La petite fille de la photo

il y a
1 min
2
lectures
1

Depuis quelques jours, ça me chatouille à l'intérieur, besoin d'exprimer, de dire, d'interroger, d'interpeler, de réagir, d'exprimer, de gueuler... ? Respirer = urgence vitale Réfléchir =  [+]

En premier il y a eu les enfants.
Et leurs regards.
Leurs yeux tournés vers l'avenir qui ne voient plus que la mort, l'absence, le vide.
En premier...
Et puis il y a eu ce ventre arrondi d'une vie en attente, de ce regard pas encore ouvert sur le monde.

En fin il y a eu la bombe. Celle qui a explosé tout près, trop près.

Les enfants ont crié, pleuré, hurlé puis se sont tus quand la vie les a fuit.
Le ventre s'est refermé sur lui-même pour protéger ce qui ne criait, ni ne pleurait ni ne hurlait encore, jamais ?
Et la bombe, la bombe a tout pris.

La vie.
La mort.
Le regard des enfants.
Le ventre protecteur.
Mon espoir.

Ma vie s'est retournée d'un coup.
Comme une crêpe dans une poêle. Comme mes crêpes dans ma poêle pour les enfants et ce ventre arrondi.
Ma vie s'est retournée d'un coup.

Il n'y a plus de crêpes ni d'enfants.
Il n'y a plus de poêles ni de ventre.
Il n'y a plus rien qu'un trou béant et ce sifflement sans fin qui vrille mes oreilles au rythme de mes pas, au fil de ma fuite.

Il n'y a plus rien. Plus rien que cette certitude qu'il n'y a plus rien.

La mort. L'absence. Le vide.
Plus rien.
Plus rien...

Plus rien sauf ?

Qu'il y a encore ma vie qui se demande pourquoi elle est encore là.
Il y a encore mon souffle qui hante mes poumons.
Il y a encore mes jambes qui me portent vers je ne sais où.
Il y a encore mes mains qui ne font plus de crêpes.

Ma bouche ouverte en un cri sourd. Mes yeux remplis d'horreur. Mes pieds qui se doublent à chaque seconde sans varier de tempo depuis le moment où. Mes yeux qui ne savent plus voir ni même regarder autre chose que l'horreur passée, le temps d'avant mais pas celui d'après. Ma vie qui s'est retournée d'un coup.

Mon cœur qui s'est arrêté malgré qu'il continue de battre.

En premier il y a eu les enfants. Et le ventre. Puis la bombe.
Mais en premier les enfants.
Les enfants.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,