4
min

La prophétie d'Annabelle

Image de Agnès BERGER

Agnès BERGER

98 lectures

62

Mélissandre entra dans la chambre royale sans frapper, l'heure était trop grave pour s’embarrasser du protocole. Un mauvais pressentiment la tourmentait depuis le milieu de l'après-midi et elle voulait en parler à sa reine.
Elle trouva les deux souverains prostrés sur le grand canapé de bois et Leurs projections astrales avaient disparu, ce qui n’était pas du tout de bon augure.
Elle se précipita, le cœur battant vers le minuscule berceau dans lequel dormait le prince Childéric, Il était toujours là, inconscient du drame qui se jouait autour de lui. Rassurée, elle enveloppa le bébé dans une chaude couverture de laine qu'elle attacha solidement dans son dos pour le transporter. Puis elle fouilla dans la malle aux vêtements, dégageant le compartiment secret qui abritait une petite sacoche en cuir. Personne ne l'avait prise et elle s’illumina sous ses doigts, déclenchant le processus. C'était la seule solution.
Puis la jeune femme se faufila dans le passage dissimulé à l'intérieur de la grande cheminée de pierre. Elle dévala à la hâte l'escalier en colimaçon qui s'enfonçait dans les entrailles de la terre et déboucha à l'extérieur de la tour.
Un froid mordant s'était répandu sur la province du Sud, confirmant son inquiétude, Néos, le mage Noir avait rompu l'équilibre climatique de la planète.
Dans un vacarme assourdissant, le sol trembla, sous les sabots ferrés des cavaliers fantômes montés sur leurs dragons de feu. Ils approchaient au grand galop. Pour leur échapper Mélissandre se mit à courir dans la neige, s’enfonçant à chaque pas, trébuchant, se relevant avec difficulté avant de tomber à nouveau. Encerclée par l’armée des chevaliers noirs, elle se retrouva acculée contre la muraille du château. Elle avait échoué.
- Pardon majesté, puisse le sort vous être favorable, souffla-t-elle, dans un dernier moment de lucidité, avant de libérer sa projection astrale, qui enveloppa le prince, d'une douce lumière dorée, le protégeant des cavaliers de l'apocalypse.
Elle attendit ainsi, dans l'espoir insensé que quelqu'un viendrait à son aide, épuisant son énergie dans un dernier acte de bravoure.

À proximité de la tour Est, Adénos, l'écuyer Des Lancets errait seul, à la recherche d'un abri pour se protéger de la tempête qui s'annonçait violente et dévastatrice. Il entendit les pleurs d'un bébé quelque part au milieu du champ de bataille. Il chercha comme un fou. À genoux sur le sol, creusant sous la neige, jusqu'à le trouver, emmailloté dans une combinaison de soie. Une forme évanescente flottait au-dessus de lui et à sa grande surprise, elle parla à l'intérieur de son esprit, annihilant sa propre volonté.
- Conduis le prince Childeric, chez Annabelle. Donne-lui la sacoche de cuir. Le sort de notre monde en dépend. Tu trouveras un refuge sous les racines du grand chêne au bas de la colline du lion. Puisse le sort t'être favorable.
Le vent qui soufflait sur la plaine gelée entraînait avec lui des débris de bois, faisant ployer les cimes des grands peupliers. Sans attendre davantage, Adénos se mit à courir jusqu'au refuge. Il rampa dans le boyau de terre et se lova entre les racines du grand chêne, à bout de souffle.
Il déposa le jeune prince sur le sol, puis chercha la sacoche de cuir. Elle contenait un pochon de poudre d'étoile et le vieux grimoire d'Annabelle. Celui-ci s'ouvrit sur la septième page, celle de la prophétie qui scellerait le destin de son monde. Il lut le texte.
« Dans la province du Sud, naîtra un enfant aux cheveux azurés. Le règne du mage noir s'éteindra lorsque les trois lunes seront alignées. Cette prophétie devra être lue trois fois à voix haute pour se réaliser. »
La première lecture avait été faite par Mélissandre, dont le nom apparaissait en bas de la page. Puis son propre nom : Adénos apparut ensuite, comme inscrit par une main invisible.
Le processus suivait son cours. Il ne restait plus qu'à trouver Annabelle dès que la tempête serait calmée. Au-dessus de lui, le vieux chêne craquait sous la violence du vent, mais il résistait, le protégeant de sa puissance légendaire. Fatigué de sa rude journée, le jeune écuyer s’endormit quelques instants.
À son réveil, un dragon aux yeux de cendres l'observait. Le jeune homme qui n'osait plus respirer tâtonna à la recherche de son arme. Elle avait disparue.
- C'est ça que tu cherches ? Demanda le dragon en poussant devant lui l'épée d'argent.
- O...ou...i bégaya le jeune homme pétrifié.
- Cool mec, je ne vais pas de manger, je suis végétarien, alors tu vois, tu ne risques rien avec moi ! Bon, parlons sérieusement. Annabelle de la province de l'ouest m’envoie pour t'aider. Suis-moi.
Et le dragon dégagea sa grosse tête de l'entrée puis précéda l'adolescent, lentement en remuant son popotin.
Le soleil brillait au firmament, et un calme glaçant s’étendait sur la terre dévastée. Adénos suivait avec reconnaissance son nouvel ami, lorsque celui-ci s'arrêta, le fixant d'un air mauvais.
- Arrête ça !
- Quoi ?
- De parler dans ma tête. Je ne sais pas voler, alors non ! Tu ne peux pas monter sur mon dos.
Je suis juste là pour te guider, s'exclama le dragon.
- Je ne fais rien ! se défendit le jeune homme sans pour autant arriver à convaincre l'animal, qui vexé par la remarque, ralentit davantage l'allure.
Dans ce paysage de carnage et de dévastation, le cortège ne passait pas inaperçu. Un dragon susceptible qui ne savait pas voler, un pseudo-chevalier de quinze ans et un bébé d'à peine quelques jours, avançant péniblement sous la neige qui tombait de plus en plus fort.
Le sol se mit à nouveau à trembler sous les pas des cavaliers de l'apocalypse, Adénos se lança dans une course effrénée, suivi de près par le dragon qui se déplaçait à présent beaucoup plus vite. Il s’arrêta brusquement, percuté par l’animal qui s'affala de tout son corps sur lui, le recouvrant de ses ailes.
Les chevaliers passèrent devant eux sans les voir.
- Que s'est-il passé ? Demanda le jeune écuyer étonné.
- Je suis un dragon caméléon et je peux me transformer en n'importe quel objet, répondit l'animal avec suffisance.
- Tu peux devenir un bateau ?
- Bien sûr, mais pourquoi faire ?
- Nous pourrions avancer plus vite en passant par le fleuve.
- Ah ! Ouais, c'est une idée intéressante !
Et pour montrer son talent, le dragon devint le plus magnifique voilier que la terre ait porté, il vogua au gré du vent sur les flots déchaînés, les amenant au pied de la montagne du Tondu.

