La reine

il y a
1 min
2
lectures
0
La foule était bruyante. Elle apercevait au loin ces hommes et ces femmes, noirceurs, monstruosités en guenilles comme surgis des caves. On distinguait des cris, des chants. Les mains ouvertes, ils venaient réclamer avec force de quoi remplir leurs greniers, le grain qui manquait pour la farine, les corps tendus, les yeux brillants de fièvre, ils n’en voulaient plus de cette immobilité, de ce pourrissement.
Puisqu’on ne leur donnait rien, ils venaient tout prendre. Absolument tout.
Elle détourna le regard loin de cette foule sale puis quitta son poste d’observation situé à la quinzième fenêtre de ce petit salon. Elle s’avança vers la table de réception, caressa le bois du bout des doigts, et délicatement porta à sa bouche une petite pêche jaune. Elle prit ensuite la carafe de vin, emplit un verre et lentement but le délicieux nectar. Elle allait mieux, son regard se posa sur les reliefs du dîner de la veille. Quelle soirée !
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Libre comme l'oiseau

Julie

Je regarde un oiseau qui picore les miettes de pain que j’ai déposées sur la terrasse. Il est si petit, si fragile. Et pourtant, il possède la plus grande des forces : la liberté. Tout à... [+]