3
min

La perruche bleue

Image de Eowyn

Eowyn

142 lectures

79

L’œil était dans la tombe et regardait Caïn ! La phrase clignote sur le grand panneau fixé en face de mon lit puis défile sur l’écran de mon bracelet connecté. C’est qui le gars qui a écrit çà ? Me souviens plus. Je soupire d’exaspération. Dans un micro espace de mon cerveau, je sens que la réponse à cette question y est planquée. Mais, pour le moment, je dois m’extirper du pageot. Il est l’heure.
A cause des émeutes 5.0, les élections tant attendues avaient été mises aux oubliettes. Un groupe de décrépis en avaient profité pour confisquer le pouvoir et l’un d’entre eux s’était proclamé le Grand Technicien. Il promettait solennellement que tout rentrerait dans l’ordre. Les pluies torrentielles, les vagues de chaleur qui nous transformaient en poulet rôti, tout cela, lui et le Conseil des 5 métropoles, trouveraient des solutions adaptées. Il avait appelé cela Le Grand Chamboulement. Parle pour ta pomme que je pense tout en quittant mon ridicule appartement perché dans le quartier des Malhabiles.
Paris, sous l’impulsion du Conseil, est désormais divisée en plusieurs zones : aux Malhabiles jouxte celle des Besogneux. Ces deux zones sont par ailleurs sous la tutelle des Efficaces elle-même dépendante des Pragmatiques. La zone des zones étant celles des Ethérés. Celle qui contrôle tout !
J’accélère le pas dans le crachin ambiant. Je ne supporte pas l’humidité qui suinte. Paris ressemble à une gigantesque limace. Vive le Grand Technicien et sa bande de Zélés ! Belle réussite que leur lutte contre le dérèglement climatique. Maintenant, il pleuvote en permanence. Un amas de nuages gris pèse sur nos têtes, nuages de synthèse pour bloquer les rayons d’un soleil assassin. Déprimant.
J’appuie légèrement sur l’écran de mon bracelet ; je scrute le menu déroulant et j’opte pour ambiance romaine. Je suis désormais entourée par l’hologramme du Colisée. Comme si j’y étais ! Ce sera plus agréable de parcourir ainsi le kilomètre qui mène à la gare de Goussainville. Et puis, ce tour de passe-passe, c’est une des rares libertés à laquelle j’ai le droit. D’autres Malhabiles, comme moi, se pressent dans la même direction, se massent sur le quai, attendant impassibles le RER. Je grince des dents. Nous ressemblons à des zombies. Ce satané Grand Chamboulement nous a profilés pour finalement nous attribuer des tâches à accomplir, des créneaux horaires à respecter. Les Malhabiles commencent tôt, petites mains des Besogneux, nous ne devons cependant pas les croiser. Seulement leur obéir. Pourquoi suis-je une Malhabile ? Je ne me souviens plus de ma vie d’avant. D’avant les émeutes 5.0.
Le RER apparaît dans l’horizon grisâtre. La locomotive fait trembloter la grisaille environnante. Puis s’arrête avec grâce. Pendant une demi-seconde, je me sens comme happée par les phares jaunes de la loco. Comme si je répondais à un appel. D’une simple pression de l’index, je vais pour mettre mon écran miniature en veille. Un clignotement inattendu fige mon geste. Un message s’inscrit puis disparaît aussitôt. « Suivez la perruche bleue ! » Je reste interdite, un pied sur le marchepied. Une bourrade dans le dos me remet en fonctionnement. Je grommelle et me cale dans le premier siège qui s’offre à moi. Je jette à la dérobée un coup d’œil sur l’écran de ma montre. Ce qui y défile n’a rien avoir avec un quelconque volatile .Juste un mémo pour me rappeler ma tâche du jour : mettre au rebut les ouvrages du deuxième étage de la bibliothèque François Mitterrand. L’un des sbires du Grand Technicien l’a encore proclamé hier. Les Efficaces de la section Hélios planchent pour mettre un terme aux déficiences énergétiques. Mais les tests ont tous échoué, aussi, on brûle à gogo tout ce qui ressemble de près ou de loin à un livre.
Un frisson me traverse. Au plus profond de moi, et même si je ne me souviens de rien, je déteste la vie que je mène. Depuis plusieurs nuits, je fais le même rêve : je suis devant une porte vitrée; je pose ma main contre un logo bleuté, un logo dessiné contre le montant de la porte. Ma main traverse la porte et...
Délicatement, j’appuie mon pouce, puis mon index contre la fenêtre. Je laisse les vibrations m’envahir. Encore un geste qui me renvoie vers la zone d’ombre de mon esprit. Un geste que j’ai maintes fois fait. Dans d’autres circonstances. Lesquelles ?
- Vous êtes face à un groupe d’adolescents ! Vous tapotez une table, vous donnez des consignes, me murmure une voix dans ma tête.
Ça y est ! Je me prends pour Jeanne d’Arc ! J’entends des voix ! Et je sens une main posée sur mon avant-bras.
Face à moi, un jeune homme doté d’une tignasse bouclée accentue sa pression sur ma main. Je vais lui faire sa fête à ce malotru, ce faquin !
- Je viens vous sauver !
- Me sauver ? C’est quoi ce délire ?
- Avec tout le respect que je vous dois, écoutez-moi ! Je suis Steph, un Pas Comme Nous. Je suis dans votre esprit! Et je suis pressé, alors soyez attentive ! Avant les émeutes, vous animiez un atelier d’écriture. Tous les lundis soir. Vous extrayiez une phrase d’un roman, d’un film et hop ! Ce soir là, sur le tableau, vous avez écrit : «  Suivez le lapin blanc !». Et vous avez ajouté : « Impressionnez-moi ». Moi, dans mon esprit, j’ai vu une perruche bleue comme celle qui trônait dans l’énorme volière familiale. Une perruche que je contrôlais par la force de mon esprit. Que je rejoignais en me téléportant C’est comme cela que j’avais découvert que j’étais différent. J’allais commencer mon récit quand des hommes ont fait irruption, beuglant «  livrez nous les Pas Comme Nous ». Vous saviez que j’en faisais partie ; je ne sais comment mais vous le saviez. Vous m’avez alpagué, jeté dans le local à balais. Vous m’avez dit : « Derrière la cloison, il y a un passage secret ; fuis ! » Puis, ce fut les émeutes. Ça vous revient ? Nous sommes plusieurs, planqués dans une station fantôme sous Notre-Dame. C’est à mon tour de vous sauver. Faites comme moi : mettez votre main contre la vitre. Suivez la perruche bleue.

