1
min

La mamie

Image de Michal

Michal

52 lectures

1

Elle était arrivée aux âges respectables
Qui ne se disent pas, mais presque inavouables.
Elle avait la raison des personnes trop sages
Qui ne vieillissent plus, tant on ne sait leur âge.

Elle était, me semble-t-il, là, depuis toujours.
Nous la rencontrions à chaque nouveau jour.
De l’humeur courtoise d’une personne seule
Qui salue le matin sans un seul coup de gueule.

Comment peut-on penser que cette vieille dame
Fut sans doute autre fois une courtisée femme ?
Sans doute bien belle, quand elle fut demoiselle
A cet âge, une femme est toujours plus belle.

Comment l’imaginer amoureuse insoucieuse
Dans les bras de quelqu’un, soumise et radieuse ?
Se laissant aller aux caresses pas sincères
Pour un subtil plaisir mais peut-être adultère.

Comment imaginer cette vieille sérieuse
Délier la braguette d’une envie vigoureuse,
Comment l’imaginer tête bêche allongée
Pour des plaisirs mutuels, nue et bien occupée ?

Comment peut-on penser que cette centenaire
Calme et réservée ait pu être le contraire,
Une femme débridée, assoiffée de plaisir
Pour des nuits entières le corps à assouvir ?

Comment peut-on penser qu’une si vieille dame
N’ait pas eu le droit à tous ces plaisirs de femme
Que d’autres rassasient sans vraiment pas le dire,
Jusqu’à beaucoup plus pour ne plus croire vieillir ?

C’était une mamie que j’ai trop bien connue,
Qui habita ici dans cette même rue,
Dans cette demeure, à cette même adresse
Dans le même lit qui a vu tant de caresses.

Un jour, tel elle, près d’une fin je serai,
Je scruterai les plus jeunes m’examiner
Et ne pas deviner cette vie dissolue.
Je ne jouerai pas à la vieille de vertu.

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de À rougir de lire
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,