3
min

La mort du compost

Image de Line Chatau

Line Chatau

352 lectures

203

Qualifié

Dans un petit village du sud-est de l’Angleterre, Miss Charity Applegreen menait une vie simple et paisible de célibataire retraitée de l'Administration des Impôts. Elle entretenait avec amour sa maisonnette entourée d'un jardinet abondamment fleuri. Sa pelouse, toujours bien tondue, accueillait au printemps, des tulipes, des jonquilles et des clématites. En été, elle voyait éclore les roses, les glaïeuls et les hortensias aux grosses boules mauves ou bleues. En automne, c'était les asters et les dahlias ou les clématites qui réjouissaient ses yeux. Chaque saison comblait Miss Charity de nouvelles senteurs et d'un florilège de couleurs chatoyantes.
Il faut dire qu'elle s'en donnait de la peine ! Chaque matin, elle piochait, tondait, arrosait et le soir, elle arrachait d'un geste sûr et rapide les mauvaises herbes.
Toutes ses amies s'extasiaient devant la beauté de ses fleurs et lui demandaient des conseils de jardinage mais elle se gardait bien de leur révéler son secret. Elle n'avait jamais dit à quiconque que tout venait de la qualité de son compost qui lui fournissait le meilleur des engrais que l'on pût trouver dans le village.
Elle avait installé son bac à compost sous un cerisier au fond du jardin contre le mur en pierre qui la séparait de son voisin. Chaque jour, Miss Charity lui apportait le contenu d'un seau d'épluchures de carottes, navets, pommes de terre ou de fanes de radis bien frais. Le soir elle déversait dans son bac en bois les restes des fruits qu'elle avait épluchés pour faire des confitures ou des compotes.
Elle lui parlait, l'encourageait et lui disait combien elle lui était reconnaissante de la beauté et de la richesse de la terre qu'il lui fournissait. Parfois, elle prenait une poignée de ce terreau noir et luisant dans sa main, elle le reniflait, le malaxait puis écartait ses doigts pour le laisser retomber en poudre dans le bac.
La vie de Miss Charity Applegreen aurait pu être très agréable. La seule ombre dans ce tableau idyllique concernait son voisin le plus proche. C'était un homme grand et fort, un colosse à la voix de stentor ! Il était flanqué d'une épouse petite, maigrichonne et aussi grise que la pluie en novembre. Elle filait doux quand son mari élevait la voix mais ne pouvait s'empêcher de mettre son museau de musaraigne dans tout ce qui ne la regardait pas.
Un matin, alors qu'elle portait son seau d'épluchures de carottes et quelques feuilles de laitue et de chou vers son bac, elle remarqua que son voisin l'attendait derrière le mur. Elle s'approcha avec une petite boule d'anxiété au creux de l'estomac car elle se doutait qu'il ne lui voulait pas que du bien. Effectivement, il l'apostropha brutalement :
— Va falloir déplacer votre compost parce qu'il pue ! Ça gêne ma femme !
Miss Charity resta un instant interdite puis lui rétorqua avec une pointe d'aigreur :
— Je suis désolée, cher Monsieur, mais je dois vous dire que mon compost ne sent pas mauvais car il est très bien entretenu !
— Eh bien il faudra quand même l'enlever car les odeurs qui arrivent chez nous, ce n'est pas de la rose ! Ça schlingue, ça fouette, ça empeste ! Alors débrouillez-vous mais on n'en veut plus !
Miss Charity s'étouffa d'indignation. Elle se redressa, serra ses deux petits poings tandis que ses yeux lançaient des éclairs terribles. Elle ne put s'empêcher de l'accabler d'insultes horribles !
— Monsieur, vous êtes un malotru, un rustre, un gougeât, un... un... un malpoli !
Puis raide comme la justice elle tourna les talons et partit à grands pas vers son bac à compost. Elle souleva le couvercle et lui dit :
— Ne l'écoute pas, c'est un imbécile ! Tu ne sens pas mauvais et tu es le plus beau du village. Je suis très fière de toi !
Puis elle referma le couvercle doucement et rentra chez elle.
Elle dormit très mal cette nuit-là, perturbée qu'elle était par sa querelle avec son voisin.
Le lendemain matin, un peu plus tôt que de coutume, Miss Charity sortit dans son jardin pour apporter au compost ses épluchures quotidiennes. Au fur et à mesure qu'elle avançait, une odeur de plus en plus forte agressait ses narines. Inquiète puis carrément affolée elle parcourut en courant les derniers mètres qui la séparaient de son bac à compost. Elle souleva le couvercle et constata avec horreur qu'il baignait dans un infâme et puant bouillon irisé de vert, de bleu, de mauve. Une odeur de gazole montait de son compost qui, il faut bien le dire, était on ne peut plus mort ! Elle poussa alors un long cri de bête à l'agonie et s'effondra sur son bac. Elle l'entoura de ses deux bras maigrelets et sanglota à en perdre haleine.
Alerté par le bruit, le voisin sortit sur le pas de sa porte. Les bras croisés sur sa large poitrine, campé solidement sur ses deux jambes écartées, il observait Miss Charity. Sa femme se faufila dans le peu de place qu'il lui laissait et pointa son museau de musaraigne excitée vers le jardin de Miss Charity puis elle demanda au gros homme :
— Qu'est-ce qu'il se passe, hein, dis, qu'est-ce qu'il se passe ?
— Rien, rentre ! C'est la vieille folle qui pleure sur son compost !
Puis il fit demi-tour et ferma la porte derrière lui.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
203

