3
min

La promenade

Image de Jean-Luc Ithié

Jean-Luc Ithié

172 lectures

127

Il est déjà 14 heures 15 et s’il n’avait pas fallu sortir Toby, mon Golden Retriever, je crois bien que je serais resté au chaud devant la cheminée. Mais mon Toby est jeune et fougueux, il a besoin de se dépenser. C’est étrange d’ailleurs, il ne s’est pas manifesté. Il est allongé devant l’âtre et semble ne plus vouloir bouger. Habituellement, dès 13 heures 30, ses gémissements d’impatience devant la porte de l’entrée et surtout son regard implorant, m’obligent à lui consacrer une petite heure, toutes affaires cessantes.

En ce début d’après-midi, la brume est si épaisse que l’on ne voit rien à moins d’un mètre. Bien que je ne me souvienne pas d’une telle purée de pois, aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai une étrange impression de déjà-vu...

Nous habitons loin de la ville, dans une maison isolée. J’aime la tranquillité, le silence et l’air pur de mes montagnes. Qu’elles sont belles mes montagnes ! Mais attention, elles sont sans pitié pour ceux qui s’y aventurent de façon inconsidérée. Ici, pas de place pour les promeneurs inconscients, inexpérimentés et sous-équipés.

Nous voilà sur le chemin devant la maison. Heureusement que nous connaissons le parcours par cœur, car avancer dans cette brume, à l’aveugle, ne serait que pure folie.

Je suis obligé de regarder la pointe de mes pieds afin de m’assurer que je ne quitte pas le sentier. Toby, si joyeux d’ordinaire, reste au pied sans avoir besoin de l’exiger. Il n’est pas beaucoup plus rassuré que moi.

C’est étrange, il n’y a pas un bruit. De coutume, les oiseaux s’égosillent, le vent siffle dans les sapins et le ruisseau chante au pied de la falaise.

Bien que je connaisse chaque pierre, chaque arbre, chaque embranchement, je crois bien que je me suis perdu. Pourtant, je n’ai pas quitté le sentier. Le silence me perturbe, nous aurions dû arriver au pont depuis longtemps. Toby grogne. Tout comme moi, il sent que quelque chose ne tourne pas rond.

Ma montre s’est arrêtée, c’est un comble ! Elle indique l’heure à laquelle nous avons quitté la maison : 14 heures 15. Je n’avais rien remarqué. De ce fait, je n’ai qu’une vague idée du temps que nous avons mis pour parvenir jusqu’ici.

Toby ne veut plus avancer. Ça tombe plutôt bien, moi non plus. Cette brume me perturbe, d’autant plus que j’ai vraiment une impression de déjà-vu...

Finalement, nous faisons demi-tour. Je fixe mes chaussures et ne lâche plus le bord du sentier. J’espère que tout ira bien...

C’est fou comme le temps paraît long dès que l’on perd nos repères visuels et temporels. Ma montre indique inexorablement 14 heures 15, et j’ai beau scruter autour de moi, rien ne transperce ce blanc immaculé, pas une ombre, pas un bruit ni un souffle d’air. Je n’ai ni chaud ni froid, la température semble s’être figée à son tour. J’en ai un frisson. Il n’y a que du blanc, encore du blanc et rien que du blanc, non d’un chien !!!

J’aperçois enfin une forme sombre devant nous. Au fur et à mesure que nous avançons, les contours se précisent, c’est la maison. Nous nous y engouffrons et je claque la porte derrière nous. Toby s’effondre devant l’âtre. Il a l’air plus rassuré et me jette un regard plein de gratitude en remuant la queue. Moi aussi, je suis rassuré, j’ai bien cru que nous ne retrouverions jamais notre chemin cette fois-ci, preuve que la montagne peut être dangereuse, même si on croit bien la connaître... Mais c’est étrange, bien que cette situation soit totalement inédite, j’ai un curieux sentiment de déjà-vu.

Je décide finalement de me faire un thé et de passer le reste de l’après-midi dans mon fauteuil avec un bon livre, devant la cheminée, mon chien à mes pieds. Pendant que l’eau frémit sur le poêle, je jette un dernier regard sur cette brume impénétrable, à travers la fenêtre. Tiens, la pendule de la cuisine s’est également figée à 14 heures 15. Le temps se serait-il arrêté ? Etrange coïncidence ! Il ne doit s’agir que d’un curieux hasard. Je ne suis pas le genre de bonhomme à croire à ces inepties. J’ai toujours eu l’esprit cartésien d’un scientifique. Tout cela a une explication évidente, mais je verrai cela plus tard. Pour l’instant, je n’aspire qu’à boire un bon thé en lisant mon livre.

Après une première gorgée brûlante, je plonge dans mon roman. Le confort du fauteuil me tire un bâillement. Mes paupières sont lourdes, je crois bien que je vais m’endormir...

Je viens de me réveiller en sursaut ! Il est déjà 14 heures 15 et s’il n’avait pas fallu sortir Toby, mon Golden Retriever, je crois bien que je serais resté au chaud devant la cheminée. Mais mon Toby est jeune et fougueux, il a besoin de se dépenser. C’est étrange d’ailleurs, il ne s’est pas manifesté. Il est allongé devant l’âtre et semble ne plus vouloir bouger. Habituellement, dès 13 heures 30, ses gémissements d’impatience devant la porte de l’entrée et surtout son regard implorant, m’obligent à lui consacrer une petite heure, toutes affaires cessantes.

En ce début d’après-midi, la brume est si épaisse, que l’on ne voit rien à moins d’un mètre. Bien que je ne me souvienne pas d’une telle purée de pois, aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai une étrange impression de déjà-vu...

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
127

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie
Marie · il y a
Très beau récit, belle chute, j'aime beaucoup.
Si vous souhaitez découvrir l'un de mes textes https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

·
Image de Manita
Manita · il y a
J'arrive un peu tard mais j'ai aimé ce que je viens de lire. Je suis nouvelle sur ce site et j'ai encore beaucoup d'œuvres à découvrir. La vôtre a bien fonctionné, je me suis laissée prendre par vos mots. Si vous le désirez je vous invite à mon tour. Autre lieu, autre histoire..." Faut-il que je vous fasse un dessein ?
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Comment ais-je pu passer à côté de ce texte... Je le découvre, dans une boucle de souvent "déjà vu " peut-être même que le prix n'est pas fini?? Peut-être pourrai-je voter? Mince... Non... Mais la magie de cette histoire qui pourrait rendre fou me plait vraiment!! Un grand Bravo et un vote trop tardif...
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Jean-Luc Ithié
Jean-Luc Ithié · il y a
Très bonne idée ce festival off. J'irai faire un tour !
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Bien vu ! Belle chute ! Attention néanmoins, il y a une coquille à "non d'un chien !"
·
Image de Mab
Mab · il y a
L'éternel recommencement mais avec du mystère . mes votes .J'ai "Vinyles rencontre " en lecture brumeuse
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Un récit passionnant et un peu flippant, au final que s'est-il réellement passé ? Personne ne le sait et c'est tant mieux !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Excellente fin d'année !

·
Image de Alain Chenoz
Alain Chenoz · il y a
C'est là qu'on se réjouit de ne pas être immortel -;)
L'idée est excellente, la réalisation tout autant.

·