La mer

il y a
2 min
4
lectures
2

Je n'ai ni la prétention de devenir un grand poète ni celle d’être un illustre écrivain mais j'ai la rage de dire ce que je ressens et de transmettre sincèrement mes idées lesquelles  [+]

La falaise épousa mes pas pour m’inviter à me reposer sur ce rocher noir qui m’est devenu presque familier tellement ma solitude quotidienne trouva refuge dans ce coin silencieux et calme, un lieu unique pour improviser mes rêves d’abandonner et de quitter cette terre qui m’a vu naitre vers d’autres cieux plus cléments.
Des souvenirs surgissent subitement du fond des temps écoulés, la scène se déroule dans notre maison de campagne, ma mère se dirigea vers le puits presque desséché pour essayer de remonter le seau et espérer le remplir d’eau quand mon père , avec sa silhouette raccourcie par les déboires de la vie villageoise remonta la pente , difficilement avec son couffin rempli du souk en s’appuyant sur sa canne polyvalente qui lui sert presque à tout , même à se défendre en cas d’agression ,elle se retourna vers lui et lui souhaita la bienvenue :
- Bienvenue ayamghar ! ayamghar : le vieux en berbère
-Bonsoir tout le monde ! Amokrane est toujours en pleine sieste ?
-Non ! Répondit ma mère, il est au jardin entrain de disperser le fumier.
- Il ne va jamais changer cet enfant, j’ai du commettre un péché pour que Dieu me punisse ainsi ! s’exclama mon père.
Combien de fois j’ai entendu ces paroles, ces grondements quotidiens comme si je n’avais aucun choix dans cette vie, au fond de moi j’avais une tristesse de quitter mes parents mais je ne peux plus résister, l’avenir pour moi et la plus part des jeunes de mon âge n’existe pas au village, il faut trouver une solution ; il faut s’échapper au plus vite.
Maintenant je dois retrouver l’espoir derrière cette immense mer que je viens draguer presque chaque jour, mon âme et mon esprit ont développé un attachement très fort, je voyais l’avenir à l’horizon.
La felouque dans laquelle on va s’embarquer est déjà prête, il reste que les autres membres du groupe et le guide, je sais bien que ce réseau est détenue par des personnes de grandes expériences, déjà qu’il fallait payer la moitié avant de continuer et les rencontrer, le guide va nous donner toutes les consignes nécessaires et importantes car nous risquons notre vie.
L’heure de l’embarcation est arrivé vers minuit les membres du groupe descendent doucement la falaise jusqu’au rivage , chacun avec un minimum vital, une bouteille d’eau et du fromage quelques bonbons c’est tout, nous embarquons en silence et deux poussèrent la barque la glissant pour la mettre sur l’eau.
Au même instant le guide nous interpella  :
- Maintenant c’est moi le chef je veux une discipline totale, vous me devez ube chose ! C’est de vous mettre au bon port !

Une fois tout le monde sur bateau minuscule , les deux organisateurs rament doucement pour nous faire avancer silencieusement dans le noir presque absolu, arrivé au milieu de la mer , le guide prend sa boussole et alluma le moteur et s’exclama avec une voix roc qui coupa le souffle :

-Maintenant on démarre et on prie Dieu pour qu’on arrive sain et sauf, nous serons de l’autre coté dans une journée à peu prés nous allons descendre sur une plage déserte la nuit et chacun prendra son destin en main.

Je ne sais pas ce qui m’attend mais au moins j’ai un but, un objectif , je vois les lumières s’éloigner et mon sentiment de joie et de peur se fusionnent , le bruit des vagues rajoutent une sentiment bizarre et c’est la première fois que je ressens cette peur de tomber dans ce vide profond qui est sous mes pieds mais en attendant l’arrivée je renforce mes idées positives et je vois des images de beautés, de belles voitures , de routes propres , de jardins verts et une petite maison , un travail , une belle femme !...mes yeux se referment et continuent ce rêve magnifique

2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un changement de vie , un horizon lointain et inconnu . Ce voyage sur mer en pleine nuit , avec la peur au ventre renvoie à des images apocalyptiques .
Image de Randolph
Randolph · il y a
Une juste et touchante description de ce peuvent ressentir les migrants. Bien écrit et sensible.