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
79

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Viviane
Viviane · il y a
J'aime beaucoup aussi celui ci
C'est plein d'imagination

·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Mes voix pour ce bon texte. Prenez le temps d'aller visiter ma nouvelle (SACHA), qui participe au concours spéciale à l'occasion du 40ème anniversaire du RER. Lisez, et si vous aimez, votez afin de m'offrir votre voix très chère http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sacha-3?all-comments=true&update_notif=1511282103#js-collapse-thread-585524
·
Image de Pauline
Pauline · il y a
Bravo pour cet univers futuriste dans lequel nous plongeons avec le RER comme ruban qui nous rattache aux contemporains que nous sommes ! Sincères félicitations !
·
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
Merci
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Une idée formidable, et si bien écrite. Si le cœur vous en dit mon 7h24 vous attendra. Mon univers aussi, comme Tropique et tant d'autres choses.
·
Image de Cathy
Cathy · il y a
Beaucoup aimé! TRÈS difficile de nous transporter en si peu de lignes! Pari réussi!
·
Image de PG
PG · il y a
De l'Ancien Testament à un récit de science encore (mais jusqu'à quand) fiction, en passant par le RER, les rails de la RATP nous mènent sur des chemins surprenants Bravo!!!
·
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
Merci.
·
Image de Luc Michel
Luc Michel · il y a
J'aime! La perruche bleue ? L'idée est géniale, j'ai dévoré votre texte.
·
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
Merci beaucoup.
·
Image de Luc Michel
Luc Michel · il y a
Je ne fais jamais de retape mais nous avons joué sur le même registre dans ce concours...mon texte dans ce concours est également de la SF. Peut-être l'aimerez-vous ?
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
un récit très touchant qui ne manque pas de saveur ni d'inventivité +5
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
un inquiétant bond dans le temps, une chute énigmatique, un texte prenant : mes 4 voix.
Je vous propose de découvrir "un petit coeur collé sur un portable ", un suspense en compet des nouvelles.
Bonne fin de journée.

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
De la S.F écolopoliticorévolutionnaire ... Bien vu !
·