2
min

La première rencontre

Image de Prudon Sil-Ingo

Prudon Sil-Ingo

39 lectures

10

Eux tous devraient sentir que ce qui de nous apparaît aux autres, ce par quoi ils nous connaissent ne représente qu’une puérile réalité. Sous cette apparence tout est sombre, tout s’étend, tout a d’innombrables profondeurs, mais de temps en temps nous montons à la surface et c’est cela qu’on aperçoit de nous...
(Virginia Woolf)
--------------------------------------------------------------------------------------------

Stéphane ouvrit la porte.

- « Bonjour, par ici,...Prenez place... » invita-t-il.

Monsieur X., qu’il observait intensément, sans que ce dernier, découvrant les lieux en ait conscience, semblait maladroit. Il n’était pas très à l’aise dans cet endroit où il pénétrait pour la première fois. Où il reviendrait peut-être souvent, pensa Stéphane.
Il était très sensible à tous ces messages sans paroles qui émanaient de ses visiteurs, lors du premier contact. Il se surprenait, plusieurs séances plus tard, les semaines s’écoulant, à retrouver, dans une histoire qui se construisait comme un puzzle dont les morceaux qui le constituaient prenaient sens, peu à peu, ce que son intuition lui avait soufflé, lors de cette première rencontre. Alors qu’aucun mot n’avait été encore prononcé.
Cette première rencontre est un résumé, placé au début d’un long texte qui se lira à deux dans le futur, se surprit-il à penser.

- « Vous avez souhaité me voir ?... » dit encore Stéphane, attendant ce premier acquiescement, ce premier « oui » qui marquerait la première ouverture.
- « Oui... » prononça Monsieur X. en hochant la tête.
- « Il y a des choses que vous souhaitez me dire.... » invita encore Stéphane.

C’était pour lui une nouvelle aventure.
Derrière cette silhouette, ce visage encore fermé, ces vêtements, ces mains posées sur les genoux et ces yeux qui l’observaient, par à coups, jamais directement, il y avait une histoire commencée depuis bien longtemps.

Monsieur X. semblait avoir la cinquantaine.

Et Stéphane savait, comme s’il lisait dans les pensées de Monsieur X. que ce dernier cherchait, là, à assembler les mots de la première phrase qu’il prononcerait.
Toute chargée qu’elle serait des bonnes raisons que Monsieur X. mettrait en avant, de bonne foi peut-être, pour justifier sa visite, Stéphane savait aussi qu’elle serait lourde d’une première vérité, inscrite en filigrane derrière les mots.

Une vérité qu’il faudrait, bien entendu, décrypter...

De l’iceberg posé devant lui, Stéphane n’apercevait en ce moment qu’une petite fraction de la partie émergée.
Un travail considérable restait à faire.

Encore cette fois, Stéphane éprouva la même sensation qu’il ressentait quand il abordait, la lecture d’un nouvel ouvrage ardu, de plusieurs centaines de pages. Il savait à l’avance que la tâche serait lourde de fatigue, fastidieuse parfois, riche de découvertes, et qu’il accéderait ainsi au privilège d’un savoir unique, qui ne se trouvait nulle part ailleurs.

L’enjeu était de taille. Ce que cette lecture ferait apparaître aux yeux de Stéphane et révèlerait à l’un et à l’autre, appartenait à Monsieur X. Ce dernier était venu se réapproprier un sens et une vérité qu’il avait construits et qui lui avaient échappé au cours de son histoire. Cette perte, il l’éprouvait à travers une souffrance diffuse. La tristesse de son visage en témoignait. Quand il aurait retrouvé une direction à sa vie, il quitterait Stéphane.

- « Je suis une ombre dans le bonheur de mes proches... Je ne peux plus le supporter. Je songe depuis quelques temps à quitter ce monde... » commença Monsieur X...

Thèmes

Image de Très très courts
10

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de MCV
MCV · il y a
Le point de vue du psy... Bien écrit, sans bavure, mais on aimerait la suite!
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Une telle profession doit être même dangereuse,difficile d'en sortir indemne. Il y a sans doute une imprégnation de l'autre.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un texte bien écrit, fascinant et profound ! Bravo ! Mon vote ! Vous vous êtes embarqué une première fois. Une invitation à refaire cette “Croisière” fantastique ! Merci d’avance et bon voyage !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Manita
Manita · il y a
J'aimerais une suite...Vous avez mes votes car vous avez su traiter justement le questionnement du thérapeute. L'autre face du miroir. Je vous invite à me lire si vous le désirez.
·
Image de Prudon Sil-Ingo
Prudon Sil-Ingo · il y a
Merci, Manita de votre lecture et de votre intérêt pour cette situation duale. Je vais voir votre page.
·
Image de Arlette Hélène Godefroy
Arlette Hélène Godefroy · il y a
Faut-il avoir peur de Virginia Woolf ? Ou de soi-même... ? Bon... Je reconnais que c'était un peu facile...
·
Image de Prudon Sil-Ingo
Prudon Sil-Ingo · il y a
Arlette Hélène, votre question contient la réponse. Mais ne la sous-estimez pas, cette question est importante, le Wolf (Oh ! il manque un "o", est caché dans nos profondeurs), mon frère et confrère dirait certainement la même chose. Encore faut-il qu'il me lise.
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
C'est fort, intense, grave ...ça ne peut laisser indifférent
·
Image de Prudon Sil-Ingo
Prudon Sil-Ingo · il y a
Merci Brocéliance de ce ressenti. Il est vrai, pour celui ou celle qui en a l'expérience, que ces heures sont empreintes de gravité même quand un observateur extérieur (caché sous le divan - sourire) ne verrait pas d'action et n'entendrait que silence.
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
mais entendre le silence est ...un don..merci de votre réponse
·
Image de Prudon Sil-Ingo
Prudon Sil-Ingo · il y a
C'est vrai. Les silences.... Ils font des bruits différents.
·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
C'est un récit bien original qui nous donne à voir pour une fois les sentiments de celui qui écoute et non de celui qui parle dans ce face à face thérapeutique. Cela donne de l'ampleur au récit et de la densité aux personnages. Votre court récit sonne comme le premier chapitre d'un roman et est très plaisant à lire.
·
Image de Prudon Sil-Ingo
Prudon Sil-Ingo · il y a
Celui qui écoute dans ce contexte est toujours une (petite) énigme pour celui qui est écouté. J'ai très envie d'écrire quelques suites aux aventures de Monsieur X. Merci, Doria, pour cette suggestion.
·
Image de Aubry Françon
Aubry Françon · il y a
Voilà que j'inaugure avec plaisir votre compteur de votes. Pour une fois, nous basculons du côté du thérapeute qui redoute ce qu'il va entendre, se perd en conjectures avant même que le patient ne prononce un mot. Votre texte démontre, s'il en était besoin, la difficulté à mettre la juste distance pour le praticien entre lui et son malade. Bienvenue à vous.
·
Image de Prudon Sil-Ingo
Prudon Sil-Ingo · il y a
Merci Aubry pour votre visite et votre commentaire judicieux ainsi que pour vos souhaits de bienvenue.
Le thérapeute se doit de comprendre les sentiments ou émotions que suscite chez lui le face à face, ou le fauteuil divan, avec son patient. Ainsi que ceux qui se développent chez ce patient toujours différent de tous les autres. Transfert et contre-transfert sont en jeu dès la première rencontre.

·