Une mer d'exil

il y a
2 min
87
lectures
19

"Les mots sont les passants mystérieux de l'âme" Victor Hugo  [+]

Ce sont les premières lueurs pâles de l’automne, j’envoie tout valdinguer. J’ai vidé les lieux, fais place nette. Je débarrasse le plancher. C’est sur cette terre que je suis née, ce n’est pas là que je mourais.
Rendre les clefs. Partir. Adieu l’asphalte de ma ville. Bonjour la mer de l’exil. J’ai décidé de quitter la résidence des Camélias et son odeur d’entrailles nauséabondes. J’ai envie de partir loin, très loin, sur Vénus, le soleil ou la lune. Je voyagerais partout dans le monde mais pour l’instant, je veux voir la mer.
Finalement, je m’accroche à la vie comme le lierre au vieux mur. Tant que les racines ne sont pas arrachées, j’arrive encore à grimper. « Au revoir mon amie, on boit à ta santé ! Va vers d’autres horizons respirer un air meilleur ». J’illumine la mascarade du monde fou dans lequel je vis. De quoi donner des ailes...
Sur ce quai de gare empli de moiteurs sales, je laisse un peu de ma mémoire. La gare en fièvre s’agite. Autour de moi, des baisers fugitifs, des chagrins qui s’ébruitent. Des scènes de banalités, des gens qui se perdent peau contre peau, voulant garder des bouts de leur moitié. Des livres qui se ferment, des vacances qui se terminent. Il y a ceux qui reviennent au pays et ceux qui, comme moi partent vers un port tranquille d’un pas incertain. Je vois déjà la plage.
J’emporte peu de choses. Quelques vêtements et un nécessaire de toilettes, ma carte d’identité, du liquide et le vieux réveil de ma grand-mère dont les battements de cœur mécaniques ont toujours réussi à me bercer. J’ai jeté, donné et vendu. Toute ma vie à la poubelle ou éparpillée aux vents.
Sourire aux lèvres, je monte dans le train. Sourire aux lèvres, je mens. Les portes se referment, j’entends le sifflet. Mes pensées deviennent brouillées. Une vague de panique m’envahit. Le grand frisson peut-être. Et si là-bas je ne trouvais que l’amertume ? Sur ce quai de gare, j’ai tout laissé mais pas de proches qui me regardent m’éloigner avec un sourire inquiet. Personne pour me dire que je n’ai pas les pieds sur terre et que j’ai certainement fais la plus belle connerie de ma vie. Hier, je mourrais lentement, esclave de mes habitudes et aujourd’hui je peux au moins me faire l’éloge de l’audace. Même si je ne sais pas encore à quoi j’aspire, je suis le héros de mon rêve éveillé. Je ne sais pas si je suis capable d’apprendre à vivre en faisant confiance à la vie et côtoyer la joie. Ce dont je suis sûre par contre, c’est qu’en cet instant j’ai peur jusqu’au bout des doigts et des orteils. J’ai une peur animale de moi-même et de ce qui m’attend.
Demain, j’aurais probablement encore le corps brisé, je perdrais pieds parce qu’avec la vie rien n’est certain.
Je suis joueuse et suicidaire.
L’ombre n’est jamais bien loin.
19

Un petit mot pour l'auteur ? 23 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Dilemme vous avez dit dilemme...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Tout abandonner pour mieux recommencer... Très joli moment de vie.
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Sédentarité routinière contre migration aventureuse, entre la crainte de mourir d'ennui et la peur de se jeter dans l'inconnu, à ses risques et périls, l'héroïne choisit la deuxième solution, comme la chèvre de Monsieur Seguin ! Espérons un destin moins funeste pour la protagoniste du récit ! Merci Jad_or, pour ce portrait en clair-obscur !
Image de Jade_or
Jade_or · il y a
C'est tout à fait ça! Merci à vous pour ce commentaire juste et éclairé!
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
;-)
Image de TessAlexandre Alexandre
TessAlexandre Alexandre · il y a
Superbes fragments de vies, beaucoup de poésie, sensations éphémères, mouvantes, un réel style : j'aime beaucoup !
Image de Jade_or
Jade_or · il y a
Merci TessAlexandre! Ton commentaire est agréable à lire! Heureuse que ça te plaise!
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Il y a un vrai style, perfectible en essayant de ne pas jouer uniquement sur le rythme dégagé par les phrases courtes. En tout cas, la narration est là. La chute aussi. Merci Jade_or.
Image de Jade_or
Jade_or · il y a
Merci pour le commentaire sur le travail d'écriture!
Image de Che
Che · il y a
C'est, je pense, très juste, on part, on s'échappe, on prend le train, et personne sur le quai pour vous souhaiter bon voyage. Un rêve d'évasion déjà mis en ballotage.
Image de Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
Une écriture incisive, enlevée. Ici, la brièveté de la phrase convient parfaitement au récit.
Image de Jade_or
Jade_or · il y a
C'est ce que je pensais. Votre commentaire me conforte dans ce choix.
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Les gares avec tout ce qu'elles contiennent, passage obligée vers des destinations inconnues, des vies qui espèrent un renouveau au bout du voyage.
Image de Jade_or
Jade_or · il y a
Oui sauf que l'on comprend souvent après que les fantômes nous suivent car ils sont au plus profond de nous.
Image de Michel Croste
Michel Croste · il y a
En équilibre sur un fil

Vous aimerez aussi !