3
min

La Porte

156 lectures

15

Finaliste
Sélection Jury

On dit de ces portes secrètes qu’elles s’ouvrent sur des mondes parallèles. Moi je n’y croyais pas jusqu’à ce que j’en traverse une.
Je m’appelle Gaël, j’ai 20 ans et je suis un Gardien, un des rares à pouvoir projeter mon âme, mon corps et mon esprit dans le royaume d’Antana.
Tout a commencé avec le médaillon au bout d’une chaîne en métal rouge bizarre que mon père ramena un jour d’un de ses voyages. Il était archéologue, spécialisé en spéléologie. Alors qu’il travaillait dans une énorme cavité souterraine, il tomba sur quelque chose d’inattendu à l’intérieur de la roche. Pour une raison qu’il n’expliqua pas, il décida de me le donner au lieu de le porter à l’inventaire des objets retrouvés. Je le reçus presque avec indifférence et le rangeai au fond de mon armoire.
Dès lors, des phénomènes inexpliqués se produisirent dans ma chambre : les portes de mon armoire s’ouvrirent toutes subitement, mon chat tomba évanoui en voulant s’en approcher et mon mannequin de bois articulé se mit à tendre le bras en direction du vieux manoir.
Partagés entre la panique et la rationalité, mes parents expliquèrent les événements par des phénomènes électromagnétiques tout en envisageant un déménagement rapide. Cette idée ne me plaisait guère. J’avais enfin réussi à attirer l’attention de Clara, la fille la plus jolie de mon cours de TP à la fac en lui offrant son portrait au fusain. Il ne fallait pas que l’on parte d’ici.
Je pris le médaillon dans mon armoire et le mis dans ma poche, bien décidé à aller le jeter ou à aller l’enterrer quelque part, loin. Le vieux manoir me parut être l’endroit idéal.
Je fis part à mon père de ce projet d’abandon. Il me demanda, avec des yeux ronds, de quel médaillon je lui parlais, et qu’il ne voyait pas comment il aurait pu voler une découverte archéologique. Il n’avait gardé aucun souvenir du médaillon. Comment était-ce possible ?
L’angoisse nouée au ventre, je partis illico vers le vieux manoir. Je tripotai l’objet que mon père m’avait pourtant donné et dont je n’avais plus qu’une seule envie : de le sortir de nos vies. Peut-être était-ce un nouveau tour de cet objet maudit.
Arrivé au manoir, je sautai par-dessus le muret et traversai la pelouse qui ceinturait le château. Il n’y avait personne mais pour un endroit inhabité, le jardin était curieusement bien tenu. Une vibration inattendue me fit sursauter. Elle venait de ma poche. Le médaillon vibrait de plus en plus fort. Je le jetai dans l’herbe et à ma grande surprise il s’ouvrit. La partie haute présentait une face gravée montrant une porte monumentale. La partie basse était une boussole dont la flèche était bloquée sur l’entrée du manoir. C’est elle qui vibrait ! Incroyable !
Même si la raison me soufflait de prendre mes jambes à mon cou, j’eus une vague sensation de joie et de retrouvailles en décodant cette vibration. Cette boussole, cette flèche, je l’ai dessinée des centaines de fois plus jeune. Tout le monde me répétait que le cadran et les chiffres de mon horloge étaient bizarres et moi je ne savais pas encore que c’était cette boussole que je dessinais et dessinais à nouveau.
- Alors c’est toi qui me montre le chemin ? dis-je à voix haute en mettant la boussole autour de mon cou.
Je n’avais plus peur, j’avais confiance. C’était ma voie et je la suivrai.
Elle me guida jusqu’à la porte d’entrée qui céda sous ma poussée. Passé le hall sombre, j’arrivai devant une grande porte, la même gravée sur le médaillon. Elle était tellement énorme qu’on aurait cru être devant un mur. Je pris mon téléphone portable et actionnai la lumière pour mieux la regarder. Je n’eus pas le temps de l’allumer. La porte s’ouvrit devant moi, le médaillon vibra tellement fort que le son me vrilla les oreilles ; je perdis connaissance.
- Il est mort.
- Pourquoi tu dis ça ?
- Il sent mauvais, répondit la première voix.
- Ouais c’est vrai, il ne respire pas la fraîcheur. En plus t’as vu, il a du noir là, répondit la deuxième voix en prenant ma main.
On me touchait, j’étais vivant !
- Qui êtes-vous ?, dis-je en me redressant,
- Aaahh il s’est réveillé !
- Ah ben alors, il n’était pas mort, répondit la première voix, plus jeune que l’autre.
- Ooh ma tête, j’ai l’impression d’avoir reçu un coup de marteau.
- Non, pas un coup de marteau. Quand tu as traversé la porte, tu n’as pas vu l’arbre qui était planté devant la porte et tu t’es mangé le tronc.
- Hahaha, oui, c’est vrai, c’était la traversée la plus marrante qu’on ait vu depuis longtemps, reprît la seconde voix.
- La traversée de quoi ? Je ne sais pas où je suis, c’est la première fois que je viens ici.
- A ton avis, tu es où, là ?
- Dans une grotte... J’étais dans un manoir et je suppose que le plancher s’est effondré, je suis en sous-sol avec vous...
Les deux ombres approchèrent. C’était deux formes humanoïdes, blanchâtres, translucides un peu comme des méduses. On leur distinguait un visage mais leurs émotions étaient visibles à la couleur de leur corps, constamment changeante, signe que ces créatures se posaient beaucoup de questions sur Gaël.
- Ok, alors où suis-je ?
- Tu avais la clef sur toi, tu as traversé une des portes d’Antana. Tu es le passeur de ton monde.
- Ok bon, je suis chez...
- Les fous ? Mais non. Viens avec moi, je vais te montrer que tu as changé de monde.
Une fois remonté à la surface, le cœur de Gaël se mit à battre à tout rompre. Là, sous ses yeux, s’étendait un paysage extraordinaire. Une mer bleue bordait une vaste plaine verte qui s’étendait jusqu’à des montagnes noires, fumantes et grondantes. Le ciel était composé de toutes les nuances de rouge possibles. Le regard de Gaël se figea net lorsqu’il y distingua deux lunes.
- Bienvenue à Antana, dixième Gardien. La reine attend de te rencontrer.

