1
min

La porte ouverte

Image de Rita Renoir

Rita Renoir

5224 lectures

28

FINALISTE
Sélection Jury

Recommandé
Je suis là, allongée nue sur mon lit et je t’attends. Je ne te connais pas. Je ne connais que tes mots provocants et ton goût du jeu. Ce jeu que nous avons initié il y a quelques jours déjà en échangeant des messages toujours plus audacieux, plus précis dans les descriptions... Jusqu’au moment où, alors que nous évoquions une première rencontre, tu m’as demandé si j’étais prête à tout. Tu ne voulais pas que ce soit banal entre nous, tu pensais que nous méritions mieux. Alors que je te demandais ce que tu souhaitais, tu m’as répondu ainsi :
« Je souhaite que vous me receviez soumise et offerte... Nue et yeux bandés. Je vous ferai boire quelques bulles de champagne pour vous détendre... Et je m’occuperais de vous longuement, jusqu’à ce que vous perdiez tout contrôle et ne soyez plus qu’une boule de jouissance. Vous mettre dans une telle situation afin de mieux vous diriger m’excite... Laissez-vous aller, vous ne le regretterez pas. »
J’ai eu toute la journée pour penser à cette rencontre, toute une journée à bouillir d’appréhension et d’excitation à la fois. Jusqu’au moment où je n’ai plus pu résister et où j’ai décidé de céder à cette folie. Alors je t’ai envoyé un message pour te dire que j’acceptais, que je n’en pouvais plus et que je t’attendais. Je t’ai ensuite envoyé mon adresse.
C’est l’hiver et il s’est mis à neiger. Cela en rajoute à l’ambiance particulière de la soirée. Il fait très froid et, alors que la nuit tombe rapidement, plus personne ne traîne dans la rue sous l’averse des gros flocons. Tous les sons semblent comme étouffés et il règne une ambiance feutrée.
J’ai pris le temps de me préparer longuement pour toi. Ma peau, si douce, est une étoffe de velours et de soie sensuelle et parfumée. Je me suis bandé les yeux avec un foulard selon tes instructions. Je n’ai pas eu le cran de m’installer à genoux. Je suis allongée sur mon lit, sur le ventre, lascive, bien cambrée, de façon à mettre en valeur mes courbes callipyges.
Tu t’es glissé dans l’appartement par la porte que j’avais laissé ouverte à ton intention. Tu t’es assis au bord du lit et tes mains glacées se glissent, sinueuses, le long de mon corps brûlant. Mes lèvres, sous la caresse de tes doigts, laissent échapper quelques gouttes d’une rosée suave. Tu pousses un grondement de contentement qui me laisse frémissante. L’indécence des mots que tu murmures à mon oreille me fait rougir de plaisir. Je suis prête...

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de À rougir de lire
28

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Super !
·
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Je vais de ce pas m'inscrire sur un site de rencontre! Visitez-moi, et découvrez-moi ... Cé.
·
Image de Charlette
Charlette · il y a
Description de l'attente, du désir qui monte. Avec une belle finesse.
·
Image de LenaLi
LenaLi · il y a
Un texte qui laisse le lecteur rêveur... Le désir y est palpable, on le connaît mais ce n'est pas facile d'y mettre des mots, vous y êtes bien parvenu !
J'aimerais avoir votre avis sur le premier texte que je publie sur le site, beaucoup moins osé mais au désir latent cependant... http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/muse-18
Belle journée à vous !

·
Image de Arlo
Arlo · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
·
Image de HarukoSan
HarukoSan · il y a
j'ai adoré, vous avez osé! j'en ai fait de même sauf que publier je n'ai pas encore osé ! je suis admirative et il est vrai que l'on pouvait esperer une fin mais ..mais je suis d'accord que la fin , cette fin chacun pourra l'imaginer à sa façon...c'est plus attrayant encore! je vote pour merci et à bientôt , je suis nouvelle aussi sur le site , je découvre et j'adore !
·
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Cela s'appelle nous laisser sur notre "fin" ! Une chute même de rein aurait été appréciée... Mon vote tout de même pour les préliminaires...
Pour découvrir mon univers :
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/le-feu-follet-de-navotas

·
Image de Claude Moorea
Claude Moorea · il y a
Un joli texte bien fripon mais j'ai été un peu déçue car je m'attendais à une chute quelle qu'elle soit.
·
Image de Prijgany
Prijgany · il y a
Tu n'écris plus ????
·
Image de Rita Renoir
Rita Renoir · il y a
Comme je l'expliquais sur mon précédent commentaire, je dessine surtout en ce moment. Je fais même de petites expositions. Donc effectivement j'ai un peu moins de temps pour l'écriture...
·
Image de Prijgany
Prijgany · il y a
Diablement érotico-sensuel, mais c'est davantage l'écriture, dont je suis admiratif. Un vote évidemment ; mais, pas d'autres oeuvres en ligne Rita ? Je suis preneur, moi ; ce désir de me glisser sous vos textes...
·
Image de Rita Renoir
Rita Renoir · il y a
C'est que, voyez-vous, je ne suis qu'un tout bébé apprenti écrivain. Et ces derniers temps je me consacre plus au dessin. Je vous vous remercie en tout ca pour vos commentaires.
·
Image de Prijgany
Prijgany · il y a
Et bien alors vous avez tout l'avenir devant vous ; combien je vous encourage à poursuivre ; vraiment. Au plaisir de vous lire. Bonne soirée.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Parfois j'aime prendre de petits riens en photo. Parce que j'y vois les prémices d’une idée qui germe. Dans ces moments-là, je me transporte dans une autre dimension. Je regarde autour de moi et ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il pensait, c’t’andouille, que le sexe des filles était à l’horizontal, et que nos couilles, Tombaient là-dessus comme un couché de soleil. Je lui ai dit suis-moi. La petite ...