3
min

Là où le vent ne se lève jamais

Image de Lectureavie

Lectureavie

979 lectures

129

FINALISTE
Sélection Public

Droit devant, la route, s’étirant à l’infini. Une simple ligne droite, noire, dure, froide. Pas un seul tremblement, pas un seul changement de direction. Je fronce les sourcils. Sur les côtés, de l’herbe. De l’herbe à perte de vue. Si j’avance, je verrai toujours le même paysage. Si je recule, je le verrai aussi.
J’ai envie de m’asseoir sur le macadam. Mais par cette chaleur, je ne ferai que me brûler, alors je patiente debout et réfléchis. Où mène cette route ? Pourquoi est-elle si dure, si inhospitalière ? Je ne comprends pas ; un paysage comme celui-ci est insensé, n’existe pas normalement. Alors comment se fait-il qu’il s’étende devant moi ?
Du bout du long chemin de goudron émane une douce lumière blanche. Que signifie-t-elle ? Que quelque chose m’attend au bout ? Je l’espère, bien que j’ignore sa raison d’être.
Je me relève lentement, et marche. Le bruit de mes pas sur le sol est assourdissant dans le silence parfait. Pas un seul gazouillement d’oiseau, pas un seul bruit de moteur, ou même de vélo. Pas un bruit de course. Je suis seule. Ce calme est inquiétant, et dans un réflexe de protection, je croise les bras sur ma poitrine.
Je continue à marcher, l’esprit vide de pensées. Mais c’est comme si je faisais du sur-place. Je n’ai pas l’impression d’avancer, juste de rester là où j’étais. Mon rythme ralentit peu à peu, mais je continue. À quoi bon rester au même endroit, de toute manière ? Je sais que si je m’assieds, je vais me coucher dans l’herbe fraîche sur le bas-côté, profiter des rayons du soleil. Mais alors, je m’endormirai, et qui sait quand je me réveillerai ? Ici, il n’y a personne pour veiller sur moi.
Donc je garde le cap. Cette route ne peut pas faire le tour de la Terre sans que je ne puisse apercevoir quoi que ce soit à l’horizon, si ? Le soleil tape, et pas un souffle de vent ne vient m’effleurer. Je respire profondément, la chaleur est entêtante.
Au bout de plusieurs heures de marche incessante, je finis par distinguer un embranchement. Pleine d’espoir, je trottine jusqu’à arriver à l’intersection.
Deux directions s’offrent à moi, mais il ne figure aucune indication. Plissant les yeux, je scrute l’horizon. Sur ma gauche, l’herbe se pare de fleurs de toutes les couleurs, incarnation de la joie et de la fraîcheur. Sur ma droite, la route se retrouve bordée d’arbres ombrageant le chemin. J’hésite. Les fleurs représentent pour moi la joie, l’optimisme. Cela pourrait me motiver à continuer sur cette route sans saveur. Mais d’un autre côté, l’allée d’arbres me fournirait de l’ombre, ce qui pourrait être bienvenue par cette chaleur.
Un souvenir remonte alors à la surface. Ma mère, pour mes 15 ans, m’offrant un bouquet de fleurs sauvages. Il était composé de fleurs tout à fait diverses, et les couleurs s’en échappaient avec joie. À chaque fois que je le regardais, je ne pouvais m’empêcher de sourire, envahie par l’allégresse.
J’emprunte la route de gauche. La vision des fleurs me motivera à continuer, et le souvenir était tellement fort que le choix s’est imposé de lui-même.
Je marche de nouveau, longuement. Et encore une fois, personne ne croise ma route. Une légère brise souffle cette fois, m’offrant un rafraîchissement bienvenu. Mais rien ne perturbe le silence, et c’en est presque effrayant. Je suis bien contente d’avoir choisi ce chemin coloré, plutôt que de m’être enfoncée dans l’ombre.
Alors, la lumière s’intensifie. Tout devient blanc. La seule chose que je peux encore distinguer est la route sous mes pieds et devant moi, s’étirant sans fin. Je m’arrête, désorientée. Des chuchotements se font entendre autour de moi, des bruissements. Mon cœur commence à battre de plus en plus fort dans ma poitrine ; je ne suis pas rassurée. Que se passe-t-il ?
Des silhouettes se décrochent du paysage uni. Je ne distingue par leurs visages, mais je suis apeurée. Je recule lentement, avant de me rendre compte que je suis encerclée. Puis ces gens stoppent brusquement leur progression. Je fronce les sourcils ; est-ce qu’ils me veulent du mal ? Je suis sans défense, jeune fille démunie sur cette route sans fin.
Quelqu’un s’avance en face de moi. Je plisse les yeux, et découvre ma grand-mère, un sourire bienveillant sur le visage. Je suis stupéfaite.
« Grand-mère ? Mais... qu’est-ce que tu fais là ?
- Tout va bien, ma chérie. Viens avec moi. »
Elle me tend la main. Perturbée, je lâche d’une voix tremblante :
« Grand-mère... Tu ne peux pas être ici. Tu es... »
Le mot se bloque dans ma gorge et une étincelle de tristesse passe dans ses yeux. Elle me rassure :
« Ne t’inquiète pas. Viens avec moi », répète-t-elle.
L’émotion m’assaille. Elle me manque tellement... Alors, même si une partie de mon cerveau sait bien qu’elle ne peut pas réellement être là, en face de moi, je prends sa main.
Tout se brouille, la lumière s’intensifie de nouveau et je ferme les yeux par réflexe. Lorsque je les rouvre, ma grand-mère se tient devant moi. Mais elle n’est pas seule. Mon grand-père est là aussi. Dans ses bras, mon chat, Brindille. Trois personnes que je pensais ne plus jamais revoir. Je fronce les sourcils :
« Qu’est-ce que... »
Mais ma grand-mère ne me laisse pas le temps de finir :
« Bienvenue au Paradis, ma chérie. »

PRIX

Image de 2016

Thèmes

Image de Très très courts
129

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cathy Courtois
Cathy Courtois · il y a
Je vote pour toi parce que Anne-michèle me la demander. Félicitations pour ton écriture si jeune et déjà un avenir de grand écrivain.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J'ai deviné la chute mais je vote des deux mains pour votre écriture !!
·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Oh merci beaucoup !!
·
Image de Alicia Alvarez
Alicia Alvarez · il y a
J'ai revoté baby ! ♥
·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Merciii ! <3
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
C'est un joli rêve qui nous fait revoir nos chers proches disparus. Bravo, Lectureavie, pour ce TTC tendre et bien écrit. Vous avez mon vote.
J'ai une nouvelle qui pourrait ne pas vous déplaire, ici : http://short-edition.com/oeuvre/nouvelle/la-societe-fait-un-carton

·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Merci beaucoup ! Je vais voir ça :)
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Mon deuxième vote bien mérité !
Sur ma page : "le coq et l'oie".

·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
C'est très beau ...on entre à pas feutrés dans un plein d'émotions ...bravo
·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Pascal
Pascal · il y a
Très joli texte, très émouvant, très bien écrit et que l'on a envie de relire. Je suis désolé je ne l'ai pas vu lors de la sélection (trop de textes et pas assez de temps). En tout cas, là mon vote.
Si le cœur vous en dit, je vous invite à venir découvrir ma page, et soutenir les poèmes qui vous plaisent, merci.

·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Merci beaucoup pour ce commentaire et votre vote !
Je vais passer voir ça.

·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Mon vote à nouveau !
·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Iliuna
Iliuna · il y a
Je viens de me rendre compte que je n'avais pas voté la dernière foisXD...en tout cas tu es finaliste, bravo! Ton texte est magnifique!
·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Ahah pas de soucis ! xD Merciii !
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
Je confirme mon vote avec plaisir pour ce très beau texte!
·
Image de Lectureavie
Lectureavie · il y a
Merci beaucoup pour ton soutien !
·