La rencontre

il y a
3 min
66
lectures
13
Qualifié

Bonjour à tout le monde! Je m'appelle Olesya et je vis en Israel depuis plusieurs années. Mon amour à l'écriture et à la langue française a commencé il y a très longtemps. Quand j'avais 10  [+]

J’étais en train de marcher sur la promenade chaleureuse de la ville de Haïfa, c’était la fin d’été. Je n’étais pas pressée, j’avais mon cours de tai-chi dans une heure, sur la plage Camel. Cette plage portait son nom avec fierté en honneur du premier restaurant avec le même nom. Il existe jusqu’aujourd’hui, ce restaurant, et attire tous les touristes qui viennent visiter le capital du Nord.

Je marchais donc lentement, en respirant aux pleins poumons cette odeur fraiche de la mer, je prenais le plaisir de regarder les vagues assez fortes où les surfeurs s’entrainaient dans leur art. Et c’est exactement là, au rond-point qui unit deux plages différentes, que j’ai entendu : « Tu me reconnais ? » En tournant la tête, j’ai vu le gars qui en effet, m’a paru familier. En quelques secondes, le cerveau m’a fourni une réponse : Adam. Oui, bien sûr, Adam !

Il y a dix ans, on est sorti ensemble. Notre relation ne durait pas longtemps, et au bout d’un moment il m’a quitté. Mon inconscient a retenu que deux épisodes de ce passé lointain : un soir on est allé au concert de la musique classique, où la majorité du public avait 60+ et nous, deux jeunes au milieu...L’autre c’était chez lui à la maison – on a regardé un film de genre Narnia dans le salon, sur l’écran immense ; Adam nous a préparé le dîner et on se régalait...

D’après le sourire que je lui ai adressé, il a compris que je le reconnais. «Comment vas-tu ?» Je lui raconte en bref que-ce qui se passe dans ma vie actuelle. Je bosse donc dans un endroit qui ne me plait pas du tout et je vais le quitter bientôt ; je recherche du travail plutôt dans le domaine culturel. Lui, travaille dans les archives de la mairie, joue au jacquet et vient plusieurs fois dans la semaine faire du jogging près de la mer.

Il m’accompagne à mon cours de tai-chi et on mène une conversation sur tous les aspects de notre existence. Pas étonnant que l’on arrive aussi parler de la nourriture. A l’époque Adam était végétarien, aujourd’hui il est devenu végétalien; moi aussi, je suis entre ces deux-là, je lui avoue, mais parfois cela m’arrive de manger du fromage ou du yaourt. Parce que j’ai envie tout simplement. Il m’explique alors que ce n’est pas si simple, et que les animaux, on les traite dans une manière intolérable – on les tape, tue, brûle, on arrache les cornes aux vaches, on extermine des milliers des poussins tous les jours juste parce qu’ils ne vont pas donner les œufs. Et la liste est longue.

Je l’ai écouté sans interrompre. Oui, j’avais déjà entendu parler de ça, mais peut-être pas si près. Pas de quelcun que je connais, qui est un ami. C’est plus personnel. En outre il me raconte quelque chose dont j’ignorais jusqu’à là – pour nourrir les vaches, les porcs, les poules et d’autres animaux qui nous donne de la viande, des produits laitières, des œufs, mais aussi des vêtements, des sacs, des chaussures...il nous faut beaucoup de terre. De la terre où on va faire des plantations de maïs, de blé, de l’avoine et d’autres agricultures dans les quantités énormes. Les récoltes n'iront pas à nourrir les enfants qui meurent de la famine en Afrique, non ! C’est une alimentation pour les bêtes qui ont besoin de manger bien et bel afin de nous donner les grosses quantités de la viande, du fromage, des œufs que l’on bouffe tous les jours sans se rendre compte que l’on tue la planète. On tue les animaux avec une cruauté sans précédente, on tue nous-mêmes en mangeant la viande des êtres qui ont souffert tellement pendant une courte période de leur vie. On mange leurs antibiotiques, on mange leur sang, on mange leur pus, car les conditions de l’élevage favorisent l’apparition de maladies graves que personne ne soigne.

Je n’étais pas encore convaincue : « Les maladies viennent pas que de la nourriture, - je rétorque, - mais aussi de l’état mental de la personne. La haine, la colère, la tristesse et d’autres sentiments négatifs peuvent causer des maladies également ». Adam est plutôt d’accord, mais reste quand même de son avis – que l’alimentation pas saine y joue un rôle bien plus grave que les sentiments douloureux.

On arrive vers l’endroit où a lieu mon cours de tai-chi ; Adam me demande le téléphone ou le facebook. Je préfère de lui filer mon mail et il promet de m’envoyer quelque films documentaires sur le sujet. Dans deux jours j’ai débuté l’épopée végétalienne. Sur la tranche de deux mois j’ai regardé une dizaine de films qui racontent la vie (même que ce qui se passe là, on ne peut pas appeler ça une vie) des animaux qui sont nées pour crever très rapidement afin de sacrifier leurs corps aux êtres humains. Et c’est aussi difficile appeler ceux-là qui tuent les animaux impuissants – les êtres humains. Un être humain – la création la plus cruelle existant sur Terre.

Pendant ces deux mois, je n’ai mangé le fromage qu’une semaine. A l’heure actuelle j’ai arrêté la consommation de produits laitières complètement. Je n’ai aucun envie de participer dans ces meurtres des êtres innocents qui sont tout comme nous – ils ont aussi des émotions, de l’intelligence, des désirs. Pour quelle raison donc, les gens ont décidé qu’ils sont supérieurs aux animaux ? Je ne sais pas. Mais une chose je sais : après avoir vu les images de l’homicide qui sont la routine pour tant de gens sur Terre, je ne pourrai plus manger comme avant.

Adam je ne le vois plus. Il est disparu de ma vie soudainement comme il y est apparu. Et je sais bien que c’était la main de la Providence, notre rencontre. Elle était prévue à l’avance pour moi, pour que je puisse franchir le dernier pas entre végétarisme et végétalisme et enfin de commencer à manger tout à fait sain. Prendre parti à la non-violence. De dire « oui » à la compassion, à l’amour, à la diversité de notre planète.
13

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,