La photo de fiançailles d'Ida

il y a
1 min
219
lectures
7
Qualifié

« La fierté d’être gros et d’être un bon vivant. Un pâtissier maigrichon serait suspect. » - Monsieur Fratt  [+]

Image de Automne 2013
Ida se demande ce qu’elle fait là. Toute menue, toute droite dans sa lourde robe noire. Hier encore, elle dansait et riait, enivrée, extravertie. Hier, elle était la divine Ida : celle qui fait tourner les têtes en montant sur les tables.
Et la voilà toute sage. Les cheveux bien mis, retenus par un collier délicat qui ne lui ressemble pas. Les perles, elle a l’habitude de les porter façon Chanel, pas façon grenouille de bénitier.
Elle a les chaussures bien cirées d’une écolière, des fleurs à la ceinture.
Elle a bien essayé de sourire mais le photographe l’a arrêté net : « On ne sourit pas le jour de ses fiançailles mademoiselle, c’est un jour bien trop sérieux : vous vous engagez pour la vie ».
Vous vous engagez pour la vie... Vous vous engagez pour la vie... Vous vous engagez pour la vie...
Elle a serré plus fort la main d’Ernest et Ernest a serré à son tour. Ils sont trop jeunes. Ils ont peur. Ida connaît le goût des hommes mais pas celui d’Ernest.
Elle ne l’a vu que deux fois entre sa tante et sa grand-mère dans la grande cuisine familiale. Elle sait qu’il aime les tartines de pain au beurre salé et qu’il met de l’eau de Cologne. C’est mince.
Lui ne peut soupçonner qu’il va se marier avec une éphémère dévergondée. Elle cache bien son jeu la petite Ida, elle donne le change depuis qu’elle a huit ans, depuis qu’elle a compris qu’il fallait mentir pour avoir la paix.
Ernest est grand, il porte bien. Il est fier de poser avec cette frêle jeune fille qui sera un jour sa femme. Elle est petite de taille, c’est mieux, ça lui donne de l’importance. Et l’impression d’être un homme. Il la trouve belle et fragile.
Il ne l’a vu que deux fois entre sa tante et sa grand-mère dans la grande cuisine familiale.
Il sait qu’elle aime le chocolat chaud et qu’elle sent le citron vanillé. C’est mince.
Ida pense qu’elle ne pourra pas l’aimer. C’est un enfant. Mais il a de beaux cheveux, des lèvres fines, il n’a pas les oreilles décollées comme la plupart des hommes qu’elle côtoie. Il se tient bien droit, il ne fume pas. A-t-il déjà fait l’amour ? Sûrement pas. A-t-il déjà seulement dansé le tango ? Bu du champagne à quatre heures du matin ? Rêvé d’aller un jour à Broadway ? Ecouté Marie Dubas ? Est-il déjà allé au cinéma ? Quelle vie va-t-il lui faire mener ?
Ida resserre encore un peu plus la main d’Ernest. « Ne bougez plus, crie le photographe, c’est dans la boîte, la pause est parfaite ».

7

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Un lecteur de Short Edition
Un lecteur de Short Edition · il y a
Ca existe encore des fiançailles? Espérons en tout cas qu'elle restera dévergondée et que seules ces fiançailles seront éphémères.
Mathieu Stellaire

Image de Gaëlle Chamarande
Gaëlle Chamarande · il y a
Ces fiançailles ont lieu dans les années 20. Et oui: souhaitons à Ida de rester libre et légère.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Monsieur Fratt

Gaëlle Chamarande

M. Fratt, quarante-trois ans, cent kilos, un mètre soixante-cinq, habitant au 26, rue Köln à Berlin, maître pâtissier chez L’Ange Rouge, célèbre cabaret berlinois. Amoureux de Veronica... [+]

Très très courts

Le trou

prijgany prijgany

Lorsqu’il pleut des cordes, ça n’est vraiment pas simple.
Quand il fait très chaud, et que je sue à grosses gouttes, je vis des moments pas faciles non plus.
Mais le temps a ses humeurs, il... [+]