La petite fille aux amulettes

il y a
2 min
130
lectures
38

Mon avatar : Un graf depuis longtemps disparu. Il personnalise mon état d'esprit : Réagir et l'écrire  [+]

Debout sur la pédale de frein, Hubert se demande si sa Clio va enfin stopper ou broyer la petite silhouette qui sans crier gare s’est élancée en travers de la voie, sans se préoccuper du passage protégé.

— Bon Dieu de bois ! Complètement barge ce boudchou.

Dans un dernier couinement des pneus qui arrachent l’asphalte, la Clio stoppe enfin, au ras de l’inconscient. Face à lui, au-delà du pare-brise, Hubert fait la connaissance de deux yeux ronds comme des billes dans un visage qui ne peut nier son origine africaine, encadré par deux nattes, véritables œuvres d’art.

Si le palpitant d’Hubert bat la chamade, la petite, elle, n’a pas l’air effrayée.

— Tu n’as rien, tu n’as pas eu peur, tu feras attention désormais.

Les mots se bousculent chez Hubert qui décompense en logorrhée, le stress causé par l’incident.

Ma a donné les amulettes qui protègent, déclare la petite en brandissant une pochette censée renfermer les gri-gri protecteurs.

Hubert n’y croit pas un seul instant, mais cette sortie l’amuse et le drame évité n’est déjà plus qu’un mauvais souvenir. Toutefois, il ne peut s’empêcher de sermonner la jeune écervelée qui acquiesce à toutes ses recommandations.

Neuf heures. Il va être très en retard pour prendre la garde au commissariat, mais son chef comprendra la gravité de l’incident.

*****

Ce matin Hubert n’est pas très en forme. Des cauchemars ont gâché sa nuit comme toutes les nuits depuis un mois. L’incident d’hier a probablement rajouté à son angoisse et l’image de la fillette est venue interférer dans son cauchemar récurrent.

— Ah merde ! Encore elle. Une silhouette vient de s’élancer en travers de son chemin. Au risque de finir dans l’immeuble de droite, il évite l’enfant. Furieux, il entame une marche arrière, mais il n’y a plus d’enfant en vue. Elle s’est enfuie, ou évaporée ?

— Ça n’a pas l’air d’aller Hubert. Des ennuis ?
— Non, non. Mal dormi.
— N’hésite pas à prendre tes Rtt, si tu te sens fatigué.
— J’y penserais, chef.

Il en a de bonnes le chef. Des Rtt ne suffiront pas à calmer, ni ses angoisses, ni ses remords. Cette bavure qui lui ruine la vie, qui ne lui laisse aucun répit. Il est des jours où il se flinguerait. Mais il laisse son arme de service qui désormais lui fait horreur, au commissariat pour ne pas commettre l’irréparable. Il n’y aurait pas foule pour le regretter. A part quelques collègues, sa vie est sans attaches et à 50 ans il a fait une croix sur la possibilité d’une rencontre. Il n’est pas mauvais bougre, peut-être un peu trop jugulaire-jugulaire, mais surtout il ne fréquente pas les lieux habituels des agapes policières.

*****

Il a décidé aujourd’hui de changer d’itinéraire. Ça le rallonge, mais il espère ainsi éviter la fillette qui revient dorénavant dans chacun de ses cauchemars. Il trouve que c’est con, mais hier c’était une fois de trop.

Il roule vite, car encore une fois il a très mal dormi et peiné à se lever. Virage sur les chapeaux de roues, Il enclenche la troisième en abordant la ligne droite, quand la petite silhouette s’encadre dans son pare-brise. Même en freinant à mort, il ne pourra l’éviter, alors il donne un grand coup de volant. La voiture part en dérapage incontrôlé, deux tonneaux et va s’encastrer dans le réverbère sur le trottoir.

Un grand calme blanc envahit Hubert. Son esprit embrumé capte le deux tons d’une ambulance et la voix de la petite penchée au-dessus de lui. Ce sera sa dernière perception de la réalité.

Ma dit que grand frère n’avait pas ses amulettes sur lui, quand le policier l’a abattu.
Ma dit que c’était une grande erreur de sa part.
Tu n’as pas tes amulettes toi non pluuuuuuuuuuus
38
38

Un petit mot pour l'auteur ? 39 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer  Commentaire de l'auteur · il y a
Compte-tenu des dysfonctionnements du site, vous comprendrez, je pense, que je ne puisse répondre à chacun de vos coms si sympathiques.
Image de Fabienne Liarsou
Fabienne Liarsou · il y a
Tu vois, ça me fait penser à du Stephen King. Comme quoi... les amulettes et les marabouts... c’est vraiment pas toujours du tout bon...
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Pour la petite, c'est bon.
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
C'est un sujet délicat très bien conté :)
Image de Rtt
Rtt · il y a
Yes celui-là il percute si je puis dire
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
"pochette sensée" : ce serait mieux d'écrire "censée" ? :)))
Hormis cette petite étourderie, ce qui m'a séduit c'est la chute de cette histoire, sa morale en quelque sorte.

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Tu as raison. Il en passe tj sous les relectures.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un récit dramatique . Une amulette s'agite au-dessus de notre conscience !
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Le surnaturel existe dans la vie de tous les jours. Une histoire qui fait frémir.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Moi, ce qui me fait frémir c'est l'ambiance au sein de la police. Le surnaturel, je ne l'ai jamais perçu. Je suis Cartésien.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Sans doute. Mais il arrive des choses qu'on ne peut pas expliquer. Pourquoi réagit-on comme ceci ou comme cela face à un événement ?
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Pour moi, ça n'a rien de surnaturel, nos réactions sont conditionnées par notre vécu et les circonstances. Ainsi, un bon père de famille, propre sur lui, va devenir un véritable sauvage sous le coup d'une pulsion, face à un événement ou une accumulation de stress (Voir les GJ ou les féminicides. Je ne les mets quand même pas sur le même plan).
Mais dans notre inconscient le passé a aussi une place.

Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Un texte puissant qui donne des frissons. Ce souvenir qui le hanté, fracas d'un passé trop lourd à porter.
J'aime