La petite boîte

il y a
3 min
64
lectures
56
Qualifié

Ben non, sorry pas bio! 75 balais pour découvrir que le temps est une vibration. Et qu'il est énergie inépuisable  [+]

Image de 2021
Image de Très très court
La chaleur revient, ici elle s'approche souvent de la canicule. Tout change, autrefois une intersaison ralentissait un changement désormais brutal. Il faut dans la maison remplacer les vêtements chauds par les plus légers. J'aime ! Et de loin la jupette me plaît davantage que le pantalon ! Bientôt les chanceux pourront partir sous le soleil et les palmiers, à la campagne ou la montagne pour d'autres.
Nous...

-Gaby, c'est quoi cette boîte ? Je n'ai pas pu l'ouvrir !
L'adorable Montserrat s'avance en me présentant un petit carton rigide qu'elle tient entre deux doigts et le pose à ma droite, sur la table de mon ordinateur où mes doigts, sans trop de dextérité mais avec beaucoup de conviction, s'affairent au clavier.
Il me faut pondre un texte pour un concourt.
Ayant déjà bien donné par le passé pour cette activité propre au développement de l'ego, j'avais décidé de réitérer et bien sûr sans la moindre intention de gagner quoi que se soit. Comme le dit souvent l'amour de ma vie : des vis ou des écrous sont mal serrés dans ta caboche !
-Je l'ai trouvée en rangeant les affaires de la Dédée!

Mes doigts cessent leur activité sensée créative. Ma chère petite mère ! Combien de temps déjà ? Bof, elle vivra éternellement dans mon cœur.
-Comment ? Tu n'as pas pu ouvrir ce truc en vieux carton ? C'est ridicule !
-Laisse-moi tranquille, je suis en plein rangement !
Je veux alors saisir la petite boîte mais ne le peux pas. Elle pèse si lourd que ni d'un millimètre elle ne bouge ! C'est une blague !
Ma rationalité m'interpelle : Gaby, ce matin tu ne t'es pas encore levé et la petite boîte n'est qu'un rêve!
Sauf que...
Les cheveux se hérissent-ils sur la tête alors que nous dormons ? Les poils des avant-bras se mettent-ils à l'unisson sur une chair de poule ? A-t-on conscience de trembler ? Et cette incroyable chaleur que j'ai bien souvent connue ?

La respiration me manque. Je pleure.


-Montsééééééé! Tu peux venir por favor !

Ma douce moitié, pas toujours douce et elle le prouve en arrivant maugréant, me découvre en pleurs.
-C'est ta maman qui t'as rendu soudain triste ?
-Nooooon ... c'est la boî, la boîte.
-Mais qu'est ce qu'elle a de spéciale pour te mettre dans cet état ?
-Je ne peux pas la soulever !
En riant de toutes ses belles dents hélas légèrement jaunies par le tabac, Montse saisit l'objet du délit entre pouce et index de la main droite, me le présente juste devant les yeux.
-Tu ne peux pas lever ça ? 

Il m'a fallu quelques bonnes gifles et un verre d'eau froide sur le museau pour me réveiller.
Reprenant mes esprits, j'ai aussitôt pensé que de surcroît j'allais devoir ouvrir cette incompréhension ! Tant de choses extraordinaires ont émaillé ma vie mouvementée d'aventurier avant qu'une belle Catalane ne m'invite tardivement pour fonder une petite famille. Puis qu'Alisson, aujourd'hui vingt-cinq ans, nous comble de bonheur. Tant d'évènement liés à la spiritualité ont fait de moi un personnage hors du commun ; par dizaines ils se sont succédé et en voici un de plus. Tout simplement !

Une petite boîte de rien du tout qui va me porter une fois encore sur les chemins tourmentés de l'irrationnel. Mais jamais la peur fut ma compagne et cette fois non plus elle ne me prendra.

Là, posé devant l'écran où un texte m'attendra le temps qu'il faudra, un parallélépipède rectangle plus qu'un cube pour seulement quelques centimètres, lui aussi semble me fixer.
Une ligne droite parfaite, proche du haut et faisant le tour, montre l'existence d'un couvercle. Maintenant fermement la partie basse, j'ôte délicatement celui-ci sous le yeux médusés de mon épouse.
-Je te jure que je n'ai pas pu l'ouvrir !
-Et moi la soulever !
La même petite boîte, au format légèrement réduit apparaît ! Montse se saisit de l'ensemble et sort le deuxième mystère de son encastrement. Le pose de nouveau sur la table.

Et je ne peux le soulever !

C'est ma chère moitié qui pleure à son tour. Maintes fois je lui ai conté les incroyable scènes que j'ai vécues, à son tour elle se voit mêlée à l'extraordinaire. Et tremble.
-N'ai pas peur, rappelle-toi ce que je t'ai enseigné, ce n'est qu'une porte invisible qui s'ouvre devant toi. Laisse-toi emporter !

Une autre boîte !

Encore une !

La sixième ne fait en volume guère plus qu'un centimètre cube et pèse toujours autant pour moi !
Je l'ouvre aussi facilement que les cinq précédentes.



La lumière envahit mon bureau, ses éclats se projettent sur les murs et le plafond. Nous sommes submergés par le bonheur. Il est là, posé sur un écrin de coton blanc immaculé, irradiant !

Grand-père revenant d'une épopée guerrière au Mexique en fin du dix-neuvième siècle l'a rapporté sans jamais préciser comment il se l'était procuré.

Il y a quelque temps que notre petite famille, en raison d'un maudit virus qui nous a empêché de travailler, arrivait avec difficulté à la fin du mois. Un propriétaire pas plus qu'un locataire ne peut manger les murs de sa maison.

Dans le creux de ma main son poids ne me paralyse plus.
Sept grammes !
Cela n'est pas grand-chose trente-cinq carats !


Heureux, je termine mon texte !
56

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JAC B
JAC B · il y a
Je réitère mes votes, bonne chance Henri.