La Prairie

il y a
2 min
25
lectures
5

Le goût des choses bien faites. Le sens aigu du temps qui passe et le besoin de le contraindre à se figer entre des mots choisis avec rigueur - instantané dont les couleurs s'affadiront... La  [+]

#Nouvember #Jour4 #Chrysalide

J’avance lentement. La salle que j’ai découverte est vaste, le moindre choc y résonne, cathédrale minérale. J’ai passé le dernier boyau en m’arrachant dans un spasme, mon corps bloquant le courant, et c’est l'eau sans doute qui m’a expulsée, étrange naissance à 1000 mètres sous terre !

Je checke mon partenaire par talkie.
« Gab ? Tu peux me suivre ? On arrive dans une grande salle mais bon, rien de bien notable... Au fond on dirait encore un boyau, il monte cette fois je crois que je vais le prendre, t’en dis quoi ? » Le son crachote un « Ok mais gaffe à ton Ariane ! ».
Je m’engage. La montée est âpre et technique.
J’aboutis après dix minutes dans une grotte plus petite, au plafond plus bas. Je prends le temps de bien me rétablir, de refaire un point radio, puis lève les yeux au plafond...

Ma bouche s'ouvre malgré moi... Devant, autour de moi, partout sur les murs, s’étalent des peintures d’un autre temps, peut-être même d'une autre espèce d’hominidés tant elles sont radicalement novatrices. Jamais je n’ai vu cela, nulle part au monde : les murs accessibles sont presque entièrement recouverts de dessins de papillons, de chrysalides, de chenilles, de fleurs. Les couleurs éclatent sous la lumière de ma lampe torche.

Je pose une main tremblante sur la paroi, avec autant de précautions que si au bout de trente mille ans je risquais de déclencher son effondrement... Je n’aurai sans doute plus jamais le droit de toucher ces merveilles, et je ne devrais pas, mais comment résister ? C’est une communion à travers le temps...

Je reste dix minutes dans cet état d'émerveillement qu'ont dû ressentir les gamins de Lascaux. Immobile, recueillie...

Un crachouillis, des mots inquiets, m’arrachent à ma contemplation. "Oui oui, j'arrive". Je n’explique rien, ma gorge est nouée par l’émotion. Je prends des photographies, médiocres, puis rebrousse chemin.

Et tandis que je redescends... une pensée diabolique s’insinue et le fou-rire me prend.

Lorsque je rejoins mon compagnon, je suis pleinement hilare. « Alors, fais voir putain, t’as trouvé quoi ??? ». Entre deux hoquets je bafouille en bavant « descendre.... descendre à mille trois cent (je vérifie sur ma montre) sept mètres, pour trouver ça, pour toi.... » je m’esclaffe en lui tendant l’appareil. Je le vois blêmir, esquisser un haut-le-coeur, mon numérique lui échappe que je rattrape de justesse.
Quelle ironie d'être le codécouvreur de la première grotte connue, peut-être unique au monde, tapissée de papillons,... quand on est si profondément lépidophobe !!
.
La grande salle a reçu le nom de famille de Gab.... mais La Prairie - comme on l'appelle aujourd'hui - porte le mien seul : le dégoût ne lui a pas permis de passer outre sa peur irraisonnable, il n'y a jamais mis les pieds.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !