3
min
Image de Antigone

Antigone

652 lectures

166

Qualifié

La routine, ça endort, ça mine à petit feu et, parfois, ça finit par tuer. La mienne a sauvé ma vie, en tous les cas, ma fin de vie, j’ai quatre-vingt-douze ans. Chaque matin à la même heure, à quelques exceptions près, assis sous l’auvent Decaux, j’attends le bus 93 direction Invalides. Je me rends à mon bureau où, jusqu’à 10h, heure de Chicago, je fais l’intermédiaire entre vendeurs et acheteurs d’oléagineux. Ces graines n’ont aucun secret pour moi, j’en fais le commerce depuis mes vingt ans quand j’ai hérité de l’entreprise familiale, mon père n’ayant pas survécu à son retour des camps. Vers midi, je descends au Relais de la Tour-Maubourg prendre le plat du jour servi par Jean en un temps record.
— Bonjour Jean, c’est quoi le plat de jour ?
— M’sieur Hazan, poulet fermier servi avec des pleurotes à l’ail.
— Hum, va pour la volaille, la main douce sur l’ail s’il vous plaît.
— C’est parti, chef, un plat du jour, un café serré et l’addition dans une demi-heure.
L’après-midi se déroule invariablement de la même manière, j’achète, je vends, j’encaisse la commission puis je rentre pour dîner avec Mimi. Ces habitudes de lieux, ce tempo bien réglé, les mêmes personnes composent mon quotidien, une routine dont je n’avais pas vraiment conscience jusqu’à ce que je rencontre Claire. Elle s’est immiscée dans ce train-train au début de l’été pour en devenir la pièce maîtresse.
A cause de la canicule, j’avais décidé de quitter mon domicile plus tôt, un changement d’horaires exceptionnel pour moi. La première fois que je l’ai vue, j’étais assis dans le bus plus matinal que d’ordinaire ; elle courait, en talons hauts, hélant le conducteur, comme elle l’aurait fait avec un taxi. Ce dernier fit mine de ne pas la voir et démarra sans l’attendre. Lui, ça l’a fait rire qu’elle le rate de si peu, elle, j’ai bien vu qu’elle était furieuse. Ma journée s’est déroulée comme à l’accoutumé mais je gardais à l’esprit cette jeune femme et, surtout, l’expression de son visage ce matin-là, un mélange de douceur et d’extrême violence. Le soir, j’ai raconté la scène à Mimi en me demandant non seulement si je la reverrai mais également quel sort elle réserverait au chauffeur du 93 si d’aventure elle le revoyait. Je parle à Mimi, ma chienne aveugle, mais je ne suis pas gâteux, croyez-moi, c’est juste une manie, une manière aussi de la rassurer par la voix comme elle n’y voit plus rien.
Le lendemain matin, je suis arrivé à la même heure à l’arrêt de bus la cherchant des yeux. Elle était de l’autre côté de la rue attendant sagement que le feu piétons passe au vert. J’ai pu l’observer le temps qu’elle traverse. Tout en noir, un manteau couture, des escarpins d’une hauteur vertigineuse, des cheveux coupés à la garçonne. Elle est arrivée à ma hauteur, ravissante. « Cette fois-ci, je ne vais pas rester sur le trottoir » s’est-elle exclamé. Le ton était enjoué. Je ne suis pas tombé amoureux d’elle dans l’instant mais presque. « Bonjour » lui ai-je répondu. Je n’ai pas réussi à dire autre chose. Nous avons pris le même bus et durant tout le trajet, je l’ai regardée du coin de l’œil. En équilibre précaire, elle lisait des messages qui la faisaient sourire. Quand elle est descendue, elle m’a fait un signe de la main et m’a lancé un « à demain » qui sonna comme un ordre. J’ai obtempéré et, tous les matins, nous nous sommes retrouvés à la même heure, à l’arrêt du 93.
Nos conversations duraient le temps du parcours, le temps de se livrer l’un à l’autre en quelques mots, le temps de propos décousus ou de courtes confidences sur ce qui l’animait, ses amours changeantes, irrégulières, sources d’exaltations et de déceptions démesurées, le temps de lui tenir la main, le temps de faire semblant de l’aimer comme ma petite-fille. Comme j’ai adoré cette routine chronométrée. La brièveté de nos rencontres me désemparait néanmoins. Il aurait suffi qu’elle ne descende pas avant moi, que nous allions ensemble jusqu’au terminus pour qu’elles ne prennent pas fin si vite. Mais elle n’en a jamais rien fait, décidant que ces faux rendez-vous s’achevaient immuablement à Saint Philippe du Roule. J’ai bien compris qu’il ne fallait pas en demander davantage, cela l’aurait fait fuir. Je me suis donc contenté de ce qu’elle voulait bien m’offrir, je n’ai rien quémandé et, à l’inverse lui ai tout donné sans le lui dire. Mon amour, ma fortune.
Après les fêtes de fin d’année, je l’attendais dans un froid polaire, impatient de célébrer 2018 avec elle et lui laisser un cadeau, une estampe de Klein. Elle était de l’autre côté, rieuse de me voir pour la nième fois, à l’heure. Elle a crié « Michel, j’arrive », a traversé en me regardant et le camion a envoyé son corps en une fraction de seconde à quelques mètres de moi.
Depuis, chaque matin à la même heure, à quelques exceptions près, assis sous l’auvent Decaux, j’attends le bus 43 direction Neuilly et je descends à l’arrêt Cimetière Paul Eluard. J’y reste toute la matinée puis je rentre pour déjeuner avec Mimi.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
166

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Amour impossible et donc si beau !
gravé à vie par la mort jalouse.