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Line Chatau
Line Chatau  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à tous pour l'accueil que vous avez fait à ce texte. Vos réactions sont toutes différentes et intéressantes. Je pense que Miss Charity trouvera bien à se venger car il faut toujours se méfier des demoiselles anglaises trop bien élevées! Et si le voisin finit dans le compost, on ne le plaindra pas!
·
Image de JACB
JACB · il y a
J'ai bu un bon bol d'humour !
Ma cavale est en bleu et jaune mais il me tiendrait à coeur d'avoir votre soutien pour:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-femme-est-l-avenir-de-l-homme#
Merci line

·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Promis , j'irai vous lire avec plaisir. Merci de vous être intéressé à ce petit texte!
·
Image de murielle riou
murielle riou · il y a
Comme j'aimerais qu' il y ait une suite (vengeance?) !
·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Il y a une suite, c'est "La vengeance de Miss Charity Applegreen". Je vous souhaite une bonne lecture!
·
Image de Mimine
Mimine · il y a
J'ai aimé !
·
Image de Bernard Baudour
Bernard Baudour · il y a
Je confirme que vous écrivez avec style. C'est précis, riche, attendrissant et passionnant... et même émouvant, tout ça dans un format très court. Je veux lire la vengeance ! Où est la suite ?
·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Merci beaucoup Bernard pour ce joli compliment. Si vous lisez "La vengeance de Miss Charity" vous aurez la suite de"La mort du compost" mais sera-t-elle à la hauteur de vos attentes? :-))
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Elle va devoir faire un nouveau compost :(
Si elle prend un bac suffisamment grands et qu'elle soigne sa découpe, le gros voisin devrait tenir dedans ;) ;) ;)
Oups… que des déchets verts ? Il va falloir qu'elle trouve un autre moyen ;)

·
Image de RAC
RAC · il y a
Ho, so British !
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Super beau et attachant texte. Un vrai régal. Belles tournures de phrases, beau fil récital. Bravo. Pourrais-je vous inviter à visiter ma page? J'ai deux textes en compétition.
·
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
Tout mon soutien.
·
Image de Rafiki
Rafiki · il y a
Je découvre votre nouvelle un peu tard mais elle m'a bien fait rire. Les personnages sont très réussis, le thème bien choisi, la caricature poussée juste ce qu'il faut pour faire sourire tout en étant très réaliste. Le tout avec une belle plume. J'ai vu que vous aviez écrit une suite, je la mets en bonne place dans ma liste de lecture.
Si l'envie vous prend, je vous dépose une invitation pour "L'ocre de la terre". Joyeuses fêtes !

·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Merci Rafiki pour ce commentaire bienveillant qui montre une lecture attentive de ce texte. Je suis très contente qu'il vous ait plu.
J'irai prendre connaissance de "L'ocre de la terre" avec le plus grand plaisir". Joyeuses fêtes à vous aussi!

·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Merci Françoise pour votre soutien et pour ce commentaire plein de bonne humeur! :-))
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Ce soir-là, Pauline était assise sur son petit trépied de bois, en train de traire sa vache. Elle n'était pas très bien installée car son ventre la gênait. Elle se redressa et frotta de ses...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il fait tout noir dans mon carton. Je me demande bien où je vais, et si c’est encore long. J’ai tellement hâte qu’on me découvre ! Je sais déjà qu’on va m’adorer ! Je suis ...