. Bonne chance !
·
Image de Julie Hème
Julie Hème · il y a
Une très belle écriture qui nous fait ressentir les mots, comme le personnage ressent les odeurs et les émotions. Un très joli moment de lecture. Merci
·
Image de Sylvianni
Sylvianni · il y a
Le développement des autres sens devient vital pour ceux dont la vue et l'ouie manque. J'ai trouvé magique la façon dont cette personne filtre l'environnement par les odeurs et les sensations, bravo, mes votes
·
Image de Promeneur.francilien
Promeneur.francilien · il y a
Ce récit à la fin optimiste mérite mes suffrages.
·
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Poignant, j'ai beaucoup aimé, mes voix, j'ai aussi un site si vs avez le temps, merci
·
Image de Wiame Diouane
Wiame Diouane · il y a
Le fond excellent. Bravo!
Je vous invite à découvrir https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-meilleur-souvenir-2

·
Image de Christophe Pascal
Christophe Pascal · il y a
Excellent! Un peu comme si des Esseintes n'avait pas choisi sur mode de vie...
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Après l'odorat , la vue permet d'engranger d'autres beautés.
Très beau texte qui nous révèle la vie des sens .

·
Image de Bertrand Môgendre
Bertrand Môgendre · il y a
« Si ta vie a un sens, n'oublie pas d'apprécier les quatre autres. »

Cet aphorisme semble convenir à l'homme.
Excellent travail de composition.
Merci pour le partage Guaca Mayas

·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème