La mort de Vera-Jane Palmer

il y a
1 min
20
lectures
1

"nous sommes un orage sous le crâne d'un sourd"  [+]

La mort de Vera-Jane Palmer*



29 juin 1967, route de la Nouvelle Orléans.

La décapotable rose bonbon filait. La main droite de Vera-Jane agrippait mollement le volant et la sueur de sa paume en humectait le cuir blanc. Claquant, le vent s’engouffrait dans sa crinière aussi platine que vulgaire. Cliché bandant que cette femme laissant échapper de son coffre généreux petits cris et soupirs. 101 de tour de poitrine pour 104 de quotient intellectuel ! Quelle blague ! Et pourtant...
Oui mais voilà ! Trop vite ! Trop belle ! Trop sexe ! Trop fort dans le camion chargé de plaques de tôles ! Privilège de la beauté, petite marquise acidulée, elle s'est faite décapiter.
Derrière ses lunettes de soleil, ses yeux demeuraient mi-clos, peu attentifs à la route. La faute à qui ? À quoi ? À sa main se baladant dans sa culotte et aux caresses qu'elle infligeait à son petit bouton brillant ? Jouir à plus de cent kilomètres à l’heure ! Quelle idée ! C’était sans compter sur la sérieuse envie d’une fine plaque de métal de se taper l’ancienne Miss Autoroute 1957 !
Sublime bécasse ! Rouler moins vite ? Et aujourd’hui elle serait une starlette vieillotte, décatie et outrageusement poudrée. Les veines de son cou de poulet sailleraient en dépit des liftings répétés. Des lunettes fumées trop grandes ne parviendraient à dissimuler les valises prêtes à exploser sous ses yeux. Elle se parfumerait avec exagération pour cacher l’odeur de vieillesse ? Inutile, c’est plus fort que tout ! Ses seins se casseraient la gueule, recouvriraient son ventre. Des dizaines, des centaines, des milliers d'amants seraient passés entre ses jambes ! Et ses films ? Parlons-en ! Des navets ! Une carrière merdique ! Pour ses quatre-vingt ans, on lui aurait refilé un Oscar d’honneur. Un peu tard ! Elle n'aurait même pas pu se l’enfiler. Tout au long de sa vie elle nous aurait fait chier par tabloïds interposés : sa ménopause, ses problèmes gastriques, ses penchants masochistes, son amour immodéré pour les gros membres et pour les chiens, ses incontinences... Tout, nous aurions tout su.
C’est mieux ainsi, soigneusement étêtée, ses seins resteront éternellement gonflés.

*Vrai nom de Jane Mansfield
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,