1
min

La prisonnière de la Tour

Image de Graloup

Graloup

18 lectures

0

"La prisonnière de la Tour est partie ce matin
Grand-mère, il m'a semblé que j'avais du chagrin..."
Francis Blanche

La famille de la jeune F. Gall possédait dans le Vendômois un magnifique gentilhommière du XVII° siècle.
France aimait se perdre à cheval dans les forêts environnantes.
Elle adorait la musique: dans une aile du château, une pièce ronde lui était réservée avec piano, guitare et matériel électronique de pointe.
Sur des enregistrements instrumentaux préparés par des amis elle se lançait dans des scats vertigineux et reprenait avec bonheur des succès d' Ella Fitzgerald.
Commença pour elle une carrière professionnelle.
Un auteur compositeur interprète dont la réputation s'affirmait peu à peu fut séduit par la voix acidulée et le parfait sens du rythme de la gamine. Pour elle, il écrivit « Poupée de cire, poupée de son ».
En 1965 le tandem Gainsbourg-Gall fut choisi par le Luxembourg pour le représenter à ce célèbre concours télévisé qui passionnait alors les foules d'Europe.
Désirant peaufiner tous les détails, Gainsbourg décida de rendre visite à sa protégée.
Le majordome qui le reçut au seuil des jardins lui dit:
« Mademoiselle travaille dans la tour de l'aile ouest. »
Il précéda Serge et le conduisit à demeure.
Les deux complices restèrent de longues heures à mettre au point leur futur succès et on peut l'affirmer sans risque d'erreurs aujourd'hui:

« Avant de remporter le grand prix de l'Eurovision, Serge Gainsbourg gagna la tour de France. »

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,