PRIX

Image de Hiver 15

Thème

Image de Très très courts
15

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un thème original et une histoire bien adaptée à la cible des ados, + 1 pour ce récit qui aurait mérité plus de votes.
Image de Sophie Copinne
Sophie Copinne · il y a
Vote 10 pour le dixième gardien, lu avec beaucoup d'intérêt, je suis sûre que cette histoire plaira aux 12.13ans. Bonne chance!
Image de Léa Gerst
Léa Gerst · il y a
J'adore tous ces récits fantastiques, vraiment dommage que le vôtre soit en dernière place ! Je vote donc, en espérant vous voir remonter un peu ! Bonne chance :-)
Image de Cannelle
Cannelle · il y a
Mon vote (8) pour ce passage dans un monde fantastique. Si je peux me permettre, le changement de narrateur en je en narrateur omniscient "les deux ombres..." aurait pu être précédé d'un saut de paragraphe net, comme un changement de chapitre. Mes encouragements pour une suite, on voudrait en savoir plus
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
J'aime les histoires fantastiques et ce voyage dans cet autre monde m'a plu...
Cela m'a fait penser au Monde de Narnia.
Joli début. Une suite est à l'étude ?

Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Je te redonne mon vote - j'avais déjà commenté et je maintiens ce que j'avais écrit
Image de Mélanie Roland
Mélanie Roland · il y a
Très très bon texte. J'ai lu d'une traite, c'est prenant et envoûtant. À quand une suite ? :)
Image de Virginie Colpart
Virginie Colpart · il y a
j'aime beaucoup votre texte! Bonne chance pour cette finale! +1
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
J'aime bien, moi, les histoires à la Jack Vance, (si vous ne connaissez pas, il faut lire le "cycle de Tschaï" les 4 volumes !), alors je vous donne mon vote pour le monde d'Antana !...
Image de Jean Luc Berger
Jean Luc Berger · il y a
pas mal votre nouvelle, sympa. si vous en avez le temps allez toujours lire la mienne et y faire un commentaire et aussi voter... http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/ce-soir-la-liberte