La mousse au chocolat

il y a
1 min
27
lectures
4

Randonneuse - cycliste - écrivaine - éleveuse de tomates  [+]

La mousse au chocolat
Ma poulette, m’a dit Marc, je sais que t’aimes pas trop cuisiner, mais est-ce que tu pourrais pas, steplaît, me faire une mousse au chocolat pour cette foutue soirée des contemporains de la gym de Prilly, à laquelle j’ai non seulement promis d’aller, mais aussi promis un dessert maison ?

Tu serais chou, a ponctué Marc, en déposant devant moi : les œufs, le chocolat, le sucre et la crème. Et puis, il est parti.

J’ai ouvert le livre de recettes et regardé celle pour les nuls, celle qu’un gamin de sept ans pourrait réussir les yeux mi-clos, celle que moi, sûrement, je vais rater.

J’ai alors fait fondre le chocolat au bain-marie, jusque-là tout bien, et incorporé les jaunes dans le chocolat fondu. Là, j’ai repris espoir. Ça se passerait. Ça irait. Je réussirais.

Et puis tout a tourné au moment du montage des œufs en neige. Mon imaginaire n’a pas trop apprécié cette combine de neige et de montage. Le sucre avait l’air de ne pas vouloir s’incorporer, refusant l’amalgame, le mariage, l’union. Solitaires, les blancs faisaient sécession et s’enorgueillissaient de leur indépendante dignité. La colère – à l’opposé des blancs – est montée toute seule. S’est cristallisée pour ne former plus qu’un seul barrage.

J’ai alors jeté : tablier, mélanges ratés, livre de cuisine, coquilles d’œufs, tout ça au milieu du salon, maculant la moquette de cette immonde mousse.

Griffonné : je te quitte, Marc ; et je t’emmerde, toi et ta mousse.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,