·
Image de ÉLw d'eZère
ÉLw d'eZère · il y a
J'ai des larmes intérieures. Cette f·i·n est pour moi très brutale, dure, très sèche, elle ressemble beaucoup trop à une vraie histoire. Vous écrivez très bien. Juste que je n'ai pas "besoin" de trouver à lire une telle tristesse. Je ne vais jamais voir de films de drame ou d'horreur. Votre histoire m'est douloureuse, parce qu'elle est très bien écrite. Je ne vous remercie pas. Mais s'il vous plait, ne vous excusez pas.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Je viens ajouter qqs points suite à la pub faire par Elisabeth en Tam Tam et parce que la chute est à la fois inattendue et vraisemblable : la faucheuse ne frappe par toujours là ni au moment où on l'imagine.
·
Image de Sylvie Canal
Sylvie Canal · il y a
Superbe ! merci de partager avec nous cet histoire !
·
Image de Luce des prés
Luce des prés · il y a
Je découvre et j'aime ! +5
Si le coeur vous en dit...https://short-edition.com/fr/auteur/luce-des-pres

·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+5 pour une routine qui chasse l'autre...
·
Image de Aurélie Beutin
Aurélie Beutin · il y a
Quand la chute donne sens à la toute première phrase. Un texte si bien écrit. Et cette fin si douloureuse et inattendue. Mes voix
·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
Un beau personnage qu'on aimerait croiser, nous aussi.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Une magnifique histoire d'amour... une routine qu se transforme en rituel... toutes mes voix ! dans un autre genre, peut être irez-vous lire l'Ogre en lice pour le GP d'hiver - catégorie nouvelle :https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/logre-1
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
La vie est injuste et fauche la moindre petite parcelle de beauté . Et en plus , si le destin s'y met lui aussi , que nous reste-t-il pour garder jalousement nos instants de bonheur ?
·
Image de Pierre de silence
Pierre de silence · il y a
La vie n'est pas toujours ce que l'on croit.
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Une routine qui semble légère et une chute...mortelle. Bravo ! vous avez mes voix.
·
Image de Lison Zonco
Lison Zonco · il y a
Aoutch...
Bien écrit, la chute (du corps) nous (re)cueille.

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ca s'annonçait si bien !... :(
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
5 voix parce que je ne peux pas mettre plus, bravo Antigone, du fond du cœur. Félicitations. Sincèrement.
(À tout hasard, je suis aussi en GP, côté poétique, avec l'Attente... Enfin bon, bonne chance, et merci d'avance si vous passez !!!)

·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Votre écriture rend cette routine palpable, et l'issue, ce pied de nez du destin, n'en est que plus forte.
·
Image de Evlys
Evlys · il y a
Mes voix sans aucune modération !
J’adore vos univers et votre sensibilité, comme un regard bienveillant sur l’humain.
Vos personnages sont toujours très attachants et vos textes captivants et souvent douloureux.
Ce sont de belles histoires, merci.

·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
L'âge et la solitude amènent à cette routine avec l'imagination de ce que l'on peut prendre à chaque rencontre. La chute est brutale. Mes voix et une invite à découvrir " l'essentiel "...
·
Image de Lea Zazel
Lea Zazel · il y a
On se laisse prendre par l'histoire jusqu'à la fin, surprenante à souhait
·
Image de Sylvie Detain
Sylvie Detain · il y a
Une bien triste histoire mais le ton se veut presque rassurant. Bonne chance !
je vous invite dans mon univers où je viens juste de poster "je savais cela et bien d'autres choses encore "

·
Image de Sandi Dard
Sandi Dard · il y a
Quel ronronnement bien rendu... Toutes mes voix... Et le destin qui trouve un nouveau refrain à chaque foi (s)...

Je vous propose aussi la lecture d un éventail qui - sait-on jamais - en balayant le routinier pourrait aussi amener la nouveauté. ..
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eventail-ouvert

·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Une triste routine qui est hélas le quotidien de ceux qui ont perdu un être cher. Très bonne chute
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Encore un très beau texte, fort bien mené avec une chute effroyable.
·
Image de Florence Cohen
Florence Cohen · il y a
J'ai aimé et j'ai voté.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un fort joli texte narrant l'histoire d'une rencontre quotidienne dans un bus, les liens d'amitié qui se tissent et la chute finale, imprévisible, atroce. Bravo, Antigone. Vous avez mes cinq voix.
Voici un TTC de Joëlle Brethes qui vaut le détour : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chute-40

·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Excellente construction et chute totalement inattendue...
Très bien écrit...

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien conçue et captivante ! Mes voix ! Une invitation
à venir déguster et apprécier “Grappes de Raisins” qui est également
en lice pour le Grand Prix Hiver 2019. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/grappes-de-raisins

·
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
J'ai d'abord cru que j'avais encore le temps puis la chute m'a fait changer d'avis, j'ai aimé, je vote, j'ai aussi un site, merci
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème