La Nuit écarlate

il y a
2 min
1
lecture
0
Une fumée épaisse recouvrait le village. Les flammes, incandescentes et voraces, dévoraient toute vie sur leur passage. Tandis que tous les êtres confondus fuyaient face au chaos, Alma peinait à respirer. Son ventre bombé et difforme l’empêchait de bouger, au point qu’arrivée à terme elle ne pouvait plus faire un pas avant de s’écrouler à terre. Le feu avait beau avancer, la vieille Gilberte était toujours à ses côtés, essuyant sans cesse son front d’un linge propre. Les traits de la future mère se muèrent en véritables expressions de douleur, une douleur encore inconnue auparavant.

« Où est donc votre mari ? » demanda l’ancêtre en tapotant le visage d’Alma.

« Il sera là tantôt » se contenta t elle de répondre entre deux souffles et quelques gémissements.

Gilberte vit le danger s’effondrer sur sa petite bâtisse. Un pilier tomba près de l’endroit où était inconfortablement allongée Alma, manquant de peu de les écraser toutes deux. Elle se retourna, mais la jeune femme avait perdu connaissance. A moitié aveugle et les pieds en sang, la brave paysanne couru chercher de l’aide auprès de quiconque remarquerait ses appels. C’était une nuit d’horreur, la pire qu’elle n’avait sans doute jamais connu depuis l’épidémie de peste noire qui lui avait fait perdre un œil. Dans les ruelles, il n’y avait plus que les cadavres brûlés pour témoigner de sa solitude. Les hurlements avaient cessé. Gilberte vacillait tristement en récitant quelques prières inaudibles, les yeux braqués vers l’église du village qui continuait indéfiniment de flamber.
Soudain, alors qu’elle s’apprêtait à se laisser mourir, une force inconnue la retenue d’un bras. Gilberte put sentir qu’il s’agissait d’un homme imposant et trapu, à la robustesse infaillible. Elle ne chercha pas à connaître l’identité de son sauveur, et lui indiqua directement les ruines de sa chaumière. Le toit n’était plus mais les murs, eux, tenaient toujours debout, protégeant Alma de l’hostilité extérieure. Gilberte repris ce qu’elle avait commencé, indiquant à la femme aux cheveux sombres de pousser de toutes ses forces. La lutte fut longue et périlleuse, mais s’acheva enfin sur l’apparition d’une petite tête. C’est à ce moment là que Gilberte du réprimer à son tour un cri d’effroi en voyant l’enfant naître.

« C’est... c’est un garçon », annonça t elle simplement.

La créature qu’elle tenait à présent entre ses mains n’avait rien d’humaine.
Sa peau était parsemée de tâches noires, et sur son crâne, de petites cornes avaient vu le jour. Gilberte se souvint de toutes les fois où ses services avaient été requis lors d’accouchements ; en général les bébés fleuraient bon le renouveau, mais celui-ci, celui-ci n’était certainement pas comme les autres. Aucune lumière ne semblait s’ émaner de lui.
Elle se dirigea vers Alma, le nourrisson en bout de bras.

« Votre... fils. » murmura t elle, « Son père ne devrait maintenant plus tarder, je pense ».

Alma lui lança alors d’une voix affaiblie ces paroles :
« Mais Gilberte, il est déjà là. »

Une grande poigne chaude vint se poser sur son épaule. Gilberte en trembla de tout son corps, puis se retourna lentement vers la porte d’entrée, restée en place malgré tout. Le colosse était toujours sur le seuil et n’avait dit mot depuis son apparition, si bien qu’elle en avait négligé son existence.
Gilberte releva la tête vers lui en se tenant aux éboulis de roche.
Une lueur brillait au fond de ses iris, puissante et mortelle.
Il esquissa un sourire. Le monde s’embrasait en son seul regard.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Au camp

Polly

Elle plaquait ses pieds dans la boue luisante. Flop, flop, flop. Les manches de l’anorak trop grand cachaient les mains et ses cheveux bruns flottaient sur les épaules. Flop, flop, flop. Les... [+]


Très très courts

Danse avec le Feu

Johnny Bigoude

J'avais rencontré Julian en passant une audition, à l'époque où il cherchait une partenaire. Sa réputation grandissait, et nous fûmes une vingtaine à nous aligner, soit une foule de... [+]