La célèbre gardienne du temps passé et futur, créchait dans une grotte qui sentait les pieds et la choucroute avariée. Annabelle trônait sur la plus haute marche d'une imposante échelle, toisant le monde de ses gros yeux globuleux de grenouille.
- Bon ! Ce n’est pas trop tôt, coassa-t-elle, dépêchez-vous, si vous voulez que le prince Childéric accomplisse ma prophétie. Tenez, prenez ce cristal.
Adénos s'approcha trop rapidement, il se prit les pieds dans le tapis persan qui ornait le sol, le grimoire voltigea dans la grosse cheminée de pierre pour tomber dans le feu qui couvait sous la marmite de choucroute.
Le pochon se renversa, libérant la poussière d'étoile qu'il contenait. La poudre au contact des flammes devint une énorme bulle grise, qui gonfla, gonfla et gonfla encore avant d'exploser, répandant le puissant sortilège d'oubli sur toute la planète.

Le jeune écuyer regarda le bébé au cheveux azurés en se demandant qui il était et ce qu'il pouvait bien faire dans cette grotte qui sentait si mauvais. Sous sa botte de cuir, il trouva une vieille grenouille écrasée et s'en débarrassa en la jetant dans le feu.
À l'autre bout de la planète, dans la province du Nord, Le mage noir grelottait de froid. Il ouvrit son grimoire à la recherche d'un sortilège pour changer le climat.
Mélissandre se réveilla entre les racines d'un grand chêne. Qui était-elle ? Et que faisait-elle dans ce lieu insolite ?
Assis sur un canapé de bois, l’homme regardait la jeune fille inconnue, assise près de lui. Comme elle était belle.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court
62

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Ça pétille et ça va de surprise en surprise. Très réussi.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
C'est riche, drôle et bien écrit. Un cocktail gagnant, je vous le souhaite *****
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci beaucoup pour votre soutien
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une histoire d'aventures et d'imagination , avec tous les ingrédients de la féerie .
De sortilège en maléfice , les personnages parviennent à s'en sortir en gardant leur sens de l'humour !

Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci pour votre commentaire et votre passage que je n'oublierai pas.
Image de RAC
RAC · il y a
Un cocktail de personnages explosif & pétillant !
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci pour votre soutien
Image de RAC
RAC · il y a
Avec plaisir & à bientôt chez l'une ou chez l'autre. Bon WE !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Un conte très amusant, qui regorge de petites fulgurances sémantiques ! Vous avez mes voix Agnès !
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Bonjour Agnès, un très bon moment de lecture, originalité et humour font bon ménage, bravo ! *****
Julien.
Sans vous obliger :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-nombre-d-or-revelateur

Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci pour votre lecture.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
J'ai particulièrement aimé la ... choucroute ☺☺☺!
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci
Image de Dranem
Dranem · il y a
Une merveilleuse histoire : mes voix pour l'humour et l'imagination de ce texte !
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci Dranem
Image de Champolion
Champolion · il y a
On baigne dans le merveilleux...on va de surprise en surprise ,(l'irruption d'un "cool mec!..."au milieu du style raffiné)
Beaucoup d'heureuses trouvailles dans ce récit agréable
Mes voix
Champolion

Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci pour votre soutien
Image de Lyne Fontana
Lyne Fontana · il y a
Une histoire qui commence dans toutes les règles du genre. Il y a une atmosphère bien restituée. Puis commence la désacralisation avec le dragon susceptible qui ne sait pas voler, qui se poursuit avec la maladresse de l'écuyer. Une bonne chute, c'est le cas de le dire, et une exploitation originale du thème. Aventure et humour ! Bravo !
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci. Oui, une bonne chute. Ha! Ha!