La petite fille qui voulait devenir sorcière

il y a
2 min
10 589
lectures
34
Qualifié
Image de Automne 2020

Il était une fois une jolie petite fille qui s’ennuyait. Pourtant, en apparence, elle avait tout pour être heureuse. Autour d’elle on respirait la joie de vivre, ses amis étaient nombreux, ses parents aimants, sa maison charmante, elle ne manquait ni d’affection ni de confort.
Malgré tout, une immense tristesse s’emparait d’elle chaque matin.
Cette mélancolie la quittait le soir au moment du coucher quand, enfin seule, elle se précipitait sur ses livres de sorcellerie et rêvait qu’elle se transformait en sorcière.
Elle s’imaginait avec un immense chapeau, une grande robe noire et des bottines pointues. Son adorable minois déformé par un nez crochu, plein de pustules, son menton crochu et poilu la faisait rire aux éclats. Elle se voyait vivre dans une maison pleine de toiles d’araignées, entourée de crapauds, de chats noirs et de hiboux plus laids les uns que les autres.
Elle se représentait devant un grand chaudron bouillonnant préparant impatiemment une potion magique qui transformerait le monde trop pur dans lequel elle vivait en un univers peuplé de dragons, de serpents et d’êtres difformes.
Une nuit, alors que dans ses songes elle confectionnait joyeusement ses poisons, on frappa à sa porte. Contrariée d’être dérangée elle cria : « Je suis occupée, allez-vous-en. » Mais on cogna encore plus fort et elle entendit des grognements. Agacée, elle se déplaça et ouvrit la porte. Elle se trouva nez à nez avec sa meilleure amie couverte de cicatrices, sans bras et tellement grosse qu’elle semblait prête à exploser. Suivait sa mère, une hache en travers de la tête, la langue pendante. Quant à son père, il avait à la place des bras, d’ignobles tentacules qui traînaient par terre. Tous les trois étaient accompagnés de personnages effrayants et menaçants. Ils s’introduisirent dans l’antre de la jeune sorcière, l’encerclèrent et se mirent à danser en chantant :

Petite princesse
Tu n’avais de cesse
De devenir laide
Sans aucun remède
Que nous as-tu fait ?
On va se venger
Toi et tes crapauds
Vous faire la peau
Bâtir des chimères
Aussi on sait faire
Créer des horreurs
Semer la terreur
Danse du châtiment
Et du foudroiement
Attention à toi
On va faire la loi

La petite fille complètement étourdie se mit à paniquer : « Arrêtez, je vous en supplie arrêtez. Pardonnez-moi, je regrette. » Et elle s’écroula.
Elle se réveilla dans sa chambre, recroquevillée sur son lit en désordre. Elle s’assit et regarda autour d’elle. Ses poupées lui souriaient, les tableaux au mur lui semblaient plus enchanteurs que jamais. Elle avait l’impression de les voir pour la première fois. Il y avait longtemps qu’elle ne s’était sentie aussi sereine.
Sa mère qui l’attendait dans la cuisine pour prendre le petit déjeuner lui demanda :« Bien dormi ma chérie ? »
Elle répondit avec un sourire étrange : « Oui, oui. »
— C’est Halloween aujourd’hui, tu as choisi ton déguisement ?
— Pas encore, mais ce ne sera pas la sorcière.
Depuis, la petite fille savoure son bonheur sans faire appel à ses démons.

34

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les soirs de brume

Patrice Vincent

Plusieurs siècles que ça dure, plusieurs siècles et pourtant personne n’a jamais trouvé la clé de cette énigme. Une fois par génération, dans des circonstances similaires, la ville de